RETOUR LITTERATURE
► Moraliste français
LA BRUYÈRE Jean de (1645 : date de baptême - nuit du 10 au 11 mai 1696)
Deuxième église Saint-Julien de Versailles (Yvelines) (disparue)
A sa mort, La Bruyère ne laissait pas grand-chose : un portrait de Bossuet, une guitare, un cabinet tapissé de livres…et une œuvre inachevée comme ses Dialogues sur le quiétisme, dont sept seulement étaient rédigés à sa mort mais qui parurent cependant en 1698 probablement complétés par un théologien janséniste, Ellies du Pin.
La Bruyère fut bien l’homme d’un seul livre auquel il consacra vingt-six de son existence : Les Caractères.
Sources principales
- Dictionnaire encyclopédique de la littérature -Ed. Robert Laffont (1999)
- La Bruyère de Marie-Aude de Langenhagen -Ed. Studyrama
- Archives départementales des Yvelines (Fabrique Saint-Julien puis Notre-Dame de Versailles - sous-série 58J)
(*) commentaire(s)
6 mars 2016
Participant à l’éducation du Grand Dauphin avec des penseurs et des pédagogues qui l’influencèrent, tel Bossuet, plus studieux qu’ambitieux, ses contemporains l’ont dépeint comme un homme de cabinet, amateur de conversations érudites et philosophiques.
 
Recruté comme précepteur de Louis de Bourbon, petit-fils du Grand Condé, il resta comme bibliothécaire à Chantilly après le mariage de son élève, aussi ignare qu’insupportable, dont il stigmatisa la morgue aristocratique dans son chapitre « Des Grands ».
Grâce à son titre de gentilhomme de la maison de monsieur le Duc, une pension et des logements à Chantilly, Paris et Versailles, il bénéficia d’un point de vue privilégié sur cette société qu’il peignit dans son chapitre « De la Cour ».
De part ses lointaines origines paysannes, qu’il retrouvait par des séjours dans la propriété familiale, conjuguées à ses racines bourgeoises parentales et à son expérience sociale multiple, son observation de moraliste était d’autant plus lucide que ses maigres responsabilités lui conféraient la distance nécessaire.
 
En 1687, non signé, présenté comme une simple imitation suivant une traduction d’un auteur antique faisant autorité, l’ouvrage : Les Caractères de Théophraste traduits du grec, avec les caractères ou les mœurs de ce siècle, était mis en vente. Ce fut un succès foudroyant qui s’expliquait autant par la qualité de l’œuvre, l’originalité surprenante de sa structure et son style brillant, que par la vérité d’une peinture des mœurs contemporaines qui reflétait des maux sociaux et culturels éternels, et croquait sur le vif les vices à la mode. Les identifications à de personnalités et des analogies à des anecdotes connues participèrent à ce succès.
En perpétuelle évolution, Les Caractères ne connurent pas moins de neuf éditions retravaillées et complétées de son vivant.
 
Partisan des Anciens, ce qui lui valut plus d’une virulente polémique avec les Modernes, à plusieurs reprises il fut battu par l'un de ces derniers à son élection à l’Académie française qu’il n’ intégra qu’en 1693 avec un discours de réception qui, contenant sous forme de portraits ou de caractères l'éloge et la critique de quelques académiciens vivants, déplut fort à l'Académie qui décida qu'un nouvel article serait ajouté aux Statuts, obligeant le récipiendaire à soumettre son discours à une commission d'académiciens, avant de le prononcer.
 
La Bruyère mourut, d'une attaque d’apoplexie à Versailles, comme il vécut, en homme discret soucieux de ne pas faire de bruit aux modestes moyens financiers. Devant une disparition si brutale, quelques soupçons d’empoisonnement circulèrent qui restèrent infondés.
 
La postérité n’a gardé de lui qu’une image floue d’un vieux garçon  timide resté aux marge du pouvoir et de la gloire dont on connaît peu de choses de la vie. Fidèle au christianisme et au classicisme, il resta aussi fidèle à son projet humaniste : celui de corriger les mœurs pour faire progresser l’homme. L’homme d’un seul livre, certes, mais l’homme d’un chef-d’œuvre.
 
Depuis le Moyen Age, le village de Versailles possédait une église paroissiale dédiée à Saint-Julien de Brioude. Détruite, entre 1678 et 1682, pour permettre l'extension des annexes du château, une nouvelle église fut construite, sous le même patronage, dans un autre quartier, entre la rue Neuve et celle de la Paroisse. Il s’agissait d’une construction modeste, à caractère provisoire, bientôt dénommée la « vieille église » en attendant l'achèvement de l'église Notre-Dame, plus digne de la nouvelle paroisse royale, et  dont elle était séparée par un passage.
Utilisée aux réunions des Amis de la Constitution, en 1791, elle fut mise en vente comme bien national et détruite par ses acquéreurs en 1797.  
 

C’est dans cette église que Jean de la Bruyère fut inhumé le 12 mai dans une modeste tombe.Quid de ses restes lors de la démolition de l'église ? Y étaient-ils encore ? Dans l’affirmative, furent-ils transférés au cimetière Notre-Dame ou laissés sur place, définitivement ensevelis dans les fondations d’un bâtiment, autre ? Je n’ai, hélas, aucune réponse à cette question.
Acte d'inhumation de Jean de La Bruyère © MCP
THEMES 
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
FACEBOOK
CONTACT
Chercher
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter:
l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 17 avril 2018
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.