RETOUR LOUIS XVI ET RÉVOLUTION
CADET ROUSSEL, Roussel Guillaume, dit (1743 – 26 janvier 1807)
Cimetière Dunant (Saint-Amâtre) d’Auxerre (Yonne)
http://www.mon-journal.org/article-36570465.html
Fils puîné, d’où son surnom de « Cadet », excentrique, le verbe bien pendu à la langue et infatué de sa personne, il s’installa à Auxerre à une date inconnue pour se placer comme domestique. Mais se sentant appelé à une autre destinée, il troqua sa livrée contre un emploi de clerc d’huissier.
Une fois maîtrisées les ficelles du métier, il réussit à se mettre  à son compte (1780) et devint officiellement  Maitre Guillaume Roussel, premier huissier-audiencier au baillage et siège présidial d’Auxerre,  ce qui lui assurait des revenus convenables. Sa jovialité en fit rapidement un personnage parmi les notables de la ville.
 
Malin et finaud, lorsqu’arriva la Révolution, il se mit au service du Tribunal d’Auxerre, se mêla aux conciliabules politiques dans lesquels il ne tarda pas à se faire remarquer : mieux valait hurler avec les loups, et de préférence, haut et fort.
Acte de décès de Cadet Roussel-Archives des registres d’état-civil d’Auxerre © MCP
© MCP
Statue de Cadet Roussel à l’emplacement de sa maison disparue au 19ème siècle http://www.mon-journal.org/article-36570465.html
Sources principales :
-Cadet Roussel (1743-1807) par Pierre Pinsseau (1945)
-Auxerre TV : Le cimetière Dunand (Saint-Amâtre) à Auxerre plus ancien que le Père Lachaise
http://www.auxerretv.com/content/index.php?post/2011/10/31/Le-cimeti%C3%A8re-Dunant-%C3%A0-Auxerre-plus-ancien-que-le-P%C3%A8re-Lachaise
(*) commentaire(s)
En 1792, au milieu d’un grand concours de la population, les volontaires auxerrois du 1er bataillon s’apprêtaient à rejoindre l’armée du Nord. A ces hommes, qui partaient pour une longue guerre, il fallait une chanson de marche.
Guillaume, qui amusait le pays par ses facéties, ses travers, ses prétentions et son originalité, avait encouragé sa popularité goguenarde. Notamment, on se souvenait de son habileté à négocier et à réaliser sa maison dans l’austère cour du Prétoire, une espèce de loggia bourguignonne, bizarre et invraisemblable construction issue de son imagination qui avait déclenché toutes sortes de plaisanteries. L’ensemble du personnage et son zèle politique ayant fait le reste de sa réputation, il était devenu brocardable à souhait.  
 
Le chevalier Chenu du Souchet, auxerrois et connu pour ses chansons spirituelles assaisonnées du sel d’une mordante satire, ne résista pas. Roussel le jacobin, le « Cadet » comme on continuait à l’appeler familièrement, était un trop beau sujet pour le rater.
En 1612, un sieur Bellone avait publié un recueil de chansons parmi lesquelles était épinglé Jean de Montmorency, seigneur de Nivelle, qui avait rejoint Charles le Téméraire contre Louis XI lors de la Ligue du Bien public (1454). Elle rappelait l’épisode où Jean de Nivelle, sommé de rentrer dans le giron royal et traité de chien par son père, avait préféré s’enfuir plutôt que de se soumettre.
Sur le même air que Cadet Roussel :
Jean de Nivelle n’a qu’un chien,
Il en vaut trois, on le sait bien…
Mais il s’enfuit quand on l’appelle !...
Connaissez-vous Jean de Nivelle ?
Ah ! Ah ! Ah ! Oui vraiment,
Jean de Nivelle est bon enfant.
 
Se saisissant de cet air populaire à l’accent vif et déluré, Chenu du Souchet se contenta de le parodier avec un succès immédiat se sifflotant ou se beuglant.
 
Certes, cette chanson n’était pas guerrière mais elle avait de l’entrain et du rythme. Et les volontaires de l’adopter comme refrain de marche. Longtemps à l’égale de la Marseillaise, qui n’en était qu’à ses débuts, elle égaya la marche des troupes un peu partout. Toute l’armée du Nord la chanta, puis le peuple.
En 1793, le théâtre parisien s’en empara avec une pièce, Cadet Rousselle ou le Café des Aveugles, qui obtint un succès inouï.
Partie modestement d’Auxerre, Cadet Roussel avait conquis toute la France au point de rentrer dans notre répertoire et d'y rester un grand classique.
 
Et le vrai Cadet dans tout cela ? Cette gloire soudaine et inattendue décupla son zèle patriotique. Entré à la Société Populaire d’Auxerre, dont la mission était de réchauffer l’enthousiasme de la population et de veiller à la stricte application des grands principes, sa conduite ne fut pas sans reproche et lui valut une suspension provisoire de ses fonctions. Il se fit encore remarquer lors de l’organisation d’une délirante fête de la Raison, puis ce fut la chute de Robespierre.
Fidèle à lui-même, Roussel tenta probablement de retourner sa veste, la chanson lui en prêtant trois, il avait donc le choix…ce qui ne lui épargna pas la prison, les accusations, les rancunes. Sa détention ne fut pas longue. Il demeura huissier du Tribunal civil et sombra dans l’anonymat avant qu'il ne soit de nouveau à l'honneur dans sa bonne ville d'Auxerre.
 
Veuf, en 1803, d’une femme de seize ans son aîné, trois mois plus tard, il convola avec une nièce de la défunte de vingt-trois ans sa cadette. Puis il mourut.
Le Cadet Roussel de Pierre Pinsseau, pourtant entièrement basé sur des documents d’archives, indique qu’il fut inhumé en la cathédrale Saint-Etienne. C’est impossible pour de multiples raisons : laïc sans jamais s’être impliquée dans la vie de la cathédrale, ce qui aurait pu en faire une exception parmi les membres du clergé, seuls autorisés ; de surcroît révolutionnaire ; mort sans les derniers sacrements, etc.
Cette rare erreur de l’auteur est due à une mauvaise interprétation manifeste de l’acte de décès et à un manque d’expertise sur le sujet. Enregistré sur la paroisse de la cathédrale Saint-Etienne, il en a simplement conclu qu’il y reposait.
Il fut inhumé dans l’ancien cimetière des Capucins, formé en 1793 sur le jardin du couvent des Capucins, et qui, agrandit par la suite, deviendra le cimetière Dunant. Une borne indique encore l'ancienne limite de ce cimetière où la tombe de l’inénarrable Cadet Roussel a disparu depuis longtemps.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 20 octobre 2017
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.