ENGUERRAND DE MARIGNY (v. 1260 – 30 avril 1315)
Collégiale Notre-Dame d’Ecouis (Eure)
Enguerrand de Marigny mené à son supplice
Exécution de Marigny
Collégiale d'Ecouis Photo MCP
Photo MCP
Il fallut attendre 1475 pour que Louis XI donnât l’autorisation aux chanoines d’élever un mausolée sur sa sépulture avec une épitaphe honorant sa mémoire, sans toutefois évoquer la sentence prononcée contre lui. Mais les chanoines éludèrent l’interdiction de Louis XI en faisant orner le mausolée d’éléments représentant le jugement de Dieu dans l’affaire :
Dieu est assis entre deux anges, avocats d’Enguerrand et de Charles de Valois. Celui de Charles tient une toise pour mesurer la conduite de son client. Dieu écoute sa justification avec humeur ; Charles, voyant qu’il a perdu sa cause, implore à genoux le pardon de Dieu qui lui refuse. L’autre ange, avocat de Marigny, tient une trompette pour annoncer le succès de son client qui est à genoux près de lui et lui présente une couronne de corde, image symbolique de son supplice.
Ce mausolée disparut durant la Révolution, il ne reste que la niche.
Sa seconde épouse, Alips de Mons, fut aussi inhumée à Ecouis.
Epitaphe (également disparue)
Gisant
Fut aussi inhumé dans la collégiale
 
Jean de Marigny († décembre 1350 ou janvier 1351)
Demi-frère d’Enguerrand, et frère de Philippe de Marigny,  il devint chancelier de Philippe VI, deux fois garde des Sceaux avant de partir en Terre sainte et d’être nommé archevêque de Rouen.  On peut encore voir son gisant de marbre dans son enfeu.
 
Alips de Mons (?-?), sa seconde épouse
Gisant à l'origine
Gisant de Jean de Marigny dans son enfeu. MCP
MCP
MCP
Sources principales :
. Dictionnaire historique des communes de l’Eure de Charpillon-Carême
. Antiquités nationales ou recueil des monuments…d’Aubin-Louis Millin
(*) commentaire(s)
Très intelligent et cultivé, Enguerrand avait déjà de la fortune quand il devint, en 1302, grand conseiller de Philippe IV qui le nomma coadjuteur du royaume, le plaçant ainsi à la tête de l'administration.
Obtenir la confiance de ce souverain de fer n’était pas chose facile, mais Enguerrand, d’une fidélité à toute épreuve, sut la conserver. La position stratégique du conseiller le porta à accroître sa puissance, sa fortune et aussi celles de deux de ses frères pour qui il obtint des sièges épiscopaux.
 
Nommé gardien du Trésor royal puis chancelier de France, rien ne semblait pouvoir abattre sa puissance. Mais du plus haut où l’on est, plus dure est la chute.
Personne n’arrive au sommet du pouvoir sans s’attirer des jalousies et des rancunes. Or, par ses fonctions, fidèle à la politique de Philippe IV Enguerrand avait eu maintes fois l’occasion  de contrarier les plans des princes de sang avec, à leur tête, Charles de Valois, frère du roi.
RETOUR PERSONNALITES LIEES A PHILIPPE IV
Tombeau d'Enguerrand de Marigny (disparu)
Lorsque Philippe IV sentit venir sa fin, il se préoccupa du sort de Marigny qu’il savait en proie à la vindicte de la Cour. Il demanda qu’on laissât son chambellan tranquille si l’on ne trouvait rien à lui reprocher sur sa gestion financière qu’il savait irréprochable. Peine perdue. Sa mort, en novembre 1314, sonna l’hallali du conseiller.
 
Poussé par son oncle, Charles de Valois, le nouveau roi, Louis X, le fit arrêter. Pas moins de quarante-et-un chefs d’accusation étaient portés contre lui parmi lesquels d'avoir dilapidé les finances royales, altéré les monnaies, saccagé les forêts royales, causé la disette, etc.
L’étude de ses comptes prouvant sa complète intégrité, ses ennemis durent trouver autre chose. L’exil que proposait Louis X ne leur suffisait pas ; ils voulaient sa mort et l’obtinrent par un biais lamentable mais efficace à l’époque : l’accusation d’actes de sorcellerie visant la famille royale. Enguerrand ne se défendit pas. Ses ennemis avaient gagné.
 
Condamné à mort et à l’infamie, il fut mené, à la pointe du jour, au gibet de Montfaucon où, « comme maître des lieux », il fut pendu à la plus haute traverse devant une foule considérable venu voir mourir le grand argentier qu’elle avait haï de l’avoir appauvrie en dévaluant la monnaie.
Pourtant, de la charrette sur laquelle on le transportait, Marigny demandait aux bonnes gens de prier pour lui. A défaut de prières, à peine le supplice terminé, les « bonnes gens » coururent au palais pour y abattre la statue de l'ancien ministre.  
Toute personne pendue à Montfaucon l’était habillée et jamais encore on avait osé déroger à ce principe. Toutefois, pendant la nuit, le corps du ministre fut détaché de la traverse, dépouillé de ses vêtements, et laissé nu auprès du gibet ; il fallut le pendre à nouveau après l'avoir rhabillé : « C'est, le premier vol en l'air et l'exemple le plus bizarre de la persécution de la fortune, dont vous ayez peut-être ouï parler » dira l'historien Sauval.
 
La dépouille du ministre resta exposée pendant deux ans avant que justice ne lui soit rendue. Déjà sur son lit de mort, Louis X se repentait d’avoir commis une injustice si criante. Pour se racheter, il fit libérer Alips de Mons, épouse d’Enguerrand, enfermée au Châtelet et lui légua 10.000 livres « en considération de la grande infortune qui lui était advenue et pour le grand amour que la reine, sa mère, avait pour la dame de Marigny ».
 
En 1317, Philippe V, successeur de Louis X, demanda un procès en réhabilitation l'innocentant de toutes les accusations portées contre lui.
Ses restes furent alors transportés dans l’église des Chartreux de Vauvert. Dès 1321, le roi avait rétabli la famille de Marigny dans une partie de ses biens. Vers 1336, le roi Philippe VI, fils de Charles de Valois, donna au fils d’Enguerrand une somme pour racheter le domaine d’Ecouis.
 
Quant à Charles de Valois, tombé malade et ne pouvant guérir, crut que c’était en punition de  l’assassinat de Marigny. Il en témoigna un si vif repentir que sur son lit de mort il ordonna qu’on distribuât des aumônes aux pauvres de Paris en leur demandant de prier conjointement pour son âme et pour celle d’Enguerrand.
Redoutant les arrêts de la justice éternelle, il voulut faire une réparation authentique et fit, avec la permission du roi,  transporter la dépouille mortelle de Marigny en grande pompe jusqu’à la collégiale Notre-Dame d’Ecouis où il lui fit faire un service solennel à ses frais. Cela situerait le transfert avant fin 1325, puisque Charles de Valois mourut en décembre de cette année-là.
Marigny fut donc inhumé donc dans la collégiale qu’il avait édifiée de 1310 à 1313, mais,  sans tombeau ni inscription pour que rien ne rappelât le crime honteux de Charles de Valois.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 16 mai 2017
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.