Compositeur français
 
A écouter : un classique parmi les classiques, mais sait-on toujours qu'il est signé par Rameau ? Rondeau des Indes Galantes interprété par Magali Léger et Laurent Naouri sous la direction de Marc Minowski.
RETOUR MUSIQUE
23 juin 2012
MCP
MCP
MCP
Sources partielles: Wikipedia
(*) commentaire(s)
Par son père, organiste à Dijon sa ville natale, il reçut une formation musicale qui en fit déjà un musicien accompli ce qui le détermina dans sa vocation. Une longue période d’errance et des déménagements incessants font qu’on ne sait guère grand chose de ces années que l’homme garda secrètes.
Quittant Clermont où il fut organiste plusieurs années, ce n’est qu’à partir de son installation à Paris en 1722 que sa biographie s’écrit lisiblement. Son activité musicale se tourna vers la Foire, ensemble de spectacles donnés à Paris à l'occasion des grandes foires annuelles de Saint-Germain et de Saint-Laurent. Devenu célèbre il continua à écrire pour ces spectacles populaires.
 
Grand théoricien de la musique, il continua ses recherches et ses activités d'éditeur avec la publication du Nouveau système de musique théorique (1726), qui vint compléter son traité de 1722.
 
Mais, malgré une certaine notoriété, la quarantaine passée, Rameau n’avait toujours pas produit une composition musicale d'envergure. Ses œuvres se résumaient à quelques motets et cantates. Vint alors sa rencontre avec Alexandre Le Riche de la Pouplinière, l'un des hommes les plus riches de France, amateur d'art qui entretenait autour de lui un cénacle d'artistes. Cette rencontre détermina sa vie pour plus de vingt années lui permettant d'entrer en contact avec plusieurs de ses futurs librettistes, dont Voltaire et Jean-Jacques Rousseau.
 
1733. Enfin le triomphe avec Hippolyte et Aricie ! Quinquagénaire, sur son terrain de prédilection, la scène lyrique, il éclipsa bientôt tous ses contemporains.
 
Jusqu’en 1739, tout en poursuivant ses travaux théoriques, Rameau donna toute la mesure de son génie et sembla vouloir rattraper le temps perdu en composant ses œuvres les plus emblématiques : après Hippolyte et Aricie, Castor et Pollux (1737), Dardanus (1739) et deux opéras-ballets dont un sommet du genre, un chef-d’œuvre, Les Indes galantes (1735), suivi par Les Fêtes d'Hébé (1739).
 
Puis, sans qu’on en connaisse les raison, Rameau disparut quasiment de la scène durant une dizaine d’années pour réapparaitre en 1749, attaquant une seconde carrière lyrique qui lui valut d’être nommé musicien officiel de la Cour.
 
En 1752, éclata la Querelle des Bouffons opposant les partisans de la tragédie lyrique royale représentante du style français, et les sympathisants de la musique italienne via la truculence de l’opéras-bouffe. Cette querelle signa le glas de la tragédie lyrique, et de ses formes apparentées, que symbolisait Rameau qui, néanmoins, garda tout son prestige de compositeur officiel de la cour, osant encore écrire durablement dans ce style désormais dépassé
 
.Anobli en 1764, à plus de quatre-vingts ans, il écrivit sa dernière tragédie en musique, Les Boréades, œuvre d'une grande nouveauté…obsolète qui ne fut pas jouée. Alors en pleine répétition, Rameau mourut victime d’une « fièvre putride ».
Redécouverte, l’œuvre connut un triomphe...en 1982.
 
Au lendemain de son décès, Jean-Philippe Rameau fut inhumé en l’église Saint-Eustache. Dans les jours qui suivirent, plusieurs cérémonies d'hommage eurent lieu à Paris, Orléans, Marseille, Dijon, Rouen. Des éloges funèbres furent publiés par le Mercure de France,
Comme celle de Lully, sa musique de scène continua d'être exécutée jusqu’à la fin de l'Ancien Régime, puis disparut du répertoire pendant plus d'un siècle avant de renaître de ses cendres.
 
Il ne reste rien de sa tombe. Dans une chapelle, un buste et une plaque rappellent que le compositeur y fut enseveli.
RAMEAU Jean-Philippe (1683 – 12 septembre 1764)
Eglise Saint-Eustache (Paris)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 14 novembre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.