RETOUR BOULEVARD DU CRIME
Avec sa mère Teresina
La soupe populaire offerte par Al Capone à Chicago
CAPONE Alphonse Capone, dit Al (1899 - 25 janvier 1947)
Cimetière Mount Carmel d’Hillside, section 35, Illinois (USA)
                                                               ...Sa famille
                                                                                                                                      ...Sa bande
A force de vouloir éradiquer toute trace d’une époque où les abattoirs et les gangsters firent sa mauvaise réputation, la ville de Chicago a aussi détruit une partie de son histoire. Excepté la devanture du cinéma où fut arrêté Dillinger, il ne reste rien datant vraiment de l’époque.
 
Dans ce contexte Al Capone n’est pas mieux loti. Une route traverse l’immense cimetière du Mont Carmel où il repose. A l’accueil, le personnel spontanément chaleureux devient plus réticent quand on lui demande où se trouve la tombe du gangster. D’un geste large et ennuyé, il nous indiqua la partie du cimetière située de l’autre côté de la route sans plus de précision.
A l'époque, le monument de la famille, envahi par la végétation, ne laissait apparaître aucun repère. Aller trouver une tombe parmi des milliers d’autres sans aucune indication ! Un Latino, à cheval sur sa tondeuse, réduisit notre champ de recherche en nous montrant du doigt une partie du cimetière. Notre quête semblait vaine et nous nous apprêtions à renoncer lorsque notre attention fut attirée par une femme. Agée, vêtue de noir, elle tenait à la main des roses qu’elle déposa sur une tombe avant de se recueillir et de s’éloigner à petits pas.
Je ne sais pas pourquoi, mais nous avons pensé : « Bingo » ! Nous avions enfin découvert la simple plaque indiquant la sépulture d’Alphonse Capone. Des années plus tard, je me demande toujours qui était la vieille dame en noir venue rendre hommage au plus célèbre des gangsters.
Un gamin comme tant d’autres dans Brooklyn se joignit un jour à une bande recrutée par John Torrio, un chef local mêlé au crime et à la prostitution. Dix ans plus tard, Torrio, installé à
Chicago, fit venir le petit italien dont il sera le mentor et qui devint un des ses principaux lieutenants : Al Capone était né.
 
Capone  travailla aussi pour Frankie Yale dans The Seedy Harvard Inn. C'est là, lors d’une bagarre aux couteaux qu’un truand, Frank Gallucio, lui entailla profondément la joue droite ; Scarface il devint, et Scarface  il resta dans la mémoire collective.
1-2-3-4->
1-2-3-4->
Il était non seulement une légende vivante qui fascinait mais à Chicago, comme partout aux Etats-Unis, la grande dépression affamant des milliers de chômeurs, Capone se mit à les nourrir à grandes louchées de soupe populaire. De quoi s’attacher sincèrement les âmes les plus simples.
Il leur faudra le « massacre de la Saint-Valentin » en 1929 pour que leur opinion changeât.
(*) commentaire(s)
La famille Capone déménagea à Cicero, un faubourg de Chicago. Leur maison lui servit de premier Quartier général. La prise de pouvoir de Cicero en 1924 par Al Capone est restée célèbre dans les annales. Lors d’une élection municipale, les votants, sous la menace, élirent le candidat de Capone ; candidat qui, quelques semaines plus tard, déclara vouloir chasser Capone de la ville. Se ruant dans le bureau du maire aussi fantoche que « ripoux », il le frappa et jeta en bas des escaliers du hall d’entrée de la mairie et les choses rentrèrent dans l’ordre mafieux…L’alliance Torrio-Capone prouvait son efficacité. Malheureusement, son frère Frank perdit la vie dans cette affaire.
 
Il n’avait que vingt-six ans quand il prit la relève de Torrio qui « se retira des affaires ». Avec la Prohibition, l’ère du business de grande envergure vit ses débuts et, en peu de temps, Scarface s’imposa comme le « boss » de tous les trafics des alentours de Chicago, éliminant tout ce qui gênait son ascension vers une fortune colossale.
 
Le président Hoover exigea son arrestation. Devenu la cible des autres gangs et des autorités, Capone était isolé mais, malgré son règne sanglant, il conservait l’estime de beaucoup de petites gens. D’abord parce que le pays ayant été en grande partie fondé par des bandits, une sympathie à peine voilée a toujours existé dans l’esprit des Américains pour les rebelles et les hors-la-loi ; ceux des années 1920 étaient tout simplement les dignes héritiers des desperados du Vieil Ouest. Ensuite, Capone était considéré comme celui qui avait résisté à cette loi injuste que fut celle de la Prohibition.
THEMES 
Chercher
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
________________________________________________________________________________
par Marie-Christine Pénin
COPYRIGHT 2010 - 2017- TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.