RETOUR LITTERATURE
Racine mourut des suites d'un abcès ou d'une tumeur au foie.
 
Le 22 avril, sa dépouille fut portée en l’église Saint-Sulpice puis portée au cimetière de l’abbaye de Port-Royal-des-Champs (Magny-les-Hameaux, Yvelines) où Louis XIV avait accepté qu’il soit inhumé selon le vœu du défunt.
Le dramaturge désirait être enseveli au pied de son ancien maître Jean Hamon. Par manque de place, il fut inhumé au-dessus de lui.
 
En janvier 1710, le Conseil d’État ordonna la démolition de l’abbaye. On effectua les exhumations entre le mois d’août 1710 et l’année 1711.   Les restes de Jean Racine furent transportés et inhumés en l’église Saint-Etienne-du-Mont le 2 décembre 1711, près d’un des deux piliers de la chapelle de la Vierge, l’autre étant « occupé » par Blaise Pascal.
► Dramaturge français
Dans un moment d’humeur, Pierre Corneille avait déclaré à Racine qu’il n’était pas fait pour le théâtre. Sa jalousie était fondée : son rival allait devenir l'un des plus grands poètes européens de langue française.
 
Elevé dans une famille janséniste, il prit le parti de ses maîtres contre les jésuites. De cette atmosphère respirée à Port-Royal, Racine conserva  le sentiment de la faiblesse de l’homme agité par ses passions et entraîné vers le péché s’il n’est pas secouru par la grâce.  
Testament  de Jean Racine
Durant des années, le portrait de Racine illustra les billets de 50 Francs. En fond, l'abbaye de Port-Royal-des-Champs.
Epitaphe de Jean Racine en Latin (église St-Eienne-du-Mont). © MCP
Epitaphe traduite  en Français
© MCP
Au sortir de Port-Royal et après des études  au Collège d’Harcourt durant lesquelles il fréquenta le milieu des comédiens, Racine se tourna vers la tragédie au grand dam des jansénistes. Espérant l’éloigner de cette voie de perdition qu’est le théâtre, Port-Royal l’expédia à Uzès pour étudier la théologie. Ce fut en pure perte.
De retour à Paris, ses succès poétiques l’encouragèrent et Molière accepta de jouer ses premières pièces : La Thébaïde, Les Frères ennemis (1663-1664), et Alexandre (1665).
 
Se brouillant avec Molière et rompant avec Port-Royal, en 1667, Racine donna Andromaque, son premier chef-d’œuvre. Sa maîtresse, Marquise Du Parc, en fut une célèbre interprète. Rappelons qu’à la mort de cette dernière, intervenue en pleine « Affaire des poisons », Racine fut accusé d’avoir aidé à son trépas. La Champmeslé, qui lui succéda aussi bien dans son lit que sur scène, tint les plus grands rôles du dramaturge.
 
Le succès fut à la hauteur des jalousies qu’il suscita et des hostilités qu’il déclencha. Répliquant à coups de Plaideurs (1668) et de Britannicus (1669) sa gloire ne cessa de grandir jusqu’à sa Bérénice (1670) qui l’emporta contre celle de Corneille.
 
Au comble de la faveur, Racine, protégé du Grand Condé, de Mme de Montespan et même de Louis XIV, fut anobli et reçu à l’Académie française en 1673.  
 
Bien que  momentané, l’échec de Phèdre (1677) eut un retentissement sur sa carrière.  A la croisée de ses réflexions, il se réconcilia avec Port-Royal et, à trente-sept ans, en pleine gloire, fit des adieux au théâtre qu’il pensait définitifs.
 
Il renonçait au théâtre mais non à la Cour.  Devenu, avec Boileau, l’historiographe du roi, il avait l’art de flatter discrètement Mme de Maintenon  et de se ménager à la fois Colbert, Louvois, Bossuet et Fénelon. Par ses écrits, il sut surtout célébrer une sorte de culte royal.
 
A la demande de Mme de Maintenon, il accepta de revenir au théâtre et d’écrire, pour  les pensionnaires de Saint-Cyr, quelques espèces de poème moral et historique dont l’amour fut entièrement banni:  Esther (1689) et Athalie (1691) deux tragédies bibliques.
 
Dans son hôtel luxueux, Racine se consacrait de plus en plus à sa vie de famille. Il élevait ses sept enfants dans la piété, écrivait des Hymnes et des Cantiques  spirituels et s’exerçait à la vie chrétienne avec une modération souriante. Ainsi a-t-on parlé de « sagesse » en cette fin d’existence.
(*) commentaire(s)
Monument à Port-Royal-des-Champs y rappelant l'inhumation de l'écrivain. © MCP
ACCUEIL
THEMES 
DE A à Z 
Chercher
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
CONTACT
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Errancis (75)
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 22 avril 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.