RETOUR DIRECTOIRE, CONSULAT ET EMPIRE
MOREAU Jean Victor (1763 – 2 septembre 1813)
Eglise Sainte-Catherine de Saint-Pétersbourg (Fédération de Russie)
Au regard de la place qu’occupe Napoléon Ier dans l’histoire, on peut avoir  oublié qu’il se confronta à des rivaux avant d'instaurer le Premier Empire. En fait, il n’en n’eut vraiment qu’un très sérieux : Jean Victor Moreau.
A Sainte-Hélène, l’empereur déchu devait se souvenir  : « Nous étions deux, et il n’en fallait qu’un. »
 
Fils d’un avocat breton, Moreau rêvait d’intégrer l’armée. Il avait toutes les qualités requises pour envisager une belle carrière militaire, ce qu’il eut déjà l’occasion de prouver alors qu’il suivait les études de droit que lui avait imposées son père à Rennes.
La Révolution fut l’opportunité de faire une démonstration magistrale de ses talents. Après avoir rejoint la garde nationale, il fut nommé lieutenant-colonel à la tête d’un bataillon de volontaires affecté à l’armée du Nord (1791) et se distingua notamment à Neerwinden et à la défense de Dunkerque. Général de division (1794), sous les ordres de Pichegru, qu’il remplaça ensuite, il contribua à de nombreuses victoires et conquit la Hollande en 1795. Sa renommée établie, général en chef de l’armée du Nord, puis de celle de Rhin-et-Moselle (1795), il fit la campagne d’Allemagne (1796) avant d’être stoppé par les préliminaires de la paix de Leoben (1797).
 
Parallèlement, Bonaparte se distinguait lui aussi mais sur d’autres champs de bataille : dans le même temps, les deux hommes gagnaient en renommée.
 
Moreau était républicain convaincu. Mais quel impact sur ses sentiments eut la mort de son père, et de tant d’autres, sur l’échafaud durant la Terreur ? Quoiqu’il en soit, lorsqu’il découvrit, lors d’une opération, des documents qui établissaient la relation entre Pichegru et les émigrés, il ne les remit pas de suite au Directoire. Il ne les transmit qu’après le coup d’Etat du 18 fructidor (4. Sept. 1797) ce qui lui valut d’être suspect et mis en non-activité. Toutefois, les circonstances ne permettant pas de se priver d’un soldat  d’expérience, il fut rappelé et nommé commandant en chef de l'armée d'Italie (1799). Victoires, défaites se succédèrent, notamment celle de Novi où il assura le repli des troupes jusqu’à Gênes après la mort de Joubert.
 
Pressenti par Sieyès pour un coup d’Etat, Moreau s’effaça devant Bonaparte qu’il aida le 18 brumaire. Ce dernier lui confia l’armée du Rhin avec laquelle il écrasa les Autrichiens (1800). Son triomphe par sa victoire à Hohenlinden (3 déc. 1800),  bientôt suivi de la signature de la paix de Lunéville (9 fév.1801), donna à Moreau une popularité d'une ampleur comparable à celle de Bonaparte.
Jalousie et antagonisme entre les deux hommes exarcerbés par Moreau qui avait refusé d'épouser Hortense de Beauharnais, désapprouvait le Concordat, se gaussait de la Légion d'honneur et laissait connaître ses mauvaises dispositions à l'égard du Premier consul.
 
Pour les royalistes, cette attitude le désigna comme un allié possible. Il ne les rallia pas officiellement, mais ne dénonça pas leurs intrigues. Accusé d’avoir participé au complot de Cadoudal, il fut incarcéré et condamné à deux ans d’emprisonnement (1804). Colère et déception de Bonaparte qui, à la veille de son sacre, aurait préféré une condamnation à mort. A défaut, et bien heureux d'en être  débarrassé,  la peine fut commuée exil.  
 
Rayé des cadres de l’armée, Moreau s’embarqua pour les Etats-Unis où il fut accueilli avec enthousiasme et vécut tranquillement jusqu’à ce qu’il apprenne le désastre de la campagne de Russie. Il revint en Europe pour se mettre au service du tsar Alexandre Ier et de ses alliés comme conseiller (1813).
Mais le 27 août, alors qu’il se tenait au milieu de l'état-major des coalisés lors de la bataille de Dresde, un boulet lui fracassa le genou droit et la jambe inférieure gauche. Amputé des deux jambes et transféré à Laun, il y mourut six jours plus tard.
La mort du général Moreau (1814) par Auguste Couder (1789-1873)
Alexandre Ier le fit inhumer dans la crypte de la cathédrale catholique Sainte-Catherine de Saint-Pétersbourg où on ne lui creusa pas de tombe. Son cercueil fut simplement dissimulé par un mur de briques, disposition qui existe toujours.
Grâce à des clichés que l’ambassade soviétique fournit à l'historien Valynseele (1921-1997), on possède la description du cercueil : sur le couvercle supérieur, on y voit des restes d'un revêtement de velours avec des galons et des ornements de bronze. En tête et au pied subsistent des plaques ouvragées en métal doré, avec des inscriptions en français ; sur la plaque au pied, il est gravé : « Guide de l'éternité, il ne vécut sur cette terre que pour mourir dans la carrière qui mène à l'immortalité
 
À la suite d'un incendie en 1947, la crypte n'est plus accessible au public, seule une plaque commémorative à l'entrée  indique que sa dépouille y repose. Mais à force de chercher sur Internet, j’ai trouvé un blog russe dont l’auteur a pu y accéder. Pas de photo du cercueil puisqu’il demeure inaccessible, mais au moins le mur de briques, derrière lequel il se trouve, orné d’un portrait du général.
https://sites.google.com/site/istoriksergeylebedev/nevskