RETOUR PERSONNALITES LIEES A HENRI III
Que lui importait les railleries dont il était l’objet. Très préoccupée par la peine insurmontable de son fils, Catherine s’en ouvrit à Gilles de Souvré, ami et maître de la garde-robe du roi. : « N’aurait-il pas sur lui, lui demanda-t-elle, quelque objet ayant appartenu à Marie et qui lui en rappellerait le souvenir ? – En effet, lui avoua-t-il, je lui ai vu une croix au cou et des pendants qui lui viennent d’elle. – Eh bien, conclut-elle, faites en sorte qu’il ne les porte plus ».
De retour à Paris, Henri refusa un jour de se rendre à un festin à l’abbaye. Alors, pour lui épargner le sujet d’un chagrin tenace, le corps de Marie prit le chemin de Nevers où elle fut inhumée dans la chapelle familiale des Clèves.
Dans son Journal, Michel de l’Estoile écrivit : « Le samedi 30 dudit mois d’octobre, dame Marie de Clèves…douée d’une singulière bonté et beauté, à raison de laquelle le roi l’aimait éperdument, et si fort, qu’il fallut que le cardinal de Bourbon, son oncle, pour festoyer le roi, la fit ôter de son abbaye de Saint-Germain-des-Prés, disant sa Majesté qu’il n’était possible qu’elle y entrât, tant que son corps y était, mourut à Paris, en sa première couche et en la fleur de son âge »
Henri garda cette plaie secrète et mit du temps avant de porter son choix sur Louise de Lorraine qui, dit-on, ressemblait à sa chère disparue.
 
En 1597, le couvent des Cordeliers, fondé par Yolande de Bourgogne entre 1270 et 1280, fut occupé par les Récollets. Plusieurs caveaux de la maison de Clèves abritaient les sépultures de membres de cette famille dont on retrouve la trace grâce aux épitaphes de la collection Gaignières parmi lesquelles, celles d’Engelbert de Clèves (1462-1506), de sa femme Charlotte de Bourbon, de leur fils Charles de Clèves et de sa femme Marie d’Albret et de leur second fils Louis de Clèves  et celui de notre Marie de Clèves.
 
La Révolution passa sur les Clèves comme sur tant d’autres. Le clocher des Récollets fut abattu en 1793 et  les bâtiments vendus en 1796 ;  l’église fut détruite peu de temps après ainsi que sa sépulture.
Le n° 30 de la rue des Récollets affiche aujourd’hui de quelques maigres vestiges : le portail d’entrée sur cour 18ème  siècle,  des ruines des bâtiments claustraux avec arcades bouchées du cloitre et du chevet de l’église.
Les sépultures des Clèves furent saccagées  et dispersées.
 
La fille de Marie, Catherine, dite Mlle de Bourbon et marquise d’Isle (1574-1596), « sourde, bègue et bossue » eut beau compenser ses handicaps par de belles qualités d’esprit et beaucoup de religion, n’en mourut pas moins célibataire et certainement elle aussi dans la froideur de la solitude.  Un simple serviteur s’occupa de son enterrement à Saint-Germain-des-Prés après qu’elle eût reposé en l’église des Filles-Dieu de Paris où resta son cœur.
 
Cent-quatre ans plus tard, en écrivant La Princesse de Clèves, Mme de La Fayette rendait éternelle cette émouvante histoire d’amour. Et qu’importe que cela ne soit pas dans le plus grand respect de la vérité historique. Depuis, le personnage est devenu un véritable mythe.
Le grand amour d’Henri III.
 
La fête au Louvre battait son plein. Marie s’était retirée dans une chambre pour changer de chemise et quitta la pièce en y oubliant son linge. A son tour, le futur Henri III, en sueur, pénétra dans la chambre, s’essuya avec la chemise, la respira et…demanda à qui elle appartenait. En découvrant la propriétaire, Henri se prit d’une passion folle pour la jeune princesse. Quelle jolie légende.
Marie de Clèves * (1553 - 1574) * À ne pas confondre avec son homonyme, la mère de Louis XII
Eglise des Cordeliers de Nevers (Nièvre)
Marie de Clèves, marquise d’Isle, comtesse de Beaufort, était la cadette des trois filles de François de Clèves, duc de Nevers, et de Marguerite de Bourbon-Vendôme, elle-même sœur du défunt roi de Navarre, Antoine de Bourbon. Par conséquent, Marie était la nièce par alliance de Jeanne d’Albret auprès de qui elle fut élevée mais dans la foi catholique.
 
