RETOUR VARIÉTÉS
BERGER Michel (1947 – 2 août 1992)
Cimetière de Montmartre, 29ème division (Paris)
► Auteur-compositeur-interprète, directeur artistique et arrangeur musical français
Fils du professeur de médecine et néphrologue Jean Hamburger, avec lequel les relations furent extrêmement difficiles, et de la concertiste Annette Haas, il se fit connaître en tant que chanteur dès l'époque de Salut les copains dans les années 1960, mais ne noua vraiment avec le succès qu’en 1973 avec Écoute la musique écrite pour France Gall, sa compagne, puis sa femme, dont il relança la carrière.
Pourtant, pendant plusieurs années, seuls quelques titres extraits de ses albums connurent un certain succès avant de s’inscrire au répertoire des grands classiques.
Il lui fallut attendre 1978, avec la sortie du double –album de Starmania , écrit avec Luc Plamandon, pour qu’enfin la reconnaissance de son grand talent soit au-rendez-vous. Devenu culte, ce fabuleux opéra-rock, créé au Palais des congrès de Paris en 1979, continue à bercer des générations entières.
En revanche, son second spectacle musical, La Légende de Jimmy (1990), connut un succès plus mitigé.
 
En 1980, trois grands succès publics, La Groupie du pianiste, Quelques mots d'amour et Celui qui chante confirmèrent son statut d’auteur compositeur à part. Des tubes pour lui, mais aussi, par exemple, pour Johnny Hallyday pour lequel il écrivit l'album Rock 'n' Roll Attitude (1985), comprenant Quelque chose de Tennessee, et réalisa le live Johnny à Bercy.
 
Parmi ses nombreuses compositions, on lui doit également plusieurs musiques de films, tels Mektoub d'Ali Ghalem (1970), Sérieux comme le plaisir de Robert Benayoun (1975), Tout feu, tout flamme  (1982) de Jean-Paul Rappeneau et Rive droite, rive gauche (1984), de Philippe Labro  ou encore de films publicitaires, dont celle d'Orangina.
 
En 1986, il prit la décision de n’écrire que pour France Gall et ne revint en tant que chanteur qu’en 1990, avec l'album Ça ne tient pas debout, dont Le Paradis blanc, qui fut son dernier succès en solo.
 
Artiste devenu une vraie référence de la chanson française, mais aussi artiste engagé dans les causes humanitaires, Michel Berger, sujet aux problèmes cardiaques, disparut brutalement d’un infarctus  consécutif à une partie de tennis dans sa propriété de Ramatuelle.
 
Transféré à l’hôpital de Saint-Tropez, puis à Paris, il y fut inhumé le 6 août au cimetière de Montmartre entouré seulement, comme il l’avait souhaité, de sa famille et d’une poignée d’amis fidèles. Dehors plus d’un millier de personnes attendaient pour lui rendre un dernier hommage.
« Une carrière majuscule » venait de s’achever « sans préavis » laissant inachevé un univers reflétant toute une époque.
 
Cinq ans plus tard, sa fille, Pauline (1978-1997), frappée par la mucoviscidose, le rejoignait dans la même tombe. Depuis le mois de janvier 2018, France Gall repose auprès d'eux.
Non loin de lui, reposent ce père qui saccagea son enfance et, dans une autre tombe, sa mère et son frère Bernard.
 
En 2012, à l’occasion des vingt ans de sa disparition, une « chapelle » en verre vint remplacer la pelouse artificielle qui, selon l’avis de beaucoup, donnait un aspect mal entretenu à la tombe.Cette structure moderne, permettant des jeux subtils de lumière, ne semble pas davantage trouver un consensus auprès des fans, décidemment bien difficiles…
Version pelouse artificielle avant 2012 © MCP
Version chapelle en verre depuis 2012 © MCP
© MCP
HUMBURGER Jean (1909 – 1er février 1992)
Cimetière de Montmartre, 29ème division (Paris)
Après des études à la Faculté des sciences et à la Faculté de médecine de Paris, successivement chef de clinique, médecin des hôpitaux, agrégé, médecin de l’hôpital Necker et professeur de clinique néphrologique de 1958 à 1982, il dirigea pendant la même période un laboratoire de recherches de l’INSERM et du CNRS sur le rein et l’immunologie de greffe.
 
Créateur du concept de réanimation médicale et de la discipline qu’il proposa de nommer néphrologie qui concerne l’étude du rein normal et des maladies du rein, il réalisa le premier rein artificiel  français en 1955.
© MCP
HASS-HAMBURGER Annette (1912-2002)
Cimetière de Montmartre, 29ème division (Paris)
Pianiste et concertiste renommée, notamment interprète de Mozart, Chopin et Mendelssohn, soliste des Concerts Colonne et des Concerts Pasdeloup, elle fut la première épouse du professeur Jean Humburger.
Au début des années 1950, elle créa l'Aurore, une association ayant pour objectif de favoriser la découverte de jeunes talents, puis fut à l'origine de la naissance du conservatoire municipal du 17e arrondissement de Paris, avant de fonder, en 1971, le Conservatoire européen de musique de Paris.
 
Femme stricte, n’étalant guère ses sentiments, après l’abandon soudain de son mari, elle vit par la suite disparaître successivement, son fils architecte, Bernard (1940-1982), atteint de sclé¬rose en plaques, avec lequel elle est inhumée ; son second fils,  Michel et enfin sa petite-fille, Pauline, la fille de Michel Berger.
© MCP
© MCP
(*) commentaire(s)
© MCP
29 août 2015
Très attaché à la recherche fondamentale en général -qui, au delà de son coût entraîne les progrès de toutes les techniques et la mise au point de moyens simples de soin et de prévention -et de la recherches fondamentale sur l’immunologie des maladies rénales, l’immunologie de greffe et des maladies auto-immunes, en particulier, il fonda la Fondation pour la recherche médicale dont il fut le vice-président.
 
Membre du réseau de résistance “Musée de l’Homme” pendant la Seconde Guerre mondiale, Jean Humberger cumula un nombre impressionnant de titres prestigieux.
Auteur d’une série d’essais et œuvres littéraires consacrés à la réflexion d’un biologiste sur la condition humaine, sur les causes de la fragilité du monde actuel, sur la recherche d’un équilibre entre les impératifs biologiques et les exigences spirituelles de l’homme, et sur les limites et les “césures” de la connaissance, son attachement à la langue française le conduisit à publier une Introduction au langage de la médecine et à animer un Dictionnaire de médecine. Récompensé par divers prix littéraires, il fut élu à l’Académie française en 1985.
 
Seulement voilà, en 1953, refusant, par manque de confiance, de se faire anesthésier lors d’une importante opération chirurgicale, l’intervention fut si douloureuse qu’il en ressortit complètement métamorphosé. Devenu glacial, il n’adressa plus la parole à sa famille qu’il abandonna bientôt sans la moindre explication. Totalement  volatilisé du jour au lendemain. Entre souffrance, incompréhension et abandon, Michel resta longtemps ébranlé par ce drame familial. Devenu artiste, comme pour effacer toute trace de cette filiation, il se fit aussitôt appeler Berger, et non Humburger.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 30 avril 2018
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.