RETOUR DIRECTOIRE, CONSULAT ET EMPIRE
Maréchal de France
DAVOUT Louis Nicolas (1770 – 1er juin 1823)
Cimetière du Père-Lachaise, 28ème division (Paris)
Embrassant la carrière militaire comme ses père et grand-père, il était âgé de dix-neuf ans quand, avec toute la fougue de sa jeunesse, il adhéra aux idées nouvelles de la Révolution. Il en abandonna sa particule portée par sa famille de vieille souche bourguignonne. Elu lieutenant-colonel au 3e bataillon des volontaires de l'Yonne, il fut des armées du Nord et de Belgique.
Vainement, en lui tirant dessus, il tenta d’arrêter Dumouriez lorsque ce dernier passa à l’ennemi.
© MCP
Sources principales :
- http://www.napoleon.org/histoire-des-2-empires/biographies/davout-ou-davout-louis-nicolas-duc-dauerstaedt-prince-deckmuhl-1770-1823-marechal/
- Testament du maréchal Davout : http://www.souvenir-davout.com/spip.php?article186
(*) commentaire(s)
20 juillet 2016
Envoyé en Vendée, pour se conformer au décret excluant les ci-devant nobles de l’armée, il refusa sa promotion de général de division, démissionna et ne reprit du service qu’après la chute de Robespierre. Se distinguant à diverses reprises, notamment à l'armée de Rhin-et-Moselle sous Desaix, fait prisonnier, puis échangé, il prit part à plusieurs attaques avant de s'emparer de la correspondance de Pichegru contenue dans le fourgon de Klinglin (1797) qui permit de découvrir les tractations de celui-ci avec l’es émigrés.
Présenté par Desaix à Bonaparte, Davout le suivit en Egypte où il commanda une brigade de cavalerie et participa à la plupart des batailles de cette campagne.
De retour en France (1800), promu général de division, mis à la tête de la cavalerie d’Italie, il reçut son bâton de maréchal en 1804 et fut l’un des quatre colonels généraux de la garde impériale. Après avoir joué un rôle décisif lors de la bataille d’Austerlitz c’est encore lui qui, grâce à ses manœuvres, décida de la campagne de Prusse de 1806 en facilitant l’action de l’Empereur à Iéna. En récompense, il fut le premier à entrer dans Berlin. D’autres succès historiques l’attendaient en Pologne –il fut nommé gouverneur général du grand-duché de Varsovie-, à Eylau et à Eckmülh où sa victoire entraîna celle de Wagram. Déjà duc d’Auerstedt, Napoléon le créa prince de Wagram. Commandant en chef de l’armée d’Allemagne, depuis le début de 1810, il prépara l’invasion de la Russie et déclencha l’offensive.
 
Malheureusement, entre les solutions proposées par Davout et Murat, qui ne cessaient de s’opposer, Napoléon opta brutalement pour celles de Murat. Malgré tout, Davout s'illustrera, une fois encore malgré ses blessures et un cheval tué sous lui. Mais la grande bataille de la Moskowa ne mena qu’à une victoire mitigée. Pour on ne sait quelle raison, Napoléon se rallia encore à la solution de Murat pour la retraite en suivant le même chemin qu’à l’aller alors transformé en désert par la guerre. Il ne devait revoir Davout qu’en 1815, à son retour de l’île d’Elbe.
Entre temps, ce dernier avait défendu Dresde et n’avait livré Hambourg que sur ordre de Louis XVIII lors de la première Restauration. Il fut le seul des maréchaux de l'Empire qui ne prêta pas serment au roi.
Ministre de la Guerre aux Cent-Jours, puis commandant en chef de l'« armée de la Loire », qui rassemblait les restes des armées françaises, il démissionna de cette fonction à l’annonce de l’épuration de l’armée.
 
En résidence surveillée pendant vingt mois, privé de ses traitements et plongé dans la misère, Louis XVIII finit par lui remettre le bâton de maréchal à fleur de lys, et, en mars 1819,  le gouvernement l'appela à la Chambre des pairs avec d'autres anciens maréchaux de l'Empire. Il mourut quatre ans plus tard en pouvant afficher le meilleur et le plus enviable de ses titres de gloire : il fut le seul maréchal de l'Empire qui n'avait jamais été vaincu.
 
Par testament, il avait demandé des funérailles sans pompe comme celles d’un simple particulier, accompagné juste des gens de sa maison, suivi que de sa voiture et le bâton de maréchal reçu du roi soit déposé dans son cercueil.  Mais, beaucoup de ses anciens compagnons d’armes voulurent le suivre jusqu’à sa dernière demeure qui, bravant l’interdiction de sortir des Invalides  où ils avaient été consignés, accompagnèrent la dépouille de leur chef jusqu’au cimetière du Père-Lachaise où de rares dignitaires étaient présents, parmi lesquels le général Foy et le maréchal Jourdan qui avait prononcé l’oraison funèbre.
Comparée aux mausolées érigés sur la tombe de certains dignitaires de l'Empire, la sienne se distingue par sa simplicité.
Son nom est inscrit sur l'arc de Triomphe de Paris.
THEMES 
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
FACEBOOK
CONTACT
Chercher
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter:
l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 11 décembre 2019
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
-Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 
-Noviciat de l'Oratoire (75)
 
-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2019 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.