RETOUR PERSONNALITES LIEES A FRANCOIS II
RETOUR ANGLETERRE - IRLANDE - ECOSSE
En 1612, son fils Jacques Ier d'Angleterre, revenant à de meilleurs sentiments et comportements vis-à-vis de sa mère, fit transporter sa dépouille dans la chapelle Henri VII en l’abbaye de Westminster.
MARIE (MARY)  STUART (1542 - 18 février 1587) Reine de France : épouse de François II et Reine d’Ecosse
Abbaye de Westminster de Londres (Angleterre)
Avant d’être exécutée au château de Fotheringay (Northamptonshire), Mary la Catholique demanda la présence d’un prêtre. Refusé comme le fut aussi son vœu d’être inhumée à Reims auprès de sa mère.
 
Avec infiniment de dignité, elle pénétra dans une grande salle basse où un fauteuil, un coussin et le billot étaient installés. Tout était tendu de noir. Se déclarant martyre catholique, elle avait choisi de porter une jupe de velours cramoisi.  
Quitte à être décollée, elle aurait préféré à la « française » c’est à dire avec une épée et non pas à la hache qu’elle avait aperçue. Le bourreau, ayant abusé de boisson, s’y reprendra à trois fois : une vraie boucherie. En ramassant la tête, pour la présenter au peuple, il ne se rendit pas compte que la perruque était encore sur le crâne. Elle lui resta dans les mains, la tête tomba sur le sol avant d’être exposée une journée sur un balcon.
Quant à Elisabeth, elle sombra dans une vraie crise d’hystérie. C’est vrai qu’elle avait tergiversé et maintenant elle ne voulait plus entendre parler de cette affaire au point de nier de l’avoir cautionnée.
Cathédrale de Peterborough .Aleister Crowley (Wikipedia)
Tombe de Marie Stuart en la cathédrale de Peterborough. Find a Grave
Ainsi finissait le destin aussi tragique qu’exceptionnel de la reine d’Ecosse. Son corps embaumé fut placé dans un cercueil de plomb. Six mois plus tard, Elisabeth autorisa une sorte de pompe royale lors du transfert de la dépouille dans la cathédrale de Peterborough en vis à vis du tombeau de Catherine d’Aragon.
Copie du masque mortuaire de Marie Stuart à Falkland Palace. Kim Traynor
Mausolée de Marie Stuart à Westminster. Bernard Gagnon
► DARNLEY Henry Stuart, comte de (1545 – 10 février1567)
Abbaye d’Holyroodhouse d’Edimbourg (Ecosse)
Kim Traynor
Fils de Matthew Stewart, 4e comte de Lennox, et de Margaret Douglas, nièce du roi Henri VIII d'Angleterre et demi-sœur du roi Jacques V d'Écosse, il épousa sa cousine, Marie Stuart en 1565 qui avait conçu pour lui une vive passion. Par ce mariage, il devint duc d'Albany. De leu union naquit le futur Jacques Ier d’Angleterre (Jacques VI d’Ecosse)
Il persécuta tous ceux qu'il croyait être les favoris de la reine, jusqu’à faire mettre à mort le secrétaire de la reine dans l'appartement même de celle-ci et la fit enfermer. Marie alors enceinte, il espérait que sa santé s’en trouverait altérée, qu’elle mourrait et qu’il deviendrait roi.
Le coup rata et après la naissance de son fils, le couple sembla se rapprocher jusqu’à ce qu’on le retrouve mort étouffé dans le jardin, après que la maison où il se trouvait eut explosé.
Marie et Bothwell furent accusés de ce meurtre. Malgré ses actions méprisables contre sa femme, Marie Stuart, Darnley n’en était pas moins le père du futur Jacques Ier d’Angleterre qui n’apprécia guère l’assassinat de son géniteur et en tint longtemps rigueur à sa mère.
Darnley fut inhumé en l’abbaye d’Holyroodhouse où reposaient des souverains d’Ecosse et d’autres personnalités. Détruite en 1688 lors de la Révolution glorieuse, et ses tombeaux détruits, il ne reste que des ruines de l’abbaye.
Avant...
Après...Kim Traynor
► BOTHWELL James Hepburn, comte de (1535/1536 – 15 avril 1578)
Chapelle de Farevejle (Danemark)
Bien que protestant, il était partisan d’une régence catholique. Il avait divorcé pour épouser Marie Stuart après le meurtre de Lord Darnley. Nul doute qu’il envisageait de réussir là où Darnley avait échoué : être roi d’Ecosse. Mais après l’abandon de la couronne par Marie au profit de son fils, Bothwell n’avait plus qu’à fuir. Alors qu’il tentait de rejoindre le Danemark, il fut capturé près des côtes norvégiennes en septembre 1567.
Or, en 1560 il avait rencontré à Copenhague, une jeune norvégienne avec qui il s’était fiancé. Embarquant sa belle, il l’avait abandonnée en Hollande…mais pas l’énorme dot que lui avait offert son futur beau-père, amiral du souverain danois.
La laissée pour compte de 1560 n’avait pas oublié et le résultat de ses démarches expédièrent Bothwell dans différentes prisons dont il ne sortira plus. D’abord convenablement traité, ses conditions de réclusion empirèrent au fur et à mesure que la cause de Marie Stuart désespérait. Les rigueurs de la geôle et la peur d’être exécuté le rendirent fou. C’est un véritable déchet humain enchaîné à un pilier qui rendit son âme au château de Dragsholm.
Espérons pour lui que les histoires, racontant qu’à sa mort les Danois séparèrent sa tête du corps pour jouer avec, ne soient pas fondées. Il fut inhumé dans un grand cercueil de bois poli et déposé dans une crypte à côté de l’église de Farevejle à une petite dizaine de kilomètres de Dragsholm.
http://farm8.staticflickr.com
http://www.visitodsherred.dk
(*) commentaire(s)
Fille unique du roi d’Ecosse Jacques V et de Marie de Guise, sœur de François de Guise, Marie n’avait que six jours quand la mort de son père la fit reine d’Ecosse sous le nom de Marie Ière d'Ecosse.
 
