RETOUR BOULEVARD DU CRIME
Comment ne pas être fasciné à minima devant cette personnalité et ce destin hors du commun qui inspirèrent des personnages de fiction à des écrivains tels que Honoré de Balzac (Vautrin dans La Comédie humaine) ou encore Victor Hugo (Jean Valjean dans Les Misérables) pour ne citer que parmi les plus célèbres.
Quelle que soit leur nature, ses forfaits ne furent jamais entachés du crime de sang. Il avait inspiré de grands auteurs, la télévision et le cinéma allaient aussi se saisir de sa vie extraordinaire et lui conférer une place de choix dans la postérité.
 
A sa naissance, à Arras, la sage-femme avait prédit « Cet enfant fera du bruit dans le monde »…
Dès son adolescence, athlétique et escrimeur redoutable, le jeune coq, noceur invétéré, goûtait des plaisirs bien au-dessus de ses moyens ce qui l’amena à forcer le tiroir caisse de la boulangerie paternelle.
Ainsi, commença son étonnante carrière de mauvais garçon. Un mauvais garçon pourtant foncièrement bon, mais qui resta pris, plus ou moins malgré lui, dans le terrible engrenage des rixes, des duels, des vols, des poursuites, des incarcérations, des évasions multiples, des réincarcérations, qui se succédèrent jusqu’à sa condamnation, en 1796, à huit ans de travaux forcés au bagne de Brest pour un faux qu'il disait ne pas avoir commis. Il s’évada encore, mais fut repris et ce fut cette fois le bagne de Toulon qui l’accueillit avec les rigueurs réservées à un « cheval de retour ». Neuf mois plus tard, il reprenait la clef des champs…
 
1809. Un nouveau chapitre de sa vie allait s’ouvrir. Comprenant que le seul moyen d’échapper au bagne était d’entrer dans la police, il réussit à convaincre le préfet de police de l’employer comme agent secret. Le terme indicateur conviendrait tout aussi bien puisqu’il se proposa de dépister les criminels incarcérés sous de fausses identités.
Présence d’esprit, ruse, adresse, diplomatie, effronterie, tout servait le génie de Vidocq dont les résultats lui valurent d’être nommé officieusement chef de la Police de Sûreté en 1811. Son titre officiel n’intervint qu’après la grâce que lui accorda Louis XVIII en 1818.
Recrutant ses agents parmi les gens du milieu, ses méthodes peu orthodoxes mais efficaces, l’exposèrent à la jalousie des « eunuques du sérail », ses rivaux de la préfecture enlisés dans leurs échecs qui tentèrent par tout moyen de le déstabiliser.
Ses ennemis se trouvaient dans la pègre mais aussi au pouvoir. Par deux fois, ses supérieurs le firent démissionner tel en 1827.
L’année suivante, il s'installa à Saint-Mandé (Val-de-Marne) où il possédait déjà une résidence, et où il créa une petite usine de papier infalsifiable et d'encre indélébile pour laquelle il engagea d'anciens détenus au grand dam des habitants de la région.
Il publia ses Mémoires. Ruiné par son affaire, rappelé officieusement par Casimir Périer, il aida à sauver le trône de Louis-Philippe lors des émeutes de Juin 1832 en prenant lui-même plusieurs barricades tenue par les insurgés.
En novembre, il démissionna définitivement du service public pour fonder le Bureau de renseignements pour le commerce (1833), la première agence de détectives privés.
 
En 1837, la police, jalouse de ses succès, se débrouilla pour monter un procès contre lui dont il sortit relaxé et triomphal.
De nouveau inquiété cinq ans plus tard, il eut, en 1847, le chagrin de perdre sa femme atteinte d'un cancer. Fleuride-Albertine (1793 - 1847) au soutien indéfectible et à qui l'Eglise ferma ses portes sous prétexte qu'il n'était pas prouvé qu'elle ne s'était pas suicidée avec l'un de ses remèdes !  Il se retira des affaires et vendit son agence.  
Après la révolution de Février 1848, il collabora avec les services Bonapartistes pour qui il servit  d’indicateur  chargé d'infiltrer les meneurs de l'insurrection du 15 Mai 1848.  
 
Il survécut au choléra qui faillit l’emporter en 1851, mais ne résista pas aux affres de l'âge. Quasiment paralysé des jambes et presque aveugle, François Vidocq mourut au 82, rue Amelot (anc. 2, rue Saint-Pierre-Popincourt), assisté de sa servante Jeanne.
A peine froid, l’administration impériale ordonna une perquisition à son appartement pour saisir des documents susceptibles de nuire au régime.  
 
