RETOUR PERSONNALITES LIEES A LOUIS XV
BELLE-ISLE Louis Charles Auguste Fouquet, duc de (1684-26 janvier 1761)
Collégiale Notre-Dame de Vernon (Eure)
► Maréchal de France
Petit-fils du surintendant Nicolas Fouquet, mousquetaire (1701), puis capitaine au régiment Royal-Cavalerie l’année suivante, il fit brillamment ses premières armes pendant la guerre de Succession d’Espagne.
 
S’étant ainsi distingué à plusieurs reprises sous la fin du règne de Louis XIV, la Régence lui offrit le gouvernement d’Huningue (Haut-Rhin) et le comté de Gisors –érigé par la suite en duché-, contre Belle-Isle, site fortifié qui avait tant inquiété la couronne lorsqu’il était aux mains de son grand-père.
Dévoré d’ambition, entreprenant, persuasif, et sachant gagner ceux qui pouvaient servir ses intérêts, après un temps de disgrâce et d’exil, il revint en grâce en 1727 et reçut le commandement de la province des Trois-Evêchés (Metz, Toul et Verdun) où il donna libre cours à son goût de l’organisation et de la construction, et travailla aux défenses de la frontière.
 
Alors qu’il briguait le ministère des Affaires étrangères, on préféra utiliser ses qualités en l’envoyant en Allemagne comme ambassadeur extraordinaire où il soutint la candidature de Charles-Albert de Bavière à la succession de l’empereur d’Autriche, Charles VI, et poussa Louis XV et son ministre  Fleury à la guerre.
 
Créé maréchal (1741) et Pair de France, il prit une grande part à la guerre de Succession d'Autriche, commanda la Bohême, et fit prendre Prague. Malgré la retraite française, due en partie à son successeur, son influence ne fut pas affaiblie.
De nouveau envoyé en mission, puis en campagne contre une invasion austro-sarde, dans le Dauphiné, toujours dans le cadre de la guerre de Succesion d'Autriche,  où son frère, le chevalier de Belle-Isle, trouva la mort, son ambition fut enfin couronnée par la fonction ministre d’Etat (1756) et de secrétaire d’Etat à la guerre (1758).
Il fut à l’origine de la création de l’ordre du Mérite militaire (1759) destiné à récompenser les officiers protestants qui ne pouvaient accéder à l’ordre de Saint-Louis.
En 1756, il avait été élu à l’Académie française.
 
Affecté par la mort de son unique fils survivant, le comte de Gisors, le maréchal de Belle-Isle mourut à Versailles mais fut inhumé en la collégiale de Vernon où il possédait le château de Bizy et où, il se raconte, qu’il avait pour habitude d’attendre que les paysans soient à la messe pour brûler leurs champs…
On ne sera donc pas surpris de la réaction de ce bastion jacobin durant la Révolution : son tombeau fut martelé puis détruit. Quant au sort réservé à l’ensemble des cercueils déposés dans la collégiale, dont le sien, il n’en existe aucune trace. A ce jour, entre indifférence et histoire mal renseignée, on ignore s’ils sont encore là ou pas.
Reposaient avec lui, sa seconde épouse, Marie-Casimire-Thérèse-Geneviève-Emmanuelle de Béthune (1709-1755), et le cœur de son fils, Louis-Marie Fouquet de Belle-Isle, comte de Gisors.
Collégiale de Vernon © MCP
Mausolée du maréchal de Belle-Isle (gravure Millin)
Epitaphe gravée sur le monument
►Louis-Marie Fouquet de Belle-Isle, comte de Gisors (1732-1758)
Neuss (Allemagne)
 
