► Sculpteur français
BOUCHARDON Edme (1698 - 27 juillet 1762)
Ancienne église Saint-Philippe-du-Roule (Paris)
Alors que le style rocaille était à son épanouissement, Bouchardon le délaissa en devenant l'interprète du mouvement culturel qui, à partir de nouvelles connaissances archéologiques, préconisait le retour à un idéal classique.
Son œuvre, accomplie avec une rigueur de théoricien, annonçait et, dans une certaine mesure, préparait le classicisme de la fin du siècle. Nonobstant les jaloux, ses contemporains surent reconnaitre son innovation. La Fontaine des Quatre saisons, commandée par les échevins de Paris, et réalisée entre 1739 et 1745, témoigne de son style épuré.
La Fontaine des Quatre saisons ( 57/59 rue de Grenelle, Paris). photo www.cbx41.com/article-35679161.html
Si les sujets monumentaux représentaient une part de sa production, il travaillait aussi sur des commandes beaucoup plus modestes, comme par exemple des intailles requérant une extrême délicatesse.
Le triomphe de Louis XV à Fontenoy
Outre ses études pour ses sculptures, Bouchardon fit des portraits, composa des sujets tirés de la mythologie et de l’antiquité et orna de frontispices, de vignettes et de fleurons de nombreux ouvrages fondant ainsi une collection importante de dessins.
Malheureusement, excepté la fontaine des Quatre saisons, la plupart des œuvres imposantes de Bouchardon ont disparu.
La statue équestre de Louis XV fut inaugurée place de l’Hôtel de Ville peu après le décès de Bouchardon. Lors de son inauguration, on tira le canon et une décharge d’artifices en mémoire de l’artiste. Trente ans plus tard, en 1792, la Révolution abattait ce chef-d’œuvre dont il ne resta que la main droite.
Statue équestre de Louis XV
Les tombeaux du cardinal de Fleury à Saint-Thomas du Louvre, de la duchesse de Lauragais à Saint-Sulpice, du Garde des Sceaux M. d'Armenonville et de son fils M. de Morville, ministre des affaires étrangères, à St-Eustache, furent emportés par la tourmente révolutionnaire.
Tombeau du cardinal de Fleury. Relevé par Lemoyne
En 1755, pour cause de travaux dans le logement qu’il occupait au palais du Louvre depuis des années, moyennant une rente annuelle substantielle, il séjourna davantage dans les dépendances de son atelier que lui avait fait bâtir la ville de Paris. Cet atelier, qui servait aussi de fonderie pour la statue équestre de Louis XV, se situait au niveau de l’actuel 168, Faubourg Saint-Honoré.
 
Après une maladie au foie accompagnée de symptômes de phtisie qui dura dix mois, Edme Bouchardon s’éteignit laissant derrière lui une œuvre considérable et une fortune honnête « preuve de sa bonne conduite ».
Dès le lendemain, il fut inhumé dans l’église de sa paroisse « du Roule ».
Et après ? Exceptionnellement la question pourrait même être : et avant ? – car la sépulture de Bouchardon se perd dans le flou artistique de l’histoire de St-Philippe-du-Roule de cette époque. Pas de chance !
 
Depuis le 13ème siècle, la léproserie du village du Roule possédait une chapelle qui fut érigée en église paroissiale en 1699. Elle se situait à l’emplacement de l’actuelle église St-Philippe-du-Roule. En 1722, le Roule fut érigé en faubourg de Paris avec son église. En 1739, l'état de l’édifice était si vétuste qu'il menaçait de s'effondrer et fut démoli avant 1762, année de décès de Bouchardon.
L'affaire remonta jusqu’à Louis XV qui s'émut de la situation. En 1741, il donna un terrain de l'ancienne pépinière du Roule, en face de l'ancienne église, pour y construire une église, un presbytère et un cimetière. Pendant ce temps, le service religieux fut transféré provisoirement dans une grange, inondée à certains moments, faisant dire, en 1764, par le curé et les marguilliers que le « lieu tout à fait indécent pour une église et pour une paroisse de Paris qui à cet égard se voit réduite au dessous du dernier village du royaume ».
Pour des raisons techniques (terrain instable), le projet fut abandonné et le terrain ne fut utilisé que pour le nouveau cimetière. Une nouvelle construction fut alors projetée sur l'emplacement de l'ancienne église dont les travaux durèrent de 1774 à 1784.
 
La question est donc simple : en 1762, Bouchardon fut-il inhumé dans la crypte d’une église détruite, en attendant la nouvelle ? A cette date on ignorait que sa construction serait autant reportée.
En 1957, lors de travaux, on retrouva dans cette crypte des ossements.   Les restes de notre sculpteur y étaient-ils ? On ne sait pas, au point qu'un historien spécialisé comme Jacques Hillairet ne l'indique pas pour une raison simple: les documents sur lesquels il appuyait une partie de ses recherches ne cite pas Bouchardon.  
 
Le seul moyen d’en connaître davantage serait d’éplucher les archives pour savoir, plus généralement, où étaient inhumés les défunts de la paroisse à l’époque de son décès, pour ceux qui le furent dans une église.  Travail colossal que je ne peux effectuer dans l’immédiat. Le mystère demeure.
RETOUR BEAUX-ARTS
Selon ses contemporains, Bouchardon « avait un air pesant, sans contenance, paraissait avoir peu d’esprit en conversation ». Son moyen d’expression était ailleurs.
Son crayon et son ciseau armèrent son talent pour en faire l’un des plus illustres sculpteurs du règne de Louis XV et qui fut aussi un précurseur.
 
Fils de sculpteur, après dix ans passés à Rome pour perfectionner son art, à son retour en 1732, il fut nommé sculpteur du roi.
BOUCHARDON Jacques-Philippe (1711-1753)
Le frère puîné d’Edme était également sculpteur. Il rejoignit Edme à Rome puis, après son retour à Paris, il rencontra le ministre suédois Tessin qui lui demanda de venir à Stockholm pour travailler pour le palais royal. Ce que fit Jacques-Philippe en 1741.Devenu officiellement le premier sculpteur du roi, il ne revint jamais en France. Il mourut à Stockholm où il fut, semble-t-il, inhumé.
(*) commentaire(s)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 14 novembre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.