RETOUR LITTERATURE
29 janvier 2013
► Poète, romancier et auteur dramatique français
Ne s’entendant pas avec sa marâtre, le père de Paul, conseiller au Parlement de Paris, souhaita se débarrasser du jeune garçon en lui faisant embrasser l’état ecclésiastique. Bien qu’épris des plaisirs du monde, Paul résista puis céda mais sans  prononcer ses voeux.
Ainsi, attaché à l’évêque du Mans, put-il recevoir les bénéfices ecclésiastiques d’une main tandis que l’autre profitait la société galante du temps dont Marion Delorme.
MCP
Sources principales: Dictionnaire encyclopédique de la littérature française -Ed. Robert Laffont (1999)
(*) commentaire(s)
Accompagnant son évêque en province, il fréquentait les comédiens de passage, participait aux divertissements des villes traversées. Finalement, la place n’était pas si mauvaise et que se serait-il passé s’il n’avait pas contracté, en 1638, la paralysie qui le rendit impotent ? Il abandonna l’état ecclésiastique. Scarron n’était plus qu’un pauvre corps, tordu et perclus, immobilisé dans un fauteuil, tel qu’il se dépeignait lui-même avec une féroce et ironique minutie.
Fort heureusement, il avait le meilleur caractère du monde et prit le parti de rire de lui-même et d’en amuser les autres. Il en vint à rire de tout et fit école. Malgré la douleur et les fortes doses d’opium pour la soulager, il fit de sa maladie un titre de gloire, et s’auto-nomma le « malade de la reine » qui lui versait une pension. Son esprit fit le reste. Bien reçu partout, il tint un salon où vint ce que la Cour et Paris comptaient de beaux esprits.
 
Dès ses premières œuvres, Scarron mit le burlesque à la mode. Bien que déjà connu, Scarron donna à ce genre ses lettres de noblesse avec, entre autres, Virgile travesti qui s’échelonna sur cinq ans (1648 – 1653), œuvre qui entraîna un véritable engouement des poètes. On lui doit des courts poèmes réunis dans le Recueil de quelques vers burlesques (1643) qu’il compléta. Cumulant les succès, égratignant au passage Mazarin dans le Typhon ou la Gigantomachie, que le cardinal apprécia peu, il se mêla de politique au moment de la Fronde en composant des libelles contre son ancien protecteur qui, cette fois, n’apprécia pas du tout.
Contraint de se retirer de la scène, il y revint en 1652, avec son chef-d’œuvre Dom Japhet d’Arménie qu’avait précédé, en 1651, la première partie d’un autre morceau d’anthologie: le Roman comique. La seconde partie fut publiée en 1657. En abordant un style nouveau, mieux que ses vers et ses pièces, cette œuvre lui assura de passer à la postérité.
 
Toujours en 1652, il épousait par charité une jeune fille sans fortune et presque sans famille, Françoise d’Aubigné, petite-fille du poète Agrippa d’Aubigné. Par contrat, il reconnut solennellement qu’elle lui apportait « deux grands yeux fort mutins, un très beau corsage, une paire de belle mains et beaucoup d’esprit ». En contrepartie, il pensait lui apporter l’immortalité par son nom. Il avait vu juste, en partie : Françoise devint célèbre mais sous le nom de Mme de Maintenon
 
Si certains de ses écrits inspirèrent Molière, l’influence de Scarron sur le théâtre comique ne se limita pas à ces emprunts : la vivacité et le naturel de ses dialogues lui ouvrirent la voie.
 
Alors que la mode du burlesque commençait à passer, notre auteur vivait honoré de l’estime de tous et très entouré. C’est ainsi que Scarron mourut, au milieu des siens et de ses amis en larmes, non sans avoir fait preuve d’un ultime trait d’esprit : « Je ne vous ferai jamais autant pleurer que je ne vous vous ai fait rire ».
 
A cause de sa longue maladie, sa disparition passa presque inaperçue. Mort à son domicile de l'actuelle rue de Turenne,  Paul Scarron fut inhumé dans les charniers ou dans le cimetière de sa paroisse, Saint-Gervais-Saint-Protais. L’état de ses finances ne permit qu'un enterrement d’une grande simplicité. Une légende voulut longtemps que sa tombe soit dans l'église où sa veuve lui aurait fait ériger un tombeau.
 
Il avait lui-même rédigé son épitaphe:
 
Celui qui cy maintenant dort
Fit plus de pitié que d’envie,
Et souffrit mille fois la mort
Avant que de perdre la vie.
Passant, ne fais ici de bruit
Garde bien que tu ne l’éveilles :
Car voici la première nuit
Que le pauvre Scarron sommeille.
 
Lors des profanations révolutionnaires, la Convention eut soin, après avoir récupéré le plomb des cercueils, de ré-enterrer dans le cimetière Saint-Gervais quelques personnages illustres parmi lesquels Paul Scarron.  Allez savoir, peut-être s’y trouvent-ils encore…
THEMES 
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
FACEBOOK
CONTACT
Chercher
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter:
l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 10 juin 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.