RETOUR LITTERATURE
► Auteur dramatique français
Son père lui acheta une charge d’avocat du roi au siège des Eaux et Forêts et à l’amirauté de France à Rouen, qu’il exerça à la Table de Marbre du palais pendant plus de vingt ans, et ce n’était pas une sinécure, conjointement à ses travaux littéraires.
Profitant de la haute main mise par Richelieu sur le secteur littéraire, il bénéficia d’une pension et forma, avec Boisrobert, Colletet, L’Estoile et Rotrou, la société des Cinq auteurs chargés de composer des pièces sur des idées du Cardinal. Son génie se prêtait mal à cette étrange association et il ne tarda pas à retourner à Rouen. Mais, la tragédie revenant à la mode, Corneille s’y essaya d’abord avec Médée (1635) puis avec Le Cid qui remporta un vrai triomphe lors de sa première au théâtre du Marais en 1637. Richelieu, qui en voulait de l’avoir quitté, participa bientôt à la cabale contre cette pièce.
Représentation du Cid au théâtre du Marais. BnF
Photo MCP
Photo MCP
Notre-Dame des Andelys. Photo MCP
Photo MCP
C’était la gloire à trente ans ! Mais il connut l’amertume des critiques jalouses. Il attendit trois ans avant de donner de nouveaux chefs-d’œuvre : Horace et Cinna en 1640.
Ce fut aussi l’année de son mariage avec Marie de Lampérière de onze ans sa cadette et qui lui donna sept enfants. Sa sœur épousa le frère de Pierre Corneille, Thomas Corneille.
En 1647, l’année d’Héraclius, il entra à l’Académie française.
 
Après l’échec de Pertharite en 1651, il sembla renoncer au théâtre pour se consacrer à la méditation et au lyrisme sacré déjà mis en scène dans Polyeucte (1642), œuvre qui avait surpris le public par l’expression de ce genre de sentiment sur scène.
 
Encouragé par Fouquet, il revint au théâtre avec Œdipe en 1659 qui fut l'un de ses derniers succès.
Un nouvel astre de la littérature commençait à l’éclipser : Racine dont il n’accepta pas le triomphe. Corneille eut beau tenter de s’adapter, avec maladresse, au goût du jour, il n’était plus « tendance ». Sa veine créatrice semblait tarie. Après l’échec d’Attila (1666), la confrontation se fit avec son rival sur un même sujet. Corneille écrivit Tite et Bérénice qui fut écrasé par l’éclatante supériorité de la Bérénice de Racine. Malgré quelques sursauts de génie, le public s’était détaché de lui.
Aux déceptions, au chagrin –la mort d’un de ses fils-, s’ajoutèrent les difficultés financières qui, même un peu exagérées par la légende, l’obligeaient à vivre très modestement.
 
Depuis des années, Corneille vivait du produit de ses pièces et d’une petite pension allouée par le roi qui fut suspendue durant sept ans. Si Louis XIV lui refusa un logis au palais du Louvre, il fit jouer à Versailles, en 1676, plusieurs pièces de l’auteur lui permettant de regagner un peu de faveur du public et de ne pas sombrer dans l’oubli.
 
Si son œuvre est célèbre, il n’en est pas de même quant à sa toute fin de vie et des circonstances réelles de sa mort.
Comme certitude, il y sa gêne financière traduite ainsi par un ami : « J’ai vu hier notre parent et ami. Il se porte assez bien pour son âge. Nous sommes partis ensemble après dîner et en passant par la rue de la Parcheminerie il est entré dans une boutique pour faire raccommoder sa chaussure qui était décousue. Il s’est assis sur une planche, moi auprès de lui, et il a donné les trois pièces qui lui restaient dans sa poche.. Lorsque nous fûmes rentrés, je lui ai offert ma bourse, mais il n’a point voulu la recevoir ni la partager. J’ai pleuré qu’un si grand génie fût dans cet excès de misère ».
Il y a son épuisement et ses promenades à l’église Saint-Roch dont il était voisin.
 
Il disparut six jours avant la reprise de Psyché son ultime succès.Il fut inhumé en l’église Saint-Roch, sa paroisse. Sa tombe fut profanée à la Révolution. Une plaque, sur un pilier à gauche en entrant dans l’église, rappelle son inhumation en ce lieu.
 
Marie de Lampérière (1617 – 1694), son épouse, dont la famille était des Andelys, fut inhumée dans la cathédrale Notre-Dame de la ville.
Tous les collégiens ou lycéens français, avec une joie parfois très dissimulée, sont obligatoirement restés les yeux rivés sur les vers de Polyeucte, Bérénice, Cinna… écrits par ce pilier de notre culture littéraire dont on confond parfois les œuvres avec celles de Jean Racine et réciproquement !
 
Etudiant chez les jésuites à Rouen, toute la vie et l'œuvre de Corneille gardèrent l’empreinte de la forte discipline de saint Ignace : piété solide, large humanisme, culte de la volonté et de la domination de soi. Il prit ouvertement position contre la doctrine janséniste de la grâce par exemple dans Andromède (1650) ou Œdipe (1659).
(*) commentaire(s)
CORNEILLE Pierre (1606 - 1er octobre 1684)
Eglise Saint-Roch (Paris)
ACCUEIL
THEMES 
DE A à Z 
Chercher
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
CONTACT
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 12 septembre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.