RETOUR  SECONDE GUERRE MONDIALE
►POULIQUEN Joseph (1897 – 24 septembre 1988)
Cimetière de Saint-Méloir-des Ondes (Ille-et-Vilaine)
LES SÉPULTURES DES PILOTES DU NORMANDIE-NIEMEN : suite et fin de l'article
Commandant, c’est lui qui fut appelé pour former, en septembre 1942, un nouveau groupe de chasse destiné à se battre sur le front de l'Est aux côtés de l'Armée Rouge. Il entreprit alors la formation du groupe de chasse « Normandie » qui, sous sa direction, rejoignit l'Union soviétique qu’il quitta en mars 1943 pour retourner en Angleterre où il fut nommé commandant adjoint du Groupe de bombardement « Lorraine » avec lequel il accomplit plusieurs missions au-dessus de l'Allemagne comme mitrailleur de tourelle. Adjoint au colonel commandant les FAFL en Grande-Bretagne et affecté en qualité d'officier supérieur de liaison auprès du commandement britannique du Wing 145 pour les opérations de Normandie, du nord de la France et de Belgique (février 1944), il retourna ensuite effectuer d’autres missions offensives, notamment sur Brême et Hambourg.
Démobilisé, il s'établit comme antiquaire à Saint-Paul-de-Vence avant de retrouver sa terre natale malouine dont il fut fait citoyen d’honneur. Il mourut à l'Institution Nationale des Invalides où ses obsèques furent célébrées en la cathédrale Saint-Louis-des-Invalides. Compagnon de la Libération.
Merci à Nicolas Badin pour ces deux photos
►POUYADE Pierre (1911 – 5 septembre 1979)
Cendres dispersées dans la baie de Bandol (Var)
Chargé du recrutement à Londres des pilotes pour former une deuxième escadrille du Normandie dont on lui confia le commandement, il rejoignit l’URSS en juin 1943 où, le mois suivant, il remplaça le commandant Tulasne mort au combat, à la tête de l'ensemble de l’escadron. Après avoir conduit ses hommes dans les grandes opérations aériennes dans les secteurs d'Orel, d'Ielnia, de Smolensk ou d'Orcha, abattant lui-même cinq avions, il retourna en France où il fut victime d’un grave accident de voiture. Il ne revint en URSS qu’en avril 1945.
Cet As de l'aviation termina la guerre avec le grade de lieutenant-colonel. Inspecteur de l'Aviation de chasse, Vincent Auriol le désigna attaché air à la Présidence de la République (1947-1950), puis il fut nommé attaché militaire naval et de l'air en Argentine et auditeur et instructeur au collège de défense de l'OTAN (1953-1956). Retiré de l’armée, conseiller spécial de l'Union des Syndicats d'Industries aéronautiques et spatiales pour les relations avec l'URSS et directeur du département étranger de la Société RICOM, il fut élu député de Corrèze puis d’une circonscription du Var où il était également conseiller général, membre de la présidence de l'Association France-URSS. Il décéda à Bandol. Compagnon de la Libération.
►POZNANSKI André (1921 - 13 avril 1943)
Lieu inconnu
Arrivé en URSS avec le premier contingent de pilotes en novembre 1942, il fut aussi l’un des premiers à disparaître, après leur formation, dans la région de Spass-Demiensk. Pas de sépulture connue.
►PREZIOSI Albert (1915 - 28 juillet 1943)
Lieu inconnu
Arrivé en URSS avec le premier contingent de pilotes en novembre 1942, il disparut en combat aérien dans la région d'Orel. Son corps fut inhumé anonymement et à la hâte avec d'autres soldats ou partisans soviétiques. Par la suite,  entre 1944 et 1947, il est probable qu’il ait été transféré dans le cimetière militaire d'Orel de la « Grande Guerre patriotique » (Russie) quand y furent rassemblés tous les corps de militaires et partisans retrouvés.
►QUERNE Louis (1920 – 25 septembre 1944)
Lieu inconnu
Arrivé en URSS en mars 1944, après avoir remporté sa première et unique victoire et participé à de multiples opérations, il disparut au cours d’une mission de mitraillage au sol dans le secteur de Tilsitt. Pas de sépulture connue.
►REVERCHON Charles (1920 – 1er octobre 1975)
Cimetière de Lons-le-Saulnier (Jura)
Présent dans l’unité en octobre 1944, il cumula autant la malchance que les miracles : abattu une première fois, puis une seconde, bien que son avion ait pris feu et se soit écrasé il en sortit vivant mais grièvement blessé. Amputé d’une jambe, après une très longue hospitalisation et rééducation, il retourna dans le groupe alors stationné à Rabat-Salé (Maroc). Ne pouvant plus voler, il fut successivement contrôleur aérien et d’opérations aériennes avant de prendre sa retraite en 1966.
