RETOUR PERSONNALITES LIEES A PHILIPPE VI
Dynastie des Valois
Funérailles de Philippe VI. BnF
Tombeau du coeur de Philippe VI (Chartreuse de Bourgfontaine-en-Valois) en marbre noir autour duquel on peut lire:
 
Cy gist le coeur du roy Philippe le vray catholique qui régna 22 ans et trespassa le 28e jour d'aoust l'an de grace 1350.
priés Dieu quil en ait lame (l'âme) amen
Tombeau de Philippe VI à la basilique Saint-Denis.
Photo Erwan Le Marchand
Collection Gaignières. BnF
Collection Gaignières. BnF
Tombeau des viscères de Philippe VI (Couvent des Jacobins)  en marbre noir autour duquel on peut lire:
 
Cy gissent les entrailles du roy Philippe le vray catholique qui régna 22 ans et trespassa le 28e jour d'aoust l'an de grace 1350.
priés Dieu quil en ait lame (l'âme) amen
Et a fait faite cette scpulture la royne Blanche son épouse 1350
Mais commençons par le début.
 
Dès le début son règne Philippe VI eut à cœur de prouver qu’il était digne du rôle qui lui avait été choisi. Un roi se devant d’exercer la justice, de défendre la foi, de récompenser les services rendus, d’apporter la prospérité à ses sujets, d’être sage et brave, Philippe VI s’appliqua à démontrer aussitôt qu’il était à la hauteur de toutes ces vertus.
Cependant, s’il avait des aptitudes pour les armes, c’est à dire les joutes et les tournois, il en avait peut-être moins pour la guerre même si son règne commença par une victoire à Cassel. Hélas, la défaite navale de l’Ecluse, qui donna à l’Angleterre une supériorité écrasante et le moyen de débarquer en Normandie, ce fut lui. Le désastre de Crécy, où malgré son courage il dut fuir laissant à terre la fine fleur de la chevalerie française, ce fut aussi lui. La capitulation de Calais, où seule l’intervention de la femme d’Edouard III permit de sauver la tête des fameux six célèbres bourgeois de Calais, ce fut encore lui, sans compter d’autres défections.
Des extrémistes religieux jetaient les Juifs au bûcher et la peste qui avait disparu depuis des siècles ravageait l’Occident.
 
Au milieu de toutes calamités, en 1349 Philippe avait pu acquérir la province du Dauphiné que son propriétaire, le prince de Majorque, ruiné, accepta de lui céder à la condition que le fils aîné du roi portât le titre de dauphin.
Mais la dernière année de sa vie allait lui mettre du baume au cœur. Après le décès de Jeanne de Bourgogne, Philippe, toujours en pleine forme, s’apprêtait à vivre un veuvage respectable lorsqu’il tomba éperdument amoureux de Blanche de Navarre de presque quarante ans sa cadette. Complètement béat, se laissant mettre sous la coupe de cette jeunesse, le roi, obsédé par ses prouesses galantes, ne survécut pas longtemps. Là où la guerre et la peste l’avaient épargné ses ébats conjugaux eurent raison de lui. Epuisé, Philippe s’alita, mais seul, et ne se releva pas. Il expira à l’abbaye de Coulombs près de Nogent-le-Roi. Il fut inhumé auprès de Jeanne de Bourgogne.
PHILIPPE VI (1293- nuit du 22 au 23 août 1350) Roi (1328-1350)
Corps : Basilique Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)
Cœur : Chartreuse de Bourgfontaine-en-Valois (Oise)
Entrailles: Couvent des Jacobins de la rue Saint-Jacques  (Paris)
En 1364, Charles V, s’occupant de la sépulture de Jean II en profita pour commander le gisant de son grand-père. Pour bien asseoir la légitimité de la dynastie des Valois, Philippe VI était représenté avec les insignes du sacre : sceptre, main de justice et aussi la couronne à quatre fleurons, dite de Charlemagne.
Durant les profanations de la basilique Saint-Denis, on découvrit le 22 octobre 1793, le caveau de Philippe V où reposaient également Charles IV et Philippe VI. Le cercueil de ce dernier, ouvert le lendemain, était en pierre, tapissé de plomb, fermé par une grosse lame du même métal, soudée sur des barres de fer, le tout recouvert d’une longue et large pierre plate. On trouva dans le cercueil une couronne et un sceptre surmonté d’un oiseau en cuivre doré.
 
Ses restes, jetés dans une fosse, furent inhumés en 1817 dans l'ossuaire de la basilique.
Les Valois directs ou les débuts de la Guerre de Cent Ans.
 
Le terme de « Seconde Guerre de Cent Ans » serait en fait plus approprié au déroulement de l’Histoire puisque de, environ, 1152 jusqu’à 1259 la France et l’Angleterre s’était déjà opposées à propos de l’Aquitaine. L’enjeu, cette fois, était la couronne de France.
 
