RETOUR FRANCS ET MEROVINGIENS
Les épouses de Clotaire Ier
 
Bien évidemment, pour certaines d'entre elles, on ne saurait affirmer avec certitude si elles furent vraiment des épouses ou des concubines très officielles.
 
► GONTHEUQUE (v. 492 - v. 530)
Lieu inconnu
 
Fille de Gondebaud, roi des Burgondes, quand on sait  la violence et les crimes des souverains de l’époque, on ne peut que compatir au destin de Gontheuque qui  épousa deux fils de Clovis Ier:  Clodomir et Clotaire Ier.
Clodomir, épousé vers 517, lui fit trois enfants Théodebal, Gunther et Clodoald.  
Veuve, elle épousa Clotaire qui assassina deux des enfants de son premier mariage.  Bien que l'approximation des dates de naissance et de décès rendent difficile la datation précise de certains évènements,  il est probable que Gontheuque était déjà morte, même depuis peu, lors  du massacre de ses enfants.
Clotaire Ier lui fit aussi trois enfants : Clodeswinthe, future reine des Lombards, Gondebaud et Gothard.  
Où, quand, comment est-elle morte ? Aucune information n’est remontée jusqu’à nous. La reine Clotilde ou Clotaire ont-ils veillé à son repos ?
 
► INGONDE (v 510 - v. 546)
 
De concubine, Ingonde devint épouse officielle en 532.  Quelques temps plus tard, souhaitant hisser sa sœur Arégonde à un rang social digne du sien, elle suggéra à Clotaire son mariage avec un beau parti. Après avoir cogité, Clotaire, n’ayant pas trouvé mieux que lui-même, épousa aussitôt Arégonde !
Grégoire de Tours rapporte l’abnégation avec laquelle Ingonde accepta la situation. Cependant, on peut imaginer que cette bigamie qui dura plusieurs années usa plus qu’elle n’embellit la reine qui mourut bien avant sa sœur. On ignore tout de la disparition de cette bien naïve souveraine.
De son union avec Clotaire, Ingonde eut plusieurs enfants : Gonthier, Childéric, Caribert, Gontran, Sigebert, et Clodoswinthe qui épousa Alboin, roi des Lombards.
 
► ARÉGONDE ou Arnégonde
 
► RADEGONDE sainte
 
► CHUNSÈNE OU CHUNSINE
On ignore pratiquement tout de Chunsène sauf qu’elle donna un fils à Clotaire, Chramme.
 
► VULDETRADE OU WALTRADE
Epousée ou pas, Clotaire mit Vultrade dans son lit après qu’elle fut devenue la veuve d'un de ses neveux, roi d'Austrasie.  Pour Clotaire l’idée était excellente puisque cette union pouvait lui rapporter l’Austrasie. Mais les évêques s’opposant à cette indescence, Vultrade fut expédiée dans la couche d’un grand fidèle de Clotaire, le duc franc Garivald en Bavière où l’on perd sa trace.
 

Les fils de Clotaire Ier
 
Il est impossible de connaître tous les enfants de Clotaire. Je me contente donc d'évoquer ceux qui eurent un rôle notoire dans l'Histoire.
 
► CARIBERT qui fut roi. Il succéda à Clotaire Ier.
 
► CHILPÉRIC Ier qui succéda à Caribert.
 
► GONTRAN saint
 
► SIGEBERT
Partie de la crypte de St-Médard.
Merci à Marie Beleyme pour la photo
22 septembre 2012
CHRAMNE ( ? – 560)
Le cadet de Clotaire, né de Chunsine, était dévoré d’ambition et passé maître dans l’art des intrigues. Aussi Clotaire l’expédia-t-il administrer l’Auvergne peut-être dans l’espoir de l’aguerrir à l’art de gouverner. Mais au lieu d’admettre son inexpérience, Chramne se conduisit en despote mal éclairé en faisant régner une politique de terreur et de débauche.
Puis, faisant fi de son père, lui vint l’idée d’usurper le trône d’Auvergne et, pour se faire, se rapprocha de oncle Childebert Ier qui l’aida dans sa révolte. Après moulte combats, privé du soutien de Childebert décédé,   se sentant en position de faiblesse, il se présenta à son père pour faire amende honorable. Mais contraint à la fuite par Clotaire qui ne pardonnait rien, le prince finit par être retrouvé à Nantes. Prisonnier, longuement torturé, il fut étranglé. Mais le plus atroce restait à venir. Alors que sa femme et ses enfants étaient dans la prison, Clotaire donna l’ordre de l’incendier. Ainsi périrent Chramne et sa famille.
Alors que ce fils cadet de Clovis Ier avait hérité de son père du petit royaume de Neustrie, grâce à la disparition de ses frères aînés, Clodomir, Thierry Ier, Childebert Ier, et un monceau de cadavres, Clotaire finit ses jours comme le seul roi des Francs.
Intelligent, jaloux, avide de pouvoir, lâche à ses heures, il a laissé l’image d’un personnage particulièrement cruel même pour l’époque. C’est dire.
 
