LESURQUES Joseph ou Jean (1763 – 31 octobre 1796)
Cimetière Sainte-Catherine (Paris)
Malgré le doute qui s’installa dans les esprits, à l’issue du procès, Couriol, Bernard et Lesurques furent condamnés à mort, Richard  expédié au bagne tandis que Guénot et Bruer étaient innocentés.
Dans la charrette qui emmenait les condamnés vers leur supplice, Courriol, hurlait :« Je suis coupable, moi, je n’ai jamais connu Lesurques ». Couriol, qui n’avait plus d’intérêt à mentir,  jura de l’innocence de Lesurques qui, au pied de l’échafaud, clamait encore être non coupable.
L’Affaire du courrier de Lyon
« L’affaire du courrier de Lyon est la plus mémorable erreur judiciaire de l’histoire de France »
La malle-poste du courrier de Lyon (reconstitution)
Nuit du 26 au 27 avril 1796.
La malle poste qui reliait  Paris à Lyon fut attaquée par cinq individus près de Vert Saint-Denis en Seine-et-Marne. Le postillon et l’employé des postes furent assassinés, 24.000 livres en monnaie et 7 millions en assignats destinés à l’armée d’Italie disparurent.
 
L’enquête mena à l’arrestation de six hommes parmi lesquels Joseph Lesurques.
Bien qu’il ne cessât de clamer son innocence, en apparence tout l’accablait:  il ressemblait à un des assassins et les autres inculpés ne l’innocentaient pas. Les témoignages en sa faveur ne furent pas pris en compte. Pourtant, au fur et à mesure on réalisa que les témoignages qui le chargaient se révèlaient douteux et que ceux à sa décharge, attestant de son impossibilité à être sur le lieu du crime, étaient crédibles. Un des coupables, Couriol, confia, un peu tard, que Lesurques était victime d’une méprise avec un dénommé Dubosq.
1-2-3
1-2-3
Dix mois après le crime, un dénommé Durochat-Laborde fut inculpé pour sa participation à l’affaire qui ne faisait aucun doute. Quand il raconta les faits et nomma ses complices, il affirma ne pas connaître Lesurques.
(*) commentaire(s)
La révision
Rien n’y fit. La machine judiciaire s’était emballée et d’admettait pas de se renier : Joseph Lesurques fut guillotiné et rentra dans les terribles et très probables erreurs judiciaires.
Erreur d’autant plus dramatique qu’elle ne fit pas que lui comme victime.
Après l'exécution, la femme de Lesurques fut frappée par la folie. Après sa mort, leurs enfants firent rajouter cette inscription sur son tombeau: "Martyrs tous deux sur la terre tous deux sont réunis au ciel ".
Leur fille se suicida quelques années plus tard. Quant au seul fils, il s'enrôla dans l'armée napoléonienne pour laver le nom de son père. Il mourut pendant  la campagne de Russie.
RETOUR BOULEVARD DU CRIME
THEMES 
Chercher
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
________________________________________________________________________________
par Marie-Christine Pénin
COPYRIGHT 2010 - 2017- TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.