RETOUR CHARLES X
RETOUR LOUIS-PHILIPPE
RETOUR IIIe REPUBLIQUE
Le couvent dominant la ville
Dès lors, il devint l’héritier légitime au trône de France sous le nom d’« Henri V » et prit le titre de courtoisie de comte de Chambord, du nom du château qui lui avait été offert par les royalistes à son baptême.
 
Reconnu  par ses partisans, les légitimistes, en 1832, la duchesse de Berry s’acharna à faire reconnaître la légitimité de son fils à la place de celui qu'elle estimait l’usurpateur de la branche des Orléans, Louis-Philippe. Ce fut en vain.
En 1848, à la chute de Louis-Philippe, succéda le règne de Napoléon III sans que la réconciliation entre Orléans et Bourbons ne puisse se réaliser.  Mais les espoirs d’un avènement pour le comte de Chambord restaient réels.  
La maison de France reposant depuis tant d’années sur ses épaules, de son long exil, il prenait   sa mission très à cœur et suivait de près la politique française. Prince ancré dans la réalité, à partir de 1862, il fit connaître ses positions par des manifestes adressés aux Français,  expliquant  sa doctrine et élaborant son projet politique en appelant de ses vœux une monarchie qui réaliserait « l'alliance si désirée d'une autorité forte et d'une sage liberté ». Il préconisait une décentralisation administrative et politique, se penchait aussi sur la question sociale, etc.
 
En 1870, à la chute du Second Empire, il réapparut sur la scène politique française. Le 8 juin 1871, l'Assemblée abolit les lois bannissant du pays les Bourbons et, en juillet, pour la première fois depuis 1830, le comte de Chambord retrouvait la France.
N’ayant pas d’enfant son héritier serait un Orléans ce qui signifiait la réconciliation entre légitimistes et orléanistes.
 
En pleine guerre avec l’Allemagne, le trône était à sa portée, il lui restait à adopter le drapeau tricolore…Et là, sur ce qui peut nous sembler comme un détail à accepter après tant d’attente pour régner, il refusa ! En mai 1871, il s’était déjà exprimé sur le sujet et le 6 juillet 1871, reparti hors de nos frontières, il enfonçait le clou:
« Dieu aidant, nous fonderons ensemble, et quand vous le voudrez, sur les larges assises de la décentralisation administrative et des franchises locales, un gouvernement conforme aux besoins du pays. (...)
[La France] m'appellera, et je reviendrai à elle tout entier, avec mon dévouement, mon principe et mon drapeau. A l'occasion de ce drapeau, on m'a parlé de conditions que je ne dois [veux] pas subir.
Français! (...) Entre vous et moi, il ne doit subsister ni malentendu, ni arrière-pensée. Non, je ne laisserai pas, parce que l'ignorance ou la crédulité auront parlé de privilèges, d'absolutisme et d'intolérance, que sais-je encore? de dîme, de droits féodaux, fantômes que la plus mauvaise foi essaie de ressusciter à vos yeux, je ne laisserai pas arracher de mes mains l'étendard de Henri IV, de François Ier et de Jeanne d'Arc. C'est avec lui que s'est faite l'unité nationale; c'est avec lui que vos pères, conduits par les miens, ont conquis cette Alsace et cette Lorraine dont la fidélité sera la consolation de nos malheurs. (...) Je l'ai reçu comme un dépôt sacré du vieux roi, mon aïeul, mourant en exil; il a pour moi toujours été inséparable du souvenir de la patrie absente; il a flotté sur mon berceau, je veux qu'il ombrage ma tombe. Dans les plis glorieux de cet étendard sans tache, je vous apporterai l'ordre et la liberté. Français, Henri V ne peut abandonner le drapeau blanc d’Henri IV! »
 
Malgré tout, les circonstances politiques pouvaient encore porter une Restauration. En attendant, les royalistes  confortèrent  Adolphe Thiers dans sa position de chef de Gouvernement qui opta pour le titre de « Président de la République ».
Remplacé par Mac-Mahon, favorable à la restauration de la royauté, jusqu’en octobre 1873, l’accession au trône semblait pouvoir aboutir.  Certains journaux allèrent jusqu'à dire que le comte de Chambord s'était définitivement rallié au tricolore, ce que celui-ci s'empressa de démentir.
Erreur dont il eut conscience mais qu’il ne put rattraper. Trop tard ! Ne pouvant plus espérer obtenir une majorité, la commission qui préparait la restauration de la monarchie mit fin à ses travaux le 31 octobre.
Le 20 novembre,  l’Assemblée vota le  mandat présidentiel de sept ans prolongeant ainsi la présidence de Mac-Mahon et permettant aux monarchistes  de disposer d’un délai suffisamment long pour attendre la mort du comte de Chambord et permettre l’accession au trône du comte de Paris.
Ce qui n’était que conjoncturel dura jusqu’en…2000.
 
De Frohsdorf, où il résidait depius des années, le comte de Chambord assista à la montée républicaine et à l’institution officielle de la république en 1875. A cause de son drapeau du sabordage, Henri V ne régna jamais  et s’en était bel et bien fini de la royauté.
 
Victime d'une maladie des voies digestives, le comte de Chambord décéda en sa résidence de Frohsdorf.  Avec lui disparaissait la branche aînée des Bourbon. A défaut d'une tombe en la basilique Saint-Denis,  il  fut inhumé auprès des membres de sa famille morts en exil, dont sa femme, Marie-Thérèse-Béatrix-Gaëtane de Habsbourg-Lorraine, archiduchesse d'Autriche et princesse de Modène (1817 - 1886).
Même sur ses rails, se souvient-on que la République n’était pas gagnée et que l’existence du septennat fut liée à celle du comte de Chambord ?
 
Alors que son père, le duc de Berry, mourait assassiné, la duchesse de Berry portait en elle « l’enfant du miracle » comme le nomma Lamartine.
Titré duc de Bordeaux à sa naissance, son grand-père, Charles X, abdiqua en sa faveur après la révolution de 1830  qui vit le départ en exil de la famille royale.
© Renaud Camus
18 mars 2013
Le comte de Chambord et son épouse
© Renaud Camus
(*) commentaire(s)
HENRI D’ARTOIS, COMTE DE CHAMBORD (1820 - 24 août 1883)
Couvent de Kostanjevica (Castagnavizza) de Nova Gorica (Slovénie)
Le monastère © ?
Vue d'ensemble de la crypte.
Merci à Marie Beleyme pour la photo
Merci à Marie Beleyme pour la photo
Le tombeau de la princesse de Modène près de celui de son époux
Merci à Marie Beleyme pour la photo
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 16 mai 2017
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.