24 octobre 2015
FLEURY André Hercule de (Cardinal) (1653 – 29 janvier 1743)
Eglise Saint-Louis-du-Louvre (Paris)
Prenant son rôle très à cœur, Louis XV lui voua un profond attachement et, en 1726, après la disgrâce du duc de Bourbon, premier ministre en place, il le nomma son précepteur premier ministre en titre. Son rival exilé, Fleury, maître du pouvoir, fut nommé cardinal. Néanmoins, se refusant à suivre l’exemple de Richelieu et de Mazarin, s’il accepta bien volontiers son chapeau de cardinal (1726), il refusa le titre de premier ministre. Le pouvoir sans ses attributs...
 
Il venait d’avoir soixante-treize ans. Sous une apparence d’homme solide, affable, voire débonnaire, se cachait un caractère tenace et autoritaire. Entendant bien maintenir l’absolutisme royal, l’équilibre des finances, la paix aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, il s’entoura d’une équipe compétente qui sut rapidement stabiliser la monnaie, ce qui participa à la prospérité économique et à l’essor du grand commerce maritime, favorisé encore par la création du Bureau du commerce composé de représentants des grandes villes marchandes. En 1738-1739, l’équilibre du budget était atteint.
 
Toutefois, contrecarré par l’opposition du Parlement en bonne partie acquis au jansénisme, il ne put mener à bien la réforme fiscale et, dans les périodes de difficultés, fut contraint de créer des impôts.
Sans oser aller jusqu’à une réforme complète de la justice, en 1732, il exila à Pontoise, cent trente-neuf conseillers et fit fermer le cimetière de Saint-Médard, où les jansénistes prétendent que des guérisons miraculeuses se produisent sur la tombe du diacre Pâris.
 
À l’extérieur, il mena la guerre de Succession de Pologne qui, par chance des opérations plus que par ses compétences, assura à la France la Lorraine à la mort de Stanislas Leszczynski.
Lui qui recherchait la paix, en 1740, à son corps défendant, il se trouva engagé dans la guerre de Succession d’Autriche avec laquelle il entama des négociations aussi maladroites qu’inutiles. Ce fut dès lors une série de revers commis surtout par la singulière prétention de ce ministre pacifique de vouloir diriger des opérations militaires.  Il ne  vit pas la fin de cette guerre.
« Son Éternité », comme on le surnommait, mourut au milieu de tous ces désastres, laissant les affaires de la guerre, de la marine, de la finance et de la politique dans une crise qui altéra la gloire de son ministère.
 
Protecteur des sciences et des lettres, et bien que membre de l’Académie française (1717), de celles des sciences (1721), des inscriptions et belles-lettres (1723), il ne laissa aucun ouvrage connu.
 
Se distinguant par la modération de son train de vie et sa probité, dépensant ses revenus commanditaires en aumônes, le cardinal se contentait de ses appointements et n'avait pas de fortune. Ce qu’il laissa n’aurait pas suffi à la dépense du mausolée que Louis XV lui fit élever.
 
On voit souvent qu’il fut inhumé en l’église Saint-Thomas-du-Louvre. C’est inexact, ou tout du moins mérite plus de précisions.  Pour mieux comprendre cette confusion, se reporter à l’article commun aux églises St-Thomas-du-Louvre, Saint-Nicolas-du Louvre et Saint-Louis-du-Louvre.
Pour la toute nouvelle église Saint-Louis-du-Louvre, à peine sortie de terre en remplacement de Saint-Thomas-du-Louvre et de Saint-Nicolas-du-Louvre, ce fut un honneur d’accueillir la dépouille du cardinal dans une chapelle qui lui avait été offerte et où fut érigé son tombeau.
 
Dès le 9 février 1743, Philibert Orry, directeur général des Bâtiments du roi, passa commande du tombeau du cardinal à Bouchardon. Celui-ci présenta un premier projet inspiré du mausolée de Mazarin, par Coysevox, qu’il modifia sur instruction de Louis XV.
Son second projet, cette fois inspiré du mausolée de Richelieu, par Girardon,  ne fut pas davantage retenu. La maquette du premier projet et un fragment du second sont conservés au Musée du Louvre.  
Première maquette de Bouchardon en cire et bois © Musée du Louvre
Fragment de la maquette du second projet de Bouchardon.  Musée du Louvre © Insecula
Sources principales
- Journal de voyage d’un jeune noble savoyard à Paris en 1766-1767 de Joseph-Henry Costa de Beauregard. Presses universitaires du Septentrion (2013)
- http://www.abbe-papon.net/fleury.html
(*) commentaire(s)
La réalisation du tombeau fut finalement confiée à Jean-Baptiste Lemoine (Lemoyne) fils qui avait déjà à son actif de nombreuses œuvres dont le monument de Pierre Mignard à l’église des Jacobins de la rue St-Honoré.
Le tombeau ne fut terminé qu’en 1768. Composé de plusieurs figures colossales, le cardinal y était représenté couché expirant sur un tombeau en regardant un crucifix que lui tendait la Religion ou  la Foi. La France, désignée par son écusson, exprimait ses regrets.  Derrière le sarcophage s'élevait une pyramide, surmontée d'une urne, au pied de laquelle l'Espérance consolait le défunt.  Au bas du monument, étaient groupés les attributs de dignités ecclésiastiques, en bronze, dont était revêtu le cardinal.  
Détruit à la Révolution, il n’en reste qu’une gravure de Gabriel de Saint-Aubin (1724-1780) ainsi que deux fragments mutilés à l’Ecole des Beaux-arts.
RETOUR PERSONNALITES LIEES A LOUIS XV
Issu de la petite noblesse languedocienne, la modestie financière de sa famille le réduisit à la carrière ecclésiastique sur laquelle veillait une bonne étoile.
Protégé par le cardinal de Bonzi, il fut introduit à la cour et succéda à son protecteur dans ses fonctions d’aumônier de la reine Marie-Thérèse en 1677. Nommé évêque de Fréjus après la mort de la reine, il sut attendre des heures plus propices à son ambition. Abbé commendataire de l'abbaye de Tournus (1715), cette même année, Louis XIV ajouta codicille à son testament l’instituant précepteur du futur Louis XV.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 6 août 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.