Depuis que l’Eglise avait refusé un enterrement chrétien à sa femme,  Vidocq s’était détourné de la religion vers laquelle il revint quelques temps avant sa mort.  
Il avait souhaité de modestes obsèques, elles le furent. Le 12 mai, après une cérémonie en l’église Saint-Denys-du-Saint-Sacrement (rue de Turenne),  le corbillard des pauvres, suivi de dizaines d’amis et d’une centaine de nécessiteux auxquels, selon la volonté du défunt, il fut distribué du pain et de l’argent, prit le chemin du cimetière du Père-Lachaise où il fut inhumé dans la 20ème division, ligne 4, fosse 7.
 
Comment le lieu de sépulture d’un personnage de son envergure a-t-il pu ainsi sombrer dans l’oubli ? Le temps, simplement le temps qui efface la mémoire des hommes et les traces dans les cimetières.François Vidocq n'est pas le seul à en avoir été victime. La terre des cimetières conserve encore plus d'un secret. Au moins savons-nous maintenant où le mena son ultime voyage.
 
La concession de sa sépulture temporaire ne fut jamais renouvelée.  Ce qui laisse largement supposer qu’il ne bénéficia pas non plus d’une tombe digne de ce nom. Une pierre tombale, très ordinaire ? Pas même certain.  Excepté dans le registre journalier des inhumations, son nom n’apparait dans aucun autre registre ou document du Père-Lachaise.
 
Oubliée, avant même la fin du 19ème siècle sa tombe n’existait déjà plus, ses os avaient disparu. Dans le cas contraire, il serait inconcevable que Jules Moiroux, conservateur du cimetière et auteur du meilleur ouvrage de référence encore existant sur le sujet, paru en 1908, soit passé à côté de cette célébrité.   Reste le mythe, la légende…
Le lieu de sépulture de François Vidocq enfin retrouvé !
Cherché par beaucoup depuis des décennies, jamais découvert et oublié depuis si longtemps qu’à défaut de le trouver on le voulait reposer absolument auprès de sa femme, au cimetière Nord de Saint-Mandé (Val-de-Marne).
 
Bien que les services de la mairie ou les archives de cette commune ne cessent d’affirmer qu’elles n’ont aucune trace de son inhumation, on l’y cherche encore, on furète « dès fois que quand même… », tout en sachant qu’il n’y est pas. Les mythes et fantasmes ne se nourissent pas d'évidence et de logique....
8 octobre2013
VIDOCQ François Eugène (1775 – 11 mai 1857)
Cimetière du Père-Lachaise, 20ème division (Paris)
Il est vrai que le cas Vidocq était désespérant. Comme tout le monde, j’avais beau chercher régulièrement tout azimut : rien ! Si un pur hasard ne m’avait pas tendu un fil tenu que j’ai croisé avec deux informations maigrichonnes, moi aussi j’aurais jeté l’éponge. Néanmoins, additionnés, ces petits indices fragiles m’ont permis de suivre un raisonnement et d’en vérifier la justesse en m’adressant à la conservation du cimetière où je le supposais avoir été inhumé: le Père-Lachaise. On peut aisément imaginer ma joie et mon émotion lorsque la réponse est venue confirmer mon hypothèse. L’énigme de la tombe de François Vidocq était tout simplement résolue.
 
S’il m’est déjà arrivé de faire quelques modestes découvertes, je songe, entre autres, à la tombe de Merlin de Douai, des pépites de la qualité du plus célèbre bagnard et chef de la Sécurité de France sont plus exceptionnelles simplement parce qu'il n'en reste pas un grand nombre de ce gabarit à trouver.
 
Vous aurez aussi remarqué que je parle de « lieu de sépulture » et non de « sépulture ». Si la localisation est faite, il ne reste malheureusement rien de la tombe. Je vous propose de vous reporter en fin de l’article pour en apprendre davantage.
La tombe de Fleuride Albertine Vidocq au cimetière Nord de Saint-Mandé © MCP
82, rue Amelot (portes blanches). Photo Google Earth
Saint-Denys-du-Saint-Sacrement © MCP
(*) commentaire(s)
Là, quelque part dans cette division, fut inhumé François Vidocq. Merci à Marie Beleyme pour la  photo.
Et l'inscription, objet de tous les fantasmes...© MCP
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 6 décembre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.