RETOUR  SECONDE GUERRE MONDIALE
LUCHAIRE Jean (1901 – 22 février 1946)
Cimetière du Montparnasse, 3ème division (Paris)
Fils de Julien Luchaire, il profita d’une jeunesse dorée dans une famille d'universitaires républicains, laïques, cosmopolites, qui facilita ses débuts dans le journalisme. « Belle gueule », dandy à paillettes collectionnant les aventures féminines, le personnage n’en était pas moins un surdoué. Opposé au traité de Versailles, qu’il estimait trop injuste pour l’Allemagne, il mit son talent au service d’un pacifisme raisonné et constructif. Jouant un rôle important dans l’évolution du parti radical, dont il anima les jeunesses en 1927, la même année, il fonda   son mensuel Notre Temps,  qui rassembla les signatures de tous les
« jeunes » qui comptaient en Europe.
►LUCHAIRE Julien (1876-1962), son père
Fils d'Achille Luchaire, Irrésistiblement attiré par la culture italienne, alors que déjà professeur, il créa des cours du soir pour les ouvriers italiens travaillant à Lyon, et, à Grenoble, regroupa autour de lui des
« italianisants » avec lesquels il partageait son attachement à la littérature italienne. A force de ténacité, il créa l’Institut français de Florence, premier de tous les Instituts français du monde, qu’il dirigea et qui marqua sa vie par son rôle dans les relations culturelles internationales comme le fit  son œuvre littéraire dont des pièces de théâtre. Ami avec la plupart des intellectuels de l’époque, dont de nombreux artistes israélites, à la Libération, il fit partie du Comité national des écrivains. Dans Les Confessions d’un Français moyen, il exprima le tourment d’un père qui, tout en désapprouvant la dérive politique de son fils,   lui conservait son amour mais ressentait pour lui-même l’influence pernicieuse du climat passionnel de l’époque.
►LUCHAIRE Achille (1846 - 1908), son grand-père paternel  
Philologue et Historien médiéviste c'est surtout dans ce domaine qu'il se construisit une solide réputation, notamment grâce son Histoire des institutions monarchiques de la France sous les premiers Capétiens (1883 et 1885) que confirmèrent des ouvrages ultérieurs et diverses publications. Professeur à la Sorbonne, élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques (1895), le dernier volume de sa magistrale histoire d’Innocent III lui valut le prix Jean Reynaud quelques jours avant sa mort. Il avait épousé Alphonsine, fille de Jules Zeller, qui repose dans cette sépulture.
►ZELLER Jules (1819-1900), son  grand-père maternel
Agrégé d'histoire et géographie et docteur ès lettres, professeur à la Sorbonne, à l'École normale supérieure et à l'École polytechnique, il fut membre de l'Académie des sciences morales et politiques (1874) , et président de l'Institut de France (1886). Sa fille, Alphonsine, avait épousé Achille Luchaire.
En revanche, sa fille, l'actrice Corinne Luchaire, fut inhumée dans un autre cimetière parisien.
© MCP
© MCP
►LUCHAIRE Corinne (1921 – 22 janvier 1950)
Cimetière parisien de Bagneux (Hauts-de-Seine)
Fille de Jean Luchaire, révélée au grand public par le film Prison sans barreaux (1938), où elle tenait le rôle principal, elle devint alors l'une des vedettes les plus prometteuses du cinéma français. Mais, souffrant de tuberculose, sa carrière fut rapidement interrompue par des séjours réguliers en sanatorium. Sous l’Occupation, elle profita d’une vie mondaine et insouciante grâce à son père dont elle fut la secrétaire et qu'elle suivit dans sa fuite à Sigmaringen à la Libération. Arrêtée, condamnée à dix ans d’indignité nationale, elle mourut prématurément de la tuberculose. Elle repose au cimetière parisien de Bagneux.
© MCP
© MCP
Sources principales :
 
-Article de l’Express : « Un dandy chez les nazis » par Grégoire Kauffmann, mis en ligne le 18/01/2013.
-LUCHAIRE (Jean, Marie, Julien) -Note biographique, par Guy Caplat -Publications de l'Institut national de recherche pédagogique (1997) pp. 385-391
-Wikipédia
(*) commentaire(s)
Apprécié des politiques, familier d’Aristide Briand, bien qu’attiré par la politique il n’y trouva pas sa place. Depuis 1930, une amitié le liait à Otto Abetz (1903-1958), qui allait devenir ambassadeur d’Allemagne en France dès 1940. Tous deux œuvraient pour le rapprochement franco-allemand.
 
Ambitieux, mais intellectuellement sincère, malgré le changement de régime intervenu en Allemagne, Luchaire persévéra dans cette idée, et s’engagea résolument dans la voie de la collaboration. Dès novembre 1940, il fonda le journal collaborationniste Les Nouveaux Temps et, dès lors, occupa une place considérable dans la presse parisienne. Outre ses convictions, peut-être aussi par amour de la dolce vita, du luxe et du pouvoir, ce fidèle au gouvernement de Vichy devint président de l'Association de la presse parisienne (1941) et de la Corporation nationale de la presse française. Influençant la radio, le cinéma, la publicité et l'édition, Luchaire se muta en symbole du traître mondain.
 
En juillet 1944, notamment avec l’amiral Platon, Marcel Déat et Fernand de Brinon, il signa une déclaration visant à remettre en cause Pierre Laval, qu'ils jugeaint trop tiède face à l'offensive anglo-américaine en Normandie, et demandant un gouvernement formé de « personnalités indiscutables ».
 
Réfugié à Sigmaringen après la libération de Paris, il y fut nommé commissaire à l'Information au sein de la Commission gouvernementale pour la défense des intérêts français. Directeur du journal La France, quotidien en langue française destiné aux exilés de Sigmaringen, il dirigea également une radio, Ici la France.
Puis, après avoir vainement tenté un exil au Liechtenstein et en Suisse, il fut arrêté par les Américains en Italie à Merano, à la mi-mai 1945. Livré aux Français, traduit en justice pour collaboration avec l'ennemi devant la Haute Cour de justice en janvier 1946, il fut exécuté le mois suivant au fort de Châtillon.
D’abord inhumé au cimetière parisien de Thiais avec les autres fusillés pour collaboration, il fut transféré dans la sépulture familiale du cimetière du Montparnasse en décembre 1947.
Dans la même tombe reposent :
27 mars 2020
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye de Chelles (77)
-Abbaye de Longchamp (75) (disparue)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
-Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Collégiale St-Martin de Montmorency  (95)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-des-Ménétriers (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Rouges (75) (disparu)
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
-Hospice des Quinze-Vingts St-Honoré (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée d'Hadrien à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 
-Noviciat de l'Oratoire (75)
 
-Oratoire St-Honoré ou du Louvre (75)
 
-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
-Prieuré Ste-Croix-de-la-Bretonnerie (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 24 octobre 2020
COPYRIGHT 2010 - 2020 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.