Hommage à Charles Reverchon sur sa tombe
© Le Progrès/François Tonnerre
►REY Jean (1920 – 28 août 1943)
Cimetière Beauferrier à Bergerac (Dordogne)
Parvenu dans le groupe le 3 août 1943, pour sa première mission de liaison, le 28 août, l'avion estafette biplace à bord duquel il se trouvait s'égara et passa les lignes allemandes dans la région de Ielnia. Violemment pris à parti par la défense allemande, l'appareil fut criblé de projectiles et Jean Rey fut tué à son poste d'observation par des éclats d'obus. Louis Astier, qui pilotait, parvint à ramener l’avion et le corps dans les lignes russes où il fut inhumé avant son transfert en France dans sa ville natale en 1953. Compagnon de la Libération.
© Philippe Landru
© Souvenir Français
►RISSO Joseph (1920 – 24 novembre 2005)
Cimetière de Cadolive (Bouches-du-Rhône)
Affecté au groupe dès sa création, il parvint en URSS avec le premier contingent en novembre 1942. Il prit part aux campagnes d'Orel, de Briansk, de Smolensk et participa aux opérations victorieuses de Vitebsk, d'Orcha, de la Berezina, de Minsk, de Vilno et de Prusse-Orientale, effectuant vingt-cinq missions offensives dont cinq escortes de bombardiers profondément en territoire adverse. Cumulant une quinzaine de victoires, après la guerre cet As poursuivit sa carrière militaire et fut aussi, et entre autres, successivement auditeur au Collège de Défense de l'OTAN, au Centre des hautes études militaires (CHEM), à l'Institut des hautes études de la Défense nationale (IHEDN) et au Centre des études militaires (CEM) de 1965 à 1970. Inhumé dans son village natal. Compagnon de la Libération.
Volontaire pour l’URSS, il rejoignit le groupe en janvier 1944 jusqu’au retour de celui-ci en juin 1945. Il occupa alors de nombreux postes, dont : attaché de l’Air à Washington et à Moscou, aux Forces Aériennes Françaises en Allemagne, à l’école de guerre aérienne, à la 4ème ATAF en Allemagne, à Londres, et à l’OTAN. Il quitta l’armée avec le grade de général de brigade. Il mourut à l’hôpital du Val de Grâce.
►SAINT-PHALLE Jacques de (1917 – 14 juin 2010)
Cimetière de Saint-Benin-d’Azy (Nièvre)
Arrivé en URSS en août 1943, il participa aux campagnes de Smolensk et à celles aux frontières de la Biélorussie, de la Pologne, et de la Lituanie. Nommé instructeur à l'école de chasse de Meknès après la guerre, il devint ensuite commandant de bord à Air France et fut l’un des premiers pilotes de la compagnie à voler sur un Boeing 747 dans les années 1970.
►SAUVAGE Roger(1917 – 28 septembre 1977)
Carré militaire du cimetière de Caucade à Nice (Alpes-Maritimes)
Après l’armistice, ne supportant pas l’excès d’oisiveté des troupes cantonnées en Afrique du Nord, il se porta volontaire pour l’URSS où il arriva en janvier 1944. A ses précédents lauriers, ce pilote émérite en ajouta d’autres (16 au total) faisant de lui l’un des meilleurs As français de la Deuxième Guerre mondiale. Il resta au sein du Normandie-Niemen  jusqu’en 1947 puis poursuivit sa carrière dans l’armée de l’Air.
© Claude Dannau/ http://www.aerosteles.net/stelefr-nice-sauvage
►SCHICK Michel (1918 – septembre 1995)
Cimetière de Triel-sur-Seine (Yvelines)
Né à Moscou, c’est comme officier de liaison /interprète ne cumulant que douze heures de vol qu’il intégra le groupe dès 1942. Outre assurer la liaison entre les Français et l’état-major soviétique, il tint également le rôle d’officier radio lors des opérations en première ligne. Il finit par devenir pilote de liaison à part entière et, fait unique dans les annales de l’Armée de l’Air, il obtint son brevet de pilote de chasse sur Yak en étant formé « sur le tas » par ses camarades. Objectivement doué, l’état-major lui attribua son brevet de navigateur « par assimilation ». Hélas, je n’ai pas trouvé d’informations sur sa fin de vie et son lieu de décès.