Parmi ses nombreuses victimes, on notera ses deux neveux Théodebald et Gunther qu’il égorgea (ou fit égorger ?) pour s’assurer la prise de pouvoir des domaines de leur père, Clodomir, qu’il fit exécuter son fils Chramne et sa famille de façon atroce, un de ses beaux-frères, etc.,  pour n’évoquer que son cercle intime…
 
Une vraie force de la nature le Clotaire !  Il y eut ses faits guerriers sanglants, défaites ou victoires contre les Burgondes, la Thuringe, les Saxons, l’Hispanie wisigothique, etc. mais il est aussi connu comme grand débauché et  pour sa consommation d’épouses.  Polygame, on n’en dénombre pas moins de sept officielles dont la plus célèbre fut sainte Radegonde, pièce unique de son butin gagnée contre la Thuringe.  
 
A la fin de sa vie, Clotaire régnait seul sur un royaume Franc réunifié faute d’autres survivants de sa fratrie. Il avait fait main basse sur le fastueux palais parisien de Childebert Ier.
 
Bien qu’ayant transféré sa résidence à Paris, il restait très attaché à Soissons, dont il était roi, et avait décidé d’y élire sa sépulture. A cet effet, il y avait commencé l’édification d’une basilique dédiée à Notre-Dame.
Mais pour que l’édifice obtienne une dignité incontestable, il lui fallait des reliques et pas n’importe lesquelles. Pas moins celles d’un saint pour se garantir une vraie protection !  Plutôt que de s’emparer de vieux rogatons, Clotaire préféra guetter la  mort d’un saint tout frais. Son choix se porta sur Médard,  évêque de Noyon, qu’il connaissait bien pour avoir jadis plié devant lui. Quand Clotaire apprit que le saint homme était moribond, il se rua à Noyon et lui fit promettre de donner son corps à Soissons. Médard accepta aux grand dam des habitants de Noyon.
Médard mourut peu après.
 
Assuré d’avoir un intercesseur remarquable, Clotaire roi d’un immense royaume, possesseur d’une immense fortune, chef incontesté d’une armée plusieurs fois victorieuse, pouvait mourir.  
Il chassait dans la forêt de Compiègne lorsqu’il fut pris d’une méchante fièvre et ramené dans sa villa de Compiègne. Une lumière fulgurante traversa le ciel. Traditionnellement annonciatrice d’un décès royal : Clotaire agonisait. Il fit promettre à son fils Sigebert de l’inhumer dans la crypte de la basilique en construction près de saint Médard. Ce qui fut fait.
 
En s’y faisant également inhumer par la suite,  Sigebert créa à Soissons une nécropole royale mérovingienne rivale de Saint-Germain-des-Prés.
 
Devenue abbaye Saint-Médard, victime d’un incendie qui la ravagea lors des invasions normandes au 9ème siècle, détruite par les Huguenots en 1567 lors des guerres de Religion et démantelée jusqu’à la crypte à la Révolution, le tombeau de Clotaire a disparu depuis bien longtemps.
Chramne: au premier plan : sa mort Guillaume Crétin, chroniques françaises. Après 1515, Rouen, France. BnF
(*) commentaire(s)
CLOTAIRE Ier (497 - 561)
Abbaye Saint-Médard de Soissons (Aisne)
ACCUEIL
THEMES 
DE A à Z 
Chercher
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
CONTACT
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Errancis (75)
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 22 avril 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.