RETOUR LOUIS XVI ET LA RÉVOLUTION 
RETOUR DIRECTOIRE, CONSULAT ET EMPIRE
SIEYÈS Emmanuel-Joseph (1748 – 20 juin 1836)
Cimetière du Père-Lachaise, 30ème division (Paris)
Contribuant au déclenchement de la tourmente révolutionnaire et y mettant un terme en confiant le pouvoir à Bonaparte, Sieyès fut l’une des grandes figures de la Révolution.
 
Devenu abbé par décision paternelle, Sieyès s’accommodait mal de cet état ecclésiastique qu’il n’avait pas choisi. Il se fit franc-maçon et fréquenta les milieux libéraux. Ses qualités intellectuelles indéniables firent bientôt de lui un prélat investi de responsabilités politiques quand, en 1788, il fut élu député du clergé à l’assemblée provinciale de l’Orléanais.
 
Alors que se préparait la réunion des Etats généraux, l’abbé publia ses Vues sur les moyens d’exécution dont les représentants de la France pourront disposer en 1789 et un Essai sur les privilèges qui lui valurent un début de notoriété.
Photo MCP
Photo MCP
(*) commentaire(s)
Méprisant la noblesse et ses privilèges, Sieyès n’avait jamais caché son aversion pour cet ordre auquel il n’appartenait pas. Ce fut pour lui l’occasion de publier un nouveau pamphlet en janvier 1789, Qu’est-ce que le tiers état ? qui fit l’effet d’une bombe. Dans un style incisif, l’abbé laissait s’épancher toute sa haine pour cette aristocratie qui n’était rien d’autre qu’une « caste inutile […] étrangère à la nation par sa fainéantise ». Sorti de l’anonymat, Sieyès devint une manière de héros dans les rangs du tiers, et à Paris ses admirateurs le pressaient d’accepter d’être leur représentant aux Etats généraux.
 
Il joua alors un rôle de premier plan dans les évènements qui se précipitaient. Aux côtés de Mirabeau, Bailly ou de Le Chapelier, il convainquit les autres représentants du tiers de constituer une Assemblée nationale le 17 juin. Trois jours plus tard, dans la salle du Jeu de paume de Versailles, il rédigea le fameux serment fait par les représentants de ne pas se séparer « jusqu’à ce que la constitution du royaume soit établie et affermie sur des fondations solides ».
 
Favorable à une monarchie constitutionnelle, Sieyès pensait que celle-ci pourrait advenir bientôt. Ce qui, en 1793, ne l’empêcha de voter la mort de Louis XVI.
 
Dans la nuit du 4 août qui vit l’abolition des privilèges, il tenta vainement de proposer qu’une indemnité soit versée aux nobles. Mais les députés du tiers ne l’écoutèrent pas. Et Sieyès de noter avec amertume : « Ils veulent être libres et ne savent pas être justes ».
 
La Révolution était en marche et l’abbé s’effaça devant d’autres. Il rendit ses lettres de prêtrise et regarda avec prudence tous les évènements qui s’enchaînaient, acceptant quelques fonctions, puis se retira laissant à Danton et Robespierre le soin de poursuivre une Révolution peu conforme à ses vues.
 
La chute de Robespierre favorisa son retour sur la scène politique. Membre du Comité de salut public en 1795, puis président de la Convention, il renonça à faire partie du Directoire et prit la présidence du Conseil des Cinq-Cents.
En 1799, de retour en France, après une ambassade en Prusse, il accepta cette fois de siéger au Directoire et se mit en quête de l’homme capable de « terminer » la Révolution en imposant un régime fort. En fait Sieyès cherchait surtout le "sabre" qui lui manquait pour faire tomber l'actuel Directoire et amener les Conseils à accepter un changement de régime dans lequel il aurait sa place. Il le trouva.  Présenté par Talleyrand, cet homme avait les traits d’un jeune général auréolé de ses faits d’armes en Italie et en Egypte et s’appelait Bonaparte. Sieyès instigua et favorisa le coup d’Etat du 18 Brumaire (9 novembre 1799), première marche vers l'Empire, mais cela personne ne l'imaginait encore.
 
Il rêvait de partager le pouvoir avec Bonaparte…Mais celui-ci, dorénavant premier Consul, n’en avait pas l’intention et n’entendait rien aux idées constitutionnelles de Sieyès qu’il estimait du galimatias.
Evincé, ses projets de Constitution évanouis, l’ancien abbé fut envoyé au Sénat où il bouda l’Empire qui le fit néanmoins comte en 1808. Ses charges honorifiques furent une bien piètre consolation.
 
Il accueillit favorablement le retour des Bourbons. Néanmoins, il se rallia à Napoléon Ier lors des Cents-Jours.Contraint de s’exiler après la chute de l’Empire comme tous les régicides, il rentra en France à l’occasion de la révolution de 1830 qui l’autorisa à siéger à l’Académie des sciences morales et politiques.
 
L’âge venant, il retomba en enfance et la légende rapporte qu’il dit un jour à son valet de chambre : « Si M. de Robespierre vient, dites que je n’y suis pas ».
 
Il s’éteignit à Paris, respecté et admiré comme l’un des grands penseurs de la Révolution dont les acquis étaient dorénavant établis.
 
Emmanuel-Joseph fut inhumé au cimetière du Père-Lachaise.
THEMES 
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
FACEBOOK
CONTACT
Chercher
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter:
l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 28 octobre 2018
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.