►SCHOENDORFF Joseph (1919 – 21 novembre 1970)
Cimetière de Langonnet (Morbihan)
Intégrant le Normandie en février 1944, il resta dans le l’escadron après la guerre avant de devenir Officier Sécurité Air en Station Maître Radar, et occupa, de 1947 à 1953, différents postes à Troyes, Romilly, Servance et Contrexéville. Nommé capitaine, et affecté au CATA 853 de Versailles puis au CATA 852 de Paris, il fut admis à la retraite en 1965.
https://www.jeanpaulsylvestre.com/articles/normandie-niemen
►SEYNES Maurice de (1914 – 15 juillet 1944)
Cimetière parisien de Bagneux (Hauts-de-Seine)
Il s’était déjà distingué par son ardeur et son sang-froid quand il rejoignit l’unité début janvier 1944 avec laquelle il participa aux offensives victorieuses dans les secteurs Vitebsk, Orcha, Borissov et Minsk. La noblesse de son comportement à l’occasion de sa mort allait profondément marquer « Le Normandie ». Le 15 juillet 1944, il embarqua avec lui son mécanicien, Vladimir Bélozoube, pour rejoindre un terrain au plus près du front avec son unité. Mais victime d’une fuite de carburant dans la cabine, aveuglé, intoxiqué, il chercha vainement à atterrir à plusieurs reprises.
© MCP
© MCP
►SIBOUR Jean de (1922 – 31 août 1943)
Lieu inconnu
Employé chez le constructeur aéronautique britannique de Havilland Aircraft Company, à dix-huit ans, il ne put s’engager en France, et la RAF le refusa car de nationalité française. Néanmoins, expert en hélices auprès de celle-ci en Lybie, il y participa à toutes les campagnes comme officier, grade qu’il dut abandonner quand, en mars 1942, il demanda à devenir pilote. Après avoir rejoint les Forces Aériennes Françaises Libres (FAFL) en Syrie, il se porta volontaire pour l’URSS où il arriva le 3 août 1943. Le 31, il disparaissait au cours d’un combat dans le secteur d’Ielnia. Pas de sépulture connue.
►TABURET Gaël (1919 – 10 février 2017)
Lieu des cendres (ou de la dispersion)  non déterminé
Valeureux pilote engagé dans le groupe en avril 1944, il termina la guerre avec six victoires et, à la fin du conflit, resta au sein de Normandie-Niemen qu’il suivit en Indochine où il occupa le poste de chef des opérations. Puis, quittant le régiment, il dirigea l’escadrille des moniteurs et de réentrainement de Meknès, fut affecté à la défense aérienne du territoire de Versailles, passa deux ans dans les forces françaises en Allemagne, partit en opération en Algérie avant de prendre le commandement de la base aérienne d’Orange. Mis à la retraite, il devint directeur de l’action régionale de l’institut de contrôle et de gestion. Il mourut à Cannes. Il était le dernier survivant de tous les pilotes français et russes du Normandie-Niemen. Il fut crématisé au crématorium de Cannes. Il était le dernier pilote de l'escadron à disparaître.
►TEDESCO Jean de (1920 – 14 juillet 1943)
Lieu inconnu
Engagé dans les Forces Aériennes Françaises Libres (FAFL), il prit part à plus de 45 missions offensives avant de se porter volontaire pour servir dans le Normandie où il arriva en juin 1943 et avec lequel il participa immédiatement aux dangereuses opérations menées pendant la bataille d'Orel. Il disparut abattu en combat aérien dans la région de Balkov au cours d'un dur engagement contre plusieurs avions ennemis. Son corps n'a jamais été retrouvé. Compagnon de la Libération
►TULASNE Jean (1912 – 17 juillet 1943)
Présumé inhumé au cimetière Vvedenskoïe de Moscou (Fédération de Russie)
Il avait déjà de multiples combats à son actif sur divers fronts quand, promu commandant, De Gaulle le nomma chef d'Etat-major des Forces Aériennes Françaises Libres (FAFL) au Moyen-Orient. Il prit ensuite le commandement du groupe de chasse « Alsace » et, là encore, participa à de nombreuses missions avant de recevoir l'ordre de se replier avec son groupe devant l'avancée des troupes de Rommel et de se voir confier le commandement tactique du Normandie. Accompagné des premiers volontaires, il arriva en URSS le 1er décembre 1942.
Effectuant deux à trois sorties par jour, escortant des bombardiers, accomplissant des couvertures ou des missions de chasse libre, au lendemain de deux magnifiques victoires, il fut abattu à son tour dans la région d'Orel.
En 1963, on retrouva un corps qui pourrait être le sien. Il est donc présumé être inhumé au cimetière Vvedenskoïe de Moscou dans le Carré des pilotes étrangers, avec l’inscription « pilote français inconnu ».Compagnon de la Libération.