Malgré ses tentatives à travers trois mariages d’assurer sa succession, Charles IV avait échoué entraînant la fin des Capétiens directs par les mâles. Face à cette situation, les Grands du royaume désignèrent comme roi Philippe de Valois dont le père, Charles de Valois, était le frère cadet de Philippe IV le Bel. Même le peuple plébiscitait le choix de celui qu’il appelait le « roi trouvé ».
Mais cette belle unanimité française était loin de satisfaire tout le monde à commencer par le roi Edouard III d’Angleterre. N’était-il pas le fils d’Isabelle, la fille du grand Philippe IV ? Ses oncles étant morts et enterrés, il estima être l’héritier légitime de son grand-père.
Situation d’autant plus délicate, que depuis qu’Aliénor d’Aquitaine avait déposé la Guyenne dans sa corbeille de mariage anglaise en épousant Henri II Plantagenêt en 1152, les rois d’Angleterre avaient l’obligation de faire Hommage aux rois de France comme vassaux vis à vis de leurs suzerains. Mais il s’agissait cette fois qu’un fils de roi s’agenouillât devant un fils de comte ! Malgré tout, en renâclant, Edouard III passa sous les fourches caudines françaises en 1329. Donc tout allait pour le mieux ? Que nenni.
Depuis deux siècles que les souverains anglais devaient s’agenouiller devant les rois de France, leurs articulations, comme leur égo, en souffraient à chaque fois davantage. Si à ce conflit latent on ajoute les provocations des deux parties* et les préoccupations économiques de l’Angleterre**, la poudrière était prête à sauter. Edouard se décida à allumer la mèche en 1339.Edouard III n’était pas le seul à avoir une autre vision des choses. Jeanne de France « l’évincée » du trône grâce à « la loi salique » avait conservé son titre de reine de Navarre, s’était mariée au comte d’Evreux et avait engendré un fils qui lui aussi pouvait légitimement revendiquer la couronne. Ce fils s’appelait Charles de Navarre, plus connu sous le nom de Charles le Mauvais.
Voilà la terre de France envahie et d’autant plus ravagée et meurtrie par les armées anglaises qu’Edouard, dérogeant aux règles de la guerre chevaleresque, engagea des « vétérans » qu’il autorisa à violer, piller etc…dans la foulée il nous infligea en 1340 la première défaite d’une longue série à la bataille de l’Ecluse .
 
La lutte fut d’abord de type féodal avec une population trop occupée à constater sa misère pour se sentir concernée. Puis, peu à peu, un sentiment national français s’éveilla qui se cristallisa autour de Jeanne d’Arc et contribua fortement à la défaite anglaise.
 
* Par exemple, Philippe VI confisqua la Guyenne aux Anglais en 1337, geste auquel Edouard III répondit par une déclaration de guerre.
** L’Angleterre voulait détacher les Flandres, centre du trafic lainier, de l’obédience française.
 

Entrecoupé de longues périodes de trêves, ce conflit peut être grosso modo scindé en quatre phases :
 
Les vingt-sept premières années
Sous Philippe VI et Jean II le Bon, la France connut les désastres de l’Ecluse en 1340, de Crécy en 1346 puis la perte de Calais en 1347, et la grave défaite de Poitiers (1356). Au traité de Brétigny en 1360, l’Angleterre recevait le quart du royaume, sans obligation de vassalité ! En comparaison, les termes de «pâtées » et de Bérézina ont presque un air champêtre. La situation était terrifiante en France car à la famine, à la guerre, à l’effondrement économique, à une sévère crise religieuse, s’était rajouté un autre fléau : la peste noire.C’est aussi sous le règne de Jean II Le Bon qu’eurent lieu la révolution manquée d’Etienne Marcel et la révolte des paysans contre la noblesse.
Bref, ces vingt-sept premières années furent particulièrement mouvementées !
 
Les quarante-deux années suivantes  
Ces quarante-deux années correspondent au seul règne de Charles VI  sous lequel l’accalmie que la France connaissait prit fin.  
 
Le miracle avec l'intervention de Jeanne d'Arc sous le règne de Charles VII .
 
La fin réelle sous le régne de Louis XI  
(*) commentaire(s)
Parents  
Charles de Valois
Marguerite d'Anjou
 
Epouses  
Jeanne de Bourgogne
►  Blanche de Navarre
 
Enfants  : parmi ceux qui atteignirent l'âge adulte
►  Jean (futur Jean II)
►  Philippe, duc d’Orléans
►  Jeanne
                 
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Errancis (75)
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 18 mars 2017
NOUVEAUX ARTICLES
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.