Henry VIII, roi d’Angleterre, demanda que la fillette soit élevée à Londres. Mais sa mère, subodorant quelque manœuvre peu scrupuleuse de la part du souverain, s’adressa à son oncle qui, avec l’accord du roi de France Henri II, fit venir l’enfant en France où elle épousa le futur François II en 1558.
A dix-sept ans, Marie était reine d’Ecosse et de France. La mort prématurée de son mari la ramena dans son pays natal où l’attendait un bien tragique destin dont sa jeunesse et son caractère furent en partie responsable.  Jolie, coquette, sportive, on la décrit comme fière, orgueilleuse de son sang royal, voire irréfléchie, coléreuse, entêtée et influençable ce que sa nature affectueuse et généreuse ne pouvait compenser en tant que « chef d’Etat ».  
 
L’Ecosse était alors plongée dans une situation politique et religieuse aussi complexe que dangereuse.  Le pays était divisé en deux. D’un côté les protestants étaient menés par James Stewart, comte de Moray,  frère illégitime de Marie, et les catholiques menés par la reine. Marie était bien jeune et bien inexpérimentée pour faire face à ses ennemis dont l’implacable John Knox et sa cousine, la redoutable Elisabeth Ire tous deux fervents protestants.
De surcroît, en arrivant en Ecosse, elle avait commis l’erreur d’épouser Lord Henry Darnley qui, ayant décidé d’être le roi à la place de la reine, fit emprisonner sa femme alors enceinte du futur Jacques Ier d’Angleterre (Jacques VI d'Ecosse).
 
Libérée, Darnley assassiné, Marie tomba dans les bras du comte de Bothwell, un des meurtriers de son précédent époux. Portant dans ses entrailles le fruit de cette nouvelle relation sans être mariée, Bothwell l’enleva et l’épousa.  L’affaire fit scandale dans ce pays où le puritanisme protestant n’acceptait aucun écart de mœurs. Comme pour donner raison à ceux qui la condamnaient, elle perdit ses jumeaux en 1567 et, sous la contrainte, abdiqua en faveur de son fils, Jacques encore bébé.  
Prisonnière au château de Lochleven, ses geôliers la narguèrent avec tapage en célébrant le couronnement du nouveau roi. Cependant, le 2 mai 1568, elle réussit à s’enfuir.
 
Mais vaincue et désemparée, Marie commit une seconde erreur qui, cette fois, se révéla fatale. Elle ne trouva pas mieux que de se réfugier entre les griffes de sa cousine et rivale Elisabeth Ière. Politiquement et religieusement, les deux ne pouvant s’accorder, Elisabeth opta pour « un bon tient vaut mieux que tu l’auras » et garda Marie prisonnière…dix-huit ans !
On passera là sur les complots visant à libérer Marie, à assassiner Elisabeth, aux avancées et aux reculs de très nombreuses tractations.   Le résultat fut qu’au bout de dix-huit ans, Elisabeth ne pouvait plus tolérer les rapports de complots qu’elle recevait. Elle ne pouvait pas non plus libérer sa cousine. Une seule solution s’imposait : s’en débarrasser officiellement ce qui impliquait sa mise à mort. Accusée d’être mêlée à une conspiration contre la vie d’Elisabeth, Marie fut condamnée.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 6 août 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.