RETOUR PERSONNALITES LIEES A LOUIS XIV
FOUQUET Nicolas (1615 - 23 mars 1680)
Couvent des Filles de la Visitation Sainte-Marie (Paris)
Un premier mariage avec la riche Louise Fourché en 1640 lui donna les assises financières de son ambition. Un an plus tard, Louise mourait en couches lui laissant sa fortune.
 
Déjà créancier du royaume et soutien indéfectible à Anne d’Autriche et Mazarin lors de la Fronde, le roi lui démontra sa reconnaissance. En 1653, grâce à Mazarin, il devint ministre d’Etat et surintendant des Finances en binôme avec Servien puis, seul à la mort de ce dernier en 1659.
Château de Vaux-le-Vicomte. Photo MCP
Soutenu par ses amis du monde des Lettres, se défendant avec habileté Fouquet réussit l’impensable. Dans ce procès inique truffé de falsifications, Fouquet trouva un allié inespéré en Olivier Lefevre d’Ormesson, juge intègre qui mit en évidence la légèreté des preuves, l’irrégularité de certaines procédures, les témoignages suspects, etc.
Le 20 décembre 1664, Fouquet était condamné au bannissement à vie. Colbert, instigateur de la machination, et par contrecoup le roi, tous deux étaient désavoués !
Le 22 décembre. Dépité autant que furieux, Louis XIV, au lieu d’user de son droit de grâce, décida de commuer la peine… en emprisonnement perpétuel. Du jamais vu ! Les biens de Fouquet furent saisis et sa famille dispersée.
La chambre de justice réunit le 16 décembre 1661
Le 27 décembre, sans avoir revu sa famille et accompagné de d’Artagnan, il prit le chemin de la sinistre forteresse de Pignerol. Interdit de promenade, de toute communication orale ou écrite avec l’extérieur et de visites, Nicolas était enterré vivant.
En 1674, le roi accorda deux lettres par an entre les époux ! Puis vinrent les autorisations de visie. Bien que bougeant lentement, les choses laissaient entrevoir un espoir de libération que Fouquet ne vit pas.
 
Malade depuis longtemps, il mourut dans les bras de son fils, le comte de Vaux. La famille, ne songeant pas à une autre cause qu’à une mort naturelle, ne demanda pas d’autopsie. S’il y eut empoisonnement comme certains l'affirmèrent, on ne le saura jamais.
 
Sa dépouille fut provisoirement déposée dans un caveau de l’église Sainte-Claire de Pignerol. Un an plus tard, on la rapatria pour qu’elle repose auprès des siens au couvent de la Visitation Sainte-Marie de la rue Saint-Antoine. Privée d’épitaphe, elle est toujours dans ce caveau familial dorénavant muré.
Photo MCP
Forteresse de Pignerol
La mort de Mazarin changea la donne. Fort de sa relation avec le roi, Nicolas, ne pouvait concevoir une disgrâce. Dans son aveuglement, il négligea la haine implacable que lui vouait son pire ennemi : Colbert, dévoré par la jalousie et qui, dorénavant, avait toute l’attention du roi. Colbert, le comptable besogneux, efficace et sourcilleux de Mazarin fut chargé de surveiller Fouquet. Durant six mois, il prépara la chute de Nicolas et la prise effective du roi dans le domaine financier. Dénonçant à Louis XIV les malversations de son ministre, il l’accusa aussi de préparer une insurrection à partir de Belle-Ile, projet consigné dans « le plan de Saint-Mandé ». Le 4 mai 1661, le roi décida de son élimination. Cumulant les imprudences, Nicolas vendit sa charge de procureur général qui le rendait justiciable du seul Parlement.
Le 17 août, ce fut la célèbre réception de Louis XIV à Vaux, si fastueuse que le jeune roi en ressentit une vive humiliation.
Le 5 septembre, d’Artagnan l’arrêtait. Dix jours plus tard, le roi supprimait la charge de surintendant des Finances.
Le 15 novembre, il créait une chambre de justice, avec des membres qui lui étaient acquis, pour juger les financiers soupçonnées de malversations.
La découverte du « plan de Saint-Mandé » découvert lors d’une perquisition vint rajouter aux accusations  celui de crime de lèse-majesté puni par la peine de mort.
Enfin, il atteignait son but suprême. Son esprit souple et inventif, son charme, son entregent et sa connaissance du système fisco-financier étaient des gages de sa réussite pour remplir les caisses du royaume et assurer le succès des armées du roi. Bénéficiant de tout un réseau de relations avec des financiers et d’un crédit bien supérieur au roi, il était l’homme idéal pour servir d’intermédiaire entre l’Etat et ses bailleurs de fonds.
Tant par son désir de bien servir et de s’acquérir la gloire que par une ambition profonde et une fascination pour le pouvoir, Nicolas était prêt à tout perdre pour triompher. Il prêta au roi à des taux usuraires les sommes qu’il avait lui-même empruntées, utilisa des produits d’impôts pour faire des avances à l’Etat, etc. et profita aussi de délits d’initié.
 
Comme d’autres de ses prédécesseurs, Fouquet ne distinguait pas très bien les revenus de l’Etat et sa fortune personnelle qui s’accrut considérablement en faisant un usage intelligent. Il fit édifier le château de Vaux-le-Vicomte, acheta des propriétés, se montra un mécène généreux tant à l’égard des artistes –Le Brun, Le Nôtre - qu’à l’égard des écrivains – Molière, La Fontaine, Corneille.
(*) commentaire(s)
Emmurée, rien ne signale la présence de la sépulture de Nicolas Fouquet et de sa famille. MCP
ACCUEIL
THEMES 
DE A à Z 
Chercher
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
CONTACT
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 10 juin 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.