© NVO
© NVO
►VERDIER Marc (1916 – 22 septembre 1944)
Lieu inconnu
Arrivé dans le groupe début janvier 1944, le 22 septembre il décolla pour une patrouille avec Robert Delin. Après avoir reconnu des terrains, il voulut attaquer une locomotive sur une voie ferrée. Le temps pour Delin de se mettre en position, et l’avion de Verdier avait disparu ayant très probablement percuté le sol. A défaut de sépulture connue, la commune de Poigny-la-Forêt (Yvelines) a érigé un cénotaphe dans le cimetière en sa mémoire.
►VERMEIL Firmin (1914 – 17 juillet 1943)
Lieu inconnu
Pilote démobilisé à l’armistice, mais désireux de reprendre sa place dans une unité aérienne, il rejoignit les Forces françaises libres à Londres et signa son engagement dans les Forces aériennes françaises libres en janvier 1943. En juin, il arrivait au Normandie où ses qualités de pilote et son ardeur à combattre lui permirent de participer rapidement aux offensives. Il disparut en combat aérien le même jour que le commandant Jean Tulasne, face à des chasseurs ennemis supérieurs en nombre, dans le secteur de Znamenskaïa. Son corps n'a jamais été retrouvé. Compagnon de la Libération
►VERSINI Roger (1919 – 11 décembre 1966)
Cimetière d’Ambert (Puy-de-Dôme)
Hommages rendus sur la tombe de Roger Versini le 26 juin 2017
http://le-souvenir-francais.fr/galerie-photos/cetait-hier-7/
1er avril 2018
Arrivé au Normandie en mai 1944, il termina la guerre avec 3 victoires dont une en collaboration, et resta dans l’Armée de l’Air. Envoyé en Indochine (1949), rapatrié sanitaire un an plus tard, il fut déclaré inapte au service naviguant à l’exception des avions de liaisons. Nommé capitaine, affecté à différentes bases aériennes, après avoir été rayé de la liste des personnels navigants, il fut successivement affecté : au SDA (Secteur Défense Air) à Ajaccio, au Centre de Détection et Contrôle 10.942 de Lyon Satolas , au SDA 10.951 à Alger La Reghaia et à la BA 120 de Cazaux . Affecté au CATA 855 de Bordeaux, il décéda peu après longue maladie et fut inhumé dans sa ville natale.
►SAUVAGE Jean (1917 – 22 août 2014)
Cimetière de Talloires (Haute-Savoie)
Présent dans l’unité en janvier 1944, il termina la guerre avec un statut d’As. Affecté au GT III/15 Maine, puis détaché au Ministère des Travaux Publics et des Transports, il poursuivit sa carrière de pilote comme commandant de bord à Air France. il était le doyen des survivants français à sa mort.
►SAINT-MARCEAUX Gaston Baugnies de Paul de (1914 – 2 mai 1986)
Cimetière du Père-Lachaise, 44ème division (Paris)
Merci à Laurent Barbier pour cette photo
Malgré les ordres qu’il recevait de sauter en parachute, il s’y refusa par sa solidarité avec son mécanicien privé de parachute à cause de la place exigüe qui lui était réservée. L’avion s’écrasa à Doubrovka. Son sacrifice au nom de la fraternité impressionna vivement les Soviétiques et fut connu dans tout le pays qui le décora du plus haut titre honorifique : Héros de l’Union Sovétique. Sur ordre personnel de Staline, ils furent inhumés dans une tombe commune au cimetière moscovite de Vvedenskoïe avant que la dépouille du jeune héros ne soit ramenée en France dans la sépulture familiale en 1953.
Sources principales :
Tous mes plus sincères remerciements à M. Yves Donjon, documentaliste et historien du Mémorial du Normandie-Niemen, dont l'aide précieuse me permet d'enrichir cet article au fur et à mesure de notre collaboration. Egalement écrivain, Yves Donjon est  l'auteur  de Ceux du Normandie-Niemen (reprenant les biographies détaillées des pilotes, mécaniciens, interprètes, médecins, ou secrétaires du Neu-Neu), ouvrage dont les droits d'auteur et le bénéfice des ventes sont intégralement reversés à l’Association Mémorial Normandie-Niemen.
 
-http://normandieniemen.free.fr/les_pilotes_du_Normandie_Niemen.htm
-http://www.cieldegloire.com
-https://www.ordredelaliberation.fr/fr/compagnons/1038-compagnons
-https://www.herodote.net/12_novembre_1942-evenement-19421112.php
-http://le-souvenir-francais.fr/wp-content/uploads/2017/05/Annexe.pdf
-https://fr.rbth.com/art/histoire/2015/06/08/les_heros_de_normandie-niemen_entrent_au_pantheon_de_laviation_f_33863
-https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/l-epopee-du-normandie-niemen-193940
(*) commentaire(s)
© MCP
© MCP
Chercher
THEMES 
ACCUEIL
DE A à Z 
CONTACT
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
FACEBOOK
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 18 août 2018
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.