RETOUR LITTERATURE
Sources funérailles: Un petit problème d'histoire religieuse et d'histoire littéraire. La mort de Diderot d'après des documents inédits de Louis Marcel (Revue d'histoire de l'Église de France Année 1925 Volume 11 Numéro 51)
(*) commentaire(s)
11 septembre 2012
► Ecrivain, philosophe et encyclopédiste français.
Tonsuré à douze ans pour succéder à un de ses oncles chanoine, Diderot se révéla un élève brillant mais indiscipliné chez les Jésuites de Langres, sa ville natale.
 
Venu à Paris pour y poursuivre ses études, durant une dizaine d’année sa vie nous est mal connue, sauf qu’il vécut des moments difficiles, qu’il perdit la foi, qu’il se mit en ménage et qu’il eut une fille Angélique.
MCP
Acte de décès de Denis Diderot
DIDEROT Denis (1713 – 30 juillet 1784)
Eglise Saint-Roch (Paris)
Se lançant dans la lutte philosophique, après un premier ouvrage (1745), il en publia un second plus audacieux, les Pensées philosophiques (1746), où il attaquait le christianisme et militait en faveur de la religion naturelle. Cet ouvrage fut complété en 1770 par une Addition, beaucoup plus violente.
 
La hardiesse de sa pensée, qui ne cessait de s’affirmer vers le matérialisme le rendit suspect. Sa Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient, l’expédia deux mois en détention à Vincennes en 1749. Là, il y reçut la visite de son ami Rousseau qui méditait son premier Discours. Huit ans plus tard, les deux hommes se brouillaient.
 
Cet emprisonnement rendit Diderot d’autant plus prudent, qu’en 1746, le libraire Le Breton, lui avait confié la direction d’une tâche immense, celle de l’Encyclopédie. Pendant vingt ans, les travaux du célèbre ouvrage l'absorbèrent une grande partie de son activité. Rédigeant, corrigeant, révisant une foule d’articles, stimulant les collaborateurs, maudissant parfois cette écrasante servitude, il se consola en songeant qu’il « aura servi l’humanité ». Presque à lui seul, il conduisit cette entreprise au succès. On ne sait par quel miracle il arriva à consacrer du temps à ses œuvres personnelles.
 
A la fois auteur pour le théâtre qu’il voulait doter d’un genre nouveau, le drame ou la comédie sérieuse ; négociant et critique d’art, François Boucher en fit les frais ; mais aussi auteur de romans et de contes, Le Neveu de Rameau commencé en 1762, etc., il n’en oubliait jamais qu’il était philosophe.
 
Sa vitalité dynamique donna à son œuvre une richesse, un foisonnement jaillissant et aussi un désordre qui pourrait faire penser à une girouette, ce qui n’était pas le cas. Tenté par les lumières de la raison et par les transports des émotions, il porta toujours en lui cette contradiction, le faisant hésiter entre le génie froid et calculateur et le génie instinctif et inspiré. Sans transition, il passait de l’exaltation à l’abattement, chantant ou maudissant sa sensibilité.
Conscient de ses contradictions, il n’en fit pas un drame et résuma sa pensée dominante en ces termes : « notre véritable sentiment n’est pas celui dans lequel nous n’avons jamais vacillé, mais celui auquel nous sommes le plus habituellement revenus ».
 
En 1765, pour pouvoir doter sa fille Angélique, il vendit sa bibliothèque à l’impératrice de Russie, Catherine II, qui lui en laissait la jouissance sa vie durant. Perdant ainsi une partie de son indépendance, le plébéien Diderot devint un courtisan de la tsarine, sa protectrice attitrée. Il se rendit à Moscou en 1773, y demeura cinq mois pendant lesquels il rédigea plusieurs ouvrages avant d’en revenir ne tarissant pas d’éloges sur Catherine. Comme Voltaire, il s’était laissé prendre au mirage du despotisme éclairé !
 
Le temps avait passé. Il s’était dépensé sans compte. L’âge et la fatigue se faisant sentir, son activité se réduisit. Bien que fidèle à lui-même jusqu’au bout, il apparaissait plus apaisé ; peut-être moins brillant mais plus stable.
 
Le véritable lieu de décès de Diderot fut longtemps sujet à controverses. Néanmoins, l’appartement rue de Richelieu que lui avait loué Catherine II, reste le plus probable.
Bien que son décès soit attendu, il n’eut pas le temps de revoir un prêtre. Malgré cela, le prêtre de la paroisse Saint-Roch, où il était mort, accepta des funérailles liturgiques.
 
Denis Diderot fut inhumé en l’église Saint-Roch lors d’une cérémonie digne de sa réputation et du rang social de sa famille. Il ne reste rien de sa tombe qu’on suppose avoir été signalée par une simple dalle. Fut-elle profanée par la soldatesque en garnison dans l’église le 4 février 1796 qui en viola plusieurs ? Une chose est sûre, au 19ème siècle un calorifère avait déjà remplacé ses restes dans le caveau qu’il occupait.
THEMES 
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
FACEBOOK
CONTACT
Chercher
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter:
l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Errancis (75)
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 18 mars 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.