RETOUR ETATS-UNIS
Jane en robe
Jane jeune et jolie
Et Jane avec un chapeau féminin...
CALAMITY JANE Martha Jane Canary Burke, dite (1852 - 1er août 1903)
Cimetière Mount Moriah de Deadwood, Sud Dakota (USA)
1-2
Ça, c’est la Jane éternelle. Mais avant que sa vie dissolue ne se charge de la vieillir prématurément, Jane fut jeune et plutôt jolie et sut encore parfois se montrer féminine.
1-2
(*) commentaire(s)
Qu’est-ce qui n’a pas été dit et écrit sur elle ? Du faux et aussi beaucoup de vrai.
 
Le franchement douteux et le vrai faux :
 
Eclaireur pour le général Custer ? La Jeanne Hachette de l’Ouest s’élevant contre les bandits de Deadwood ? Cavalière émérite pour le Pony Express ? Non, tout du moins certainement pas comme elle l’a raconté. En tant que grande figure de l’Ouest, bien des recherches ont été faites et rien n’est jamais venu étayer ces dires là. Qu’elle ait participé à certains événements notoires avec des fonctions bien plus modestes qu’elle ne le relatât est possible, mais Calamity jugeait que sa vie, pourtant déjà fascinante, avait besoin de retouches.
En dehors de Calamity, seules trois autres femmes ont laissé le souvenir de rôles majeurs dans la saga de l’Ouest : Belle Starr, Annie Oakley et Poker Alice.
 
Mais commençons par la plus célèbre de ces drôles de dames dont l’invraisemblable comportement pour l’époque aida à sa légende et laissa entrevoir une notion bien singulière du féminisme. Quand, ayant quelques dollars en poche, elle rentrait dans le premier saloon venu en beuglant : « Je suis Calamity Jane, c’est ma tournée », l’assistance revenue de sa surprise ne pouvait qu’en parler et en parler encore comme de son rire poussant l’auditoire aux abris. Jane était susceptible, mieux ne valait pas trop la titiller.
Le vrai :
 
A la mort de ses parents, elle avait bien essayé les travaux ménagers, mais très vite elle avait raccroché ses torchons pour une vie d’aventures avec les soldats chargés de la protection de la fameuse ligne de chemin de fer de la Pacific Union alors en construction. Elle conduisit les bœufs attelés aux chariots d’approvisionnements, travail exigeant de grandes qualités physiques auxquelles devait s’accrocher une résistance morale à toute épreuve. C’est de cette époque que date son inclination pour le whisky.
 
Pas bien jolie, habillée en homme, buvant, se bagarrant, jurant et maniant plus facilement les armes que les aiguilles à tricoter, Calamity n’avait vraiment rien d’un sex-symbol, ce qui ne l’empêcha pas de clamer qu’elle avait convolé une douzaine de fois ! En fait, au gré de ses rencontres, elle partagea simplement un moment avec des soldats, des ranchers ou des mineurs.
THEMES 
Chercher
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
________________________________________________________________________________
par Marie-Christine Pénin
COPYRIGHT 2010 - 2017- TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.