RETOUR PERSONNALITES LIEES A PHILIPPE II
SIMON IV DE MONTFORT (entre 1164 et 1175  – 25 juin 1218)
Cathédrale Saint-Nazaire de Carcassonne (Aude), puis le prieuré des Hautes-Bruyères (Yvelines)
Plusieurs membres de la maison de Montfort ( Montfort-l’Amaury) marquèrent l’histoire de leur empreinte. Mais le plus célèbre d’entre eux fut incontestablement Simon IV* figure incontournable de la croisade contre les Albigeois.
*Simon I de Montfort († 1087), Simon II de Montfort  († 1101), Simon III de Montfort († 1181), Simon
(† 1188), fils de Simon III on ne sait à peu près rien de lui sauf qu’il était  le père de Simon IV. Le fait que de façon récurrente  il ne soit pas « numéroté » dans la chronologie dynastique des Montfort, de facto,  son fils endosse le  n° IV mais peut, parfois, être considéré comme le cinquième du nom.
La mort de Simon de Montfort
Gravure d'Alphonse Marie de Neuville (1883)
Son corps fut bouilli pour en séparer les chairs du squelette. Son fils, Amaury de Montfort, emporta avec lui les ossements de son père qu’il fit inhumer en la cathédrale Saint-Nazaire de Carcassonne.
Une pierre tombale retrouvée en 1845 représentant un chevalier avec cotte de maille et épée au côté, la robe couverte de lions (blason des Montfort) et de croix cléchées (Toulouse), un lion à ses pieds, est réputée être la sienne. Malheureusement, même en travaillant les contrastes, les reliefs très effacés sur la pierre très blanche ne laissent apparaître que les croix.
Cathédrale Saint-Nazaire de Carcassonne © MCP
© MCP
© MCP
L'ancien prieuré des Hautes-Bruyères BnF/Gallica
Sources principales :
-Simon de Montfort de Michel Roquebert –Ed. Perrin (2005)
-http://jeanalain.monfort.free.fr/78/Montfort78_4.htm
-http://jeanalain.monfort.free.fr/78/HauteBruyere.htm
(*) commentaire(s)
2 février 2017
En 1224, lorsqu’assiégé à son tour, Amaury de Monfort capitula, il rentra à Montfort-l’Amaury emportant avec lui les restes paternels. Simon fut alors inhhumé en l’église du prieuré des Hautes-Bruyères (Saint-Rémy-l'Honoré) situé à moins de dix kilomètres de Montfort.
Fondé en 1112 par Bertrade de Montfort, seconde épouse de Philippe Ier, le prieuré accueillit le tombeau de la reine puis ceux d’autres Montfort.
Au 16ème siècle, lors de la restauration des sépultures familiales, les religieuses décidèrent de conserver le crâne de Simon dans un reliquaire en argent qui disparut à la Révolution.
Sur sa dalle funéraire on pouvait se lire :
 
« Simon iste comes. Fidei protector, Regis Militiae fames fuit. Hic discretio legis »
« Dantur facto casuque cadum iterato Simoni sublato, Mars, Pâris atque Cato »
 
Déja très effacée par le passage des fidèles, les inscriptions disparurent quand la pierre tombale s’effondra mettant à jour, après quelques coups de pioche, les restes de Simon et de sa femme, Alix, encore enveloppés dans du taffetas rouge reposant dans un cercueil pulvérulent.Sur leur nouvelle sépulture, se lisait une épitaphe due au poète Claude Rabet :
« Ce Simon, comme Mars fut de guerre un orage
Comme Pâris fut beau, Comme Caton fut sage
Sui qu’alors il mourut, on disait d’une voix tous trois
Etre avec lui mort encore une fois »
 
Il ne reste rien de sa tombe détruite à la Révolution.
Comte de Leicester par sa mère, il participa à la 4ème croisade mais, se refusant à servir les intrigues des Vénitiens, il gagna la Palestine et en revint en 1204. Cinq ans plus tard, après les infidèles, les hérétiques…
 