Bien que comblé de toutes les faveurs et porté comme sur les bras de la Fortune, au contraire de ses père et arrière-grand-père, il était le parfait exemple du désintéressement et de l’intégrité. Modéré, modeste, appliqué, prudent,  il ne semblait amoureux que d’une juste gloire, ce que le destin lui réserva avant sa mort prématurée.
Colonel du régiment royal de la province du Barrois (1745), puis du régiment de Champagne (1749), il fut  nommé gouverneur de Metz et du pays Messin (1756), après la mort de son oncle, le chevalier de Belle-Isle, et après désistement de son père.
Il fit ses premières armes lors de la guerre de Sept Ans et se distingua dans le comté de Nice, puis à la Bataille de Hastenbeck (1757). Commandant du  Régiment Royal-Carabiniers, sous les ordres de l’incapable comte de Clermont, il fut mortellement blessé à la bataille de Krefeld, alors qu’il revenait de la première charge à l’ennemi qu’il n’eût jamais conduite. Intransportable alors  l’armée française devant évacuer le camp de Neuss au lendemain de sa défaite,  le comte de Gisors, confié aux soins de Ferdinand de Brunswick,  y mourut trois jours plus tard à l’âge de vingt-six ans.
Ce furent donc les adversaires qui lui rendirent les honneurs militaires suprêmes en escortant son convoi funèbre  de deux escadrons, d’un régiment d’infanterie, de l’artillerie, etc. Seul, son cœur put être rapporté en France.
 
Si l’on sait qu’il fut inhumé à Neuss, le lieu n’est pas précisé. L’église catholique Quirinus-Münster qui existait déjà ? Une chose est quasi certaine : au regard des circonstances, où que cela soit, son cercueil fut probablement simplement déposé sans aucune signalisation particulière de sa présence.  
Cité comme le plus accompli des colonels malgré sa jeunesse,  à entendre le concert de louanges qui l’entouraient de son vivant et qui consacrèrent sa mémoire au lendemain de sa mort, on serait tenté de le croire parfait, trop parfait.
Epitaphe précisant la présence du coeur du comte de Gisors en la collégiale de Vernon.
► Louis Charles Armand Fouquet de Belle-Isle, dit le chevalier de Belle-Isle (1693 - 19 juillet 1747)
Cathédrale Notre-Dame d’Embrun (Hautes-Alpes)
 
Frère cadet du maréchal de Belle-Isle, entré lui aussi dans les mousquetaires, il se distingua brillamment  lors des guerres de Succession d’Espagne, de Pologne et d’Autriche.
Fait prisonnier par les Anglais (1746) avec son frère, libéré, il servit sous les ordres du maréchal  et le seconda vaillamment durant la fin de la première campagne de la guerre de Succession d’Autriche.
Lieutenant-général des armées du roi,  peut-être désireux d’obtenir également un bâton de maréchal, il s'exposa de plus en plus hardiment jusqu’au jour fatal.
Voulant en finir avec les prétentions du roi Charles-Emmanuel III de Sardaigne, notamment sur le Milanais, Louis XV confia le double commandement d’une armée au chevalier et au marquis de Las Minas, son homologue espagnol.
Incapables de s’entendre sur le plan d’attaque, celui de Las Minas ayant échoué, on se rabattit sur celui de Belle-Isle qui voulait menacer Turin. Mais anticipant le passage des Français par le plateau de l’Assietta (l’Assiette) au nord de Sestrières, les forces de Charles-Emmanuel les y attendaient de pied ferme.
Le 19 juillet 1747, la tentative française d’ouvrir une brèche resta vaine. L'héroïsme du chevalier de Belle-Isle, qui voulait entraîner ses troupes en prenant lui-même un étendard, ne lui apporta que la mort : après avoir reçu un coup de baïonnette, une balle l’acheva.
Le combat acharné que continuèrent malgré tout les troupes françaises se solda par leur défaite. Elles rentrèrent en France. C’est sur le chemin du retour que le chevalier de Belle-Isle d'abord fut inhumé dans la paroisse du Sauze d'Oulx (Italie), puis transféré en septembre 1750 en l’église métropolitaine d’Embrun (cathédrale Notre-Dame) dont l’un de ses parents, Bernard François Fouquet (1705-1785), était archevêque (1741-1767).
La mort du chevalier de Belle-Isle
4 juin 2016
Sources principales :
-Tous mes remerciements à J.P. Ariey Jouglard pour m'avoir indiqué l'Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 des Hautes-Alpes précisant les lieux de sépultures du chevalier de Belle-Isles.
- Le Comte de Gisors (1732-1758) par Camille Rousset (1868)
- Dictionnaire des maréchaux de France-Ed. Perrin (2000)
(*) commentaire(s)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 14 novembre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.