RETOUR BEAUX-ARTS
INGRES Jean-Auguste-Dominique (1780 – 14 janvier 1867)
Cimetière du Père-Lachaise, 23ème division (Paris)
► Peintre français
Fils du peintre et sculpteur Jean-Marie-Joseph Ingres ((1755-1814) qui favorisa ses penchants artistiques, après avoir été formé à l’académie de Toulouse, il vint à Paris (1796/1797) où il intégra l’atelier de Jean-Louis David.
Bien qu’ayant obtenu le Prix de Rome, l’école étant privée de budget, il ne put se rendre en Italie qu’en 1806.
 
Entre-temps, il peignit une série de portraits dont celui de Bonaparte, Premier consul (1804) et ceux de Madame Rivière et de sa fille Caroline, Mademoiselle Rivière (1805) avec lesquels éclataient les prémices d’un génie.
Bonaparte, Premier consul (1804) (Liège –Musée de La Boverie)
Mademoiselle Rivière (1805) (Paris-Musée du Louvre)
Arrivé en Italie en 1806, il s’attacha à l’étude des peintres de la Première Renaissance italienne (Quattrocento), et plus particulièrement à Raphaël, qui marquèrent définitivement son style.
Mais ses envois de Rome, comme Oedipe et le Sphinx (1809) ou Jupiter et Thétis (1811), furent l’objet d’une critique sévère à Paris. On lui reprochait un certain archaïsme, reflet de son amour des primitifs et de la peinture des vases grecs, son « goût bizarre » et sa « manie de l’originalité ».
 
L’hostilité de la critique à son égard ne prit fin qu’en 1824, date à laquelle il quitta l’Italie et connut un vif succès avec Le Vœu de Louis XIII, exposé au Salon en même temps que les Massacres de Scio de Delacroix. Cette année là devait marquer le début du fameux antagonisme entre les deux artistes. En tant que représentant du classicisme tardif, Ingres était l’antithèse de son rival qui s’opposait avec véhémence à l’art « officiel » soumis à la doctrine académique. Mais, n’en déplaise à Delacroix, l’harmonie, la témérité dans la composition et le raffinement des surfaces qui caractérisent les œuvres d'Ingres firent la preuve de son génie et son succès. Dessinateur hors pair, il exécuta un nombre prodigieux de dessins qui fascinent par leur perfection.
Le Vœu de Louis XIII (1824) (Montauban – Musée Ingres)
A partir de ce moment, Ingres récolta une moisson de succès, de titres honorifiques et de commandes. Elu à l’Institut, s'il prêchait Raphaël et les Grecs à ses élèves, cela ne l’empêcha pas de pratiquer le réalisme le plus strict pour cette apothéose de la bourgeoisie d’affaires qu’est le Portait de M. Bertin (1832).
Portait de M. Bertin (1832) (Paris-Musée du Louvre)
Mais, ulcéré par l’échec du Martyre de Symphorien exposé au Salon de 1834, il accepta la direction l’académie de France à Rome (Villa Médicis). Revenu à Paris, il fut assailli par les commandes de portraits dont l’exécution devint pour lui un vrai supplice.
Pourtant, avec les nus, ils furent les deux pôles majeurs de son art : les portraits qui, par delà les artifices de la mode, ont une implacable modernité ; et les nus pour lesquels il eut une prédilection extrême dès 1807. Parti de sa pudique Baigneuse à mi-corps (1807), ce génial peintre de la femme signa entre autres, La grande Odalisque (1814) , et fit la synthèse de son art dans un ultime chef-d’œuvre, Le Bain Turc (1867), associant de façon audacieuse nu et Orient, tableau qui ne fut révélé au grand public que bien après sa mort.
La Grande Odalisque (1814) (Paris-Musée du Louvre)
Le Bain Turc (1867) (Paris-Musée du Louvre)
Et le fameux « violon d’Ingres » ?
Outre la peinture et le dessin, Ingres avait une seconde passion artistique, le violon auquel il se consacrait à ses moments libres. Il devait en jouer avec talent puisqu'il devint deuxième violon à l'orchestre du Capitole de Toulouse. C'est ainsi que naquit l'expression  « avoir un violon d'Ingres »  employée à propos d'une personne qui pratique une activité non professionnelle avec une certaine passion.
 
Ingres mourut des suites d’une pneumonie. Ses funérailles  et son cortège funèbre prirent un caractère triomphal : même ceux qui l’avaient combattu de son vivant lui rendirent un hommage solennel.
Il fut inhumé au cimetière du Père-Lachaise où sa tombe s’orne d’une stèle, œuvre de son ami Victor Baltard et  d’un buste signé Jean-Marie Bonnassieux (1810-1892).  Avec lui reposent ses deux épouses :
Madeleine Chapelle (1782 – 1849)
Ingres était épris d’Adèle de Lauréal à laquelle il ne pouvait s’unir car elle était mariée. A défaut, elle lui proposa de le mettre en rapport avec sa cousine, Madeleine Chapelle, une modiste de Guéret, qui lui ressemblait comme une jumelle. Ingres écrivit à Madeleine qui le rejoignit à Rome. Célébré en 1813, ce mariage arrangé se révéla finalement heureux. Elle partagea avec lui les années d’excitation qui le jetait dans des accès de fureur et de triomphe. Sa mort laissa l’artiste découragé, désemparé, et désarmé devant la solitude et les charges de la vie.
►Delphine Ramel (1808 – 1887)
L’artiste ne pouvant vivre dans l’isolement, des amis obligeants s’enquirent d’une nouvelle compagne qu’ils trouvèrent en la personne de Delphine Ramel, nièce de Charles Marcotte d'Argenteuil, mécène du peintre. Agée de quelques vingt-huit ans de moins que lui, il l'épousa en 1852. Elle embellit les dernières années du maître qui retrouva auprès d’elle la paix intérieure et un bonheur paisible.
© MCP
© MCP
© MCP
Sources principales :
-L’Aventure de l’art au XIXe siècle sous la direction de Jean-Louis Ferrier. Diffusion Auzou (1991)
-Ingres par Jules Momméja. Ed. H. Laurens (1904)
(*) commentaire(s)
30 septembre 2018
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 5 décembre 2018
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.