De son côté, Catherine de Médicis souhaitait établir des mariages mixtes, catholiques et huguenots, qui s’inscrivaient dans sa politique du moment. Elle persuada Jeanne d’Albret d’unir d’une part, sa fille Marguerite de Valois à Henri de Navarre et, d’autre part, Marie de Clèves au prince Henri de Condé. Marie vint à la Cour. Elle avait dix-neuf ans. Sa fraîcheur et sa candeur contrastaient tellement  avec les fards et minauderies des demoiselles de la cour qu’elle suscita de suite un vif intérêt auprès des hommes et plus particulièrement celui d’Henri. Henri si beau, si charmeur alors que le fiancé de Marie était laid et gourmé. Henri qui savait si bien parler aux femmes et dont les succès d’alcôves avaient prouvé son irrésistible séduction. Pour restreindre les velléités de complots, Catherine de Médicis avait transformé la Cour en un véritable lieu de divertissements sensé contenir l’énergie de la noblesse séditieuse.
 
Au sein de cette Cour insolente à l’atmosphère électrique, Marie semblait un ange de tendresse. Henri ne résista pas. Marie non plus. Pour certains cette relation ne fut que platonique. Au regard de la détermination que mit Henri à empêcher le mariage de Marie avec Condé et de celle qu’il déploya pour tenter de l’épouser, le doute est permis.
 
Malheureusement, Henri ouvrit son cœur à sa mère et lui demanda d’intervenir. Devant tant de ferveur, Catherine fut anéantie. Son fils chéri, pour qui elle avait tant œuvré n’aurait cure de tout cet acharnement maternel pour cette femme ? Jamais ! Tout en faisant mine de le consoler, elle activa le mariage de Marie et de Condé qui eut lieu le 10 août 1572 soit quelques jours avant celui de Marguerite  et d’Henri de Navarre…et de la Saint-Barthélemy.
 
Ne se résignant pas, grâce à diverses complicités, les tourtereaux  continuèrent à se voir en secret.  Il y eut une première séparation durant laquelle Henri partit combattre les Huguenots à la Rochelle. Ce fut l’occasion d’échanges de lettres, de billets, de pièces et de vers passionnés.  A son retour, ils se revirent.
Pendant ce temps, la proposition de la Pologne demandant Monsieur comme souverain tomba à point nommé pour la reine mère. La séparation fut un crève-cœur mais la manœuvre échoua. Toujours grâce à de fidèles connivences, nos amoureux correspondaient.
« Je l’aime tant, vous le savez, vous devez m’avertir de sa fortune, comme je fais. Je n’en dirai plus rien, car les amours sont ivres » écrivait-il de Pologne à un confident.
 
Après son départ furtif de Pologne et son périple en Italie qui s’en suivit, Henri rentra en France. Son frère, Charles IX étant mort, Henri devenait le roi Henri III. A la grande inquiétude de sa mère, il n’eut de cesse de retrouver Marie. Henri de Condé, impliqué dans la conspiration de La Mole et Coconas au printemps de 1574, ayant fui en Allemagne, Henri envisageait de faire annuler le mariage et d’épouser sa princesse. Au profond soulagement de Catherine de Médicis, le sort en décida autrement.
 
Restée seule à Paris, Marie, par une journée d’automne accoucha des œuvres de son époux et mourut peu après. Le duc de Nevers, témoin de ses derniers instants, écrivit à sa femme qu'elle était morte dans des sentiments de grande piété. Le cardinal de Bourbon fit inhumer sa nièce en l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés.
Restait à annoncer la nouvelle à Henri qui était à Lyon.
 
Catherine, n’ayant pas le courage d’affronter les réactions de son fils, se contenta de mêler la terrible nouvelle au courrier à signer par le roi qui, à sa lecture, en tomba évanoui. Il resta trois jours abattu dans son lit en proie à une violente fièvre. Lorsqu’il reparut en public, Henri avait fait coudre de petites têtes de mort à ses vêtements et exigea que toute la Cour portât le deuil !
Sources : Destruction des sépultures: l’Animation du patrimoine de Nevers que je remercie.
(*) commentaire(s)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 30 juillet 2019
COPYRIGHT 2010 - 2019 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.