Apparu dans le Languedoc au 12ème siècle, principalement concentré en Occitanie dans les comtés de Toulouse et de Béziers-Albi-Carcassonne, le catharisme croyait en deux principes créateurs : l’un bon, appelé Dieu, invisible comme sa « bonne création », de nature purement spirituelle, avec les anges et les âmes ; et l’autre mauvais, visible, un Monde matériel et temporel avec ses créatures de chair périssable, voué à la corruption, et où le Mal se manifeste par la souffrance, la violence, le péché et la mort. Au titre de l’ensemble de leurs croyances, ils refusaient plusieurs rites du clergé catholique.
Ce grossier résumé a d’ailleurs moins d’importance que ce que leurs adversaires en disaient et ce qu’en croyait Simon qui se laissa entraîner à combattre cette hérésie et ceux qui la protégeaient.
 
Après avoir vainement essayé tout l’arsenal juridique à sa disposition pour la réduire à néant, en 1208, avec son terrible : « En avant chevaliers du Christ ! … », le pape Innocent III lança un appel solennel au roi de France, Philippe II, aux archevêques, évêques, barons, comtes, chevaliers du royaume et à tous les fidèles de l’Eglise catholique romaine pour en finir. Et Simon d’y répondre avec d’autres persuadés que, comme les croisés d’Orient, ils accomplissaient un rite de pénitence.
 
Au cri de « Massacrez les, car le Seigneur connaît les siens », la croisade contre les cathares en Albigeois démarra en 1209. La conquête du pays fut confiée à Montfort qu’il mena avec force cruauté par des milliers d’exécutions tant par la corde, le fer ou le feu, et par des centaines de destructions de villages, etc.
En 1213, lors de la bataille de Muret, il écrasa les troupes des méridionaux groupés autour de Raymond VI de Toulouse et de son beau-frère, le roi Pierre II d'Aragon. Aussi fervents catholiques que les croisés, ils craignaient, non sans raison, qu’ils ne leur enlevassent leurs droits, leurs terres et leurs coutumes sous prétexte de religion.
 
Mais au lieu de profiter du traumatisme de Toulouse en se ruant dessus, aux armes Simon préféra la diplomatie, attendant probablement que le Saint-Siège, le proclamât comte de Toulouse.
En décembre 1215, à l'issue du concile de Latran IV, Innocent III lui attribua définitivement le comté de Toulouse, le duché de Narbonne et les vicomtés de Carcassonne et de Béziers. Entre temps, Simon avait fait d’autres prises et s’imposait dorénavant de fait, à défaut de droit, comme princeps et monarcha d’un immense territoire.
Après avoir pris possession de la ville, il  espérait que Latran mettrait fin à la croisade et jouir tranquillement de sa conquête. En réalité, à peine concédé, son fief prenait eau de toutes parts notamment à cause de Raymond VI, bien décidé à reprendre ce dont il avait été dépossédé. Grâce à une nouvelle armée, à la résistance des toulousains, et à une ligue contre Simon, il profita de l’éloignement de ce dernier pour reprendre la ville.
Pour tenter de la réduire une seule solution s’imposait à Montfort : y mettre el siège. Il dura dix mois. Avril 1218 marqua le vrai début des combats. En mai les assiégeants reçurent des renforts considérables, mais rien n’y faisait. La résistance bien organisée de la ville se révélait bien plus coriace que prévu. Le moral en berne des croisés incita Simon à lancer, le 24 juin 1218, une attaque généralisée en déployant tous ses engins d’assaut et toutes ses forces mais qui n’emportèrent pas de décision.
Le lendemain, alors qu’il se précipitait au secours de son frère, Guy de Montfort, blessé, Simon reçut en pleine tête un boulet de catapulte. Toulouse, en liesse, exultait. Un mois plus tard, le siège était levé.  
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 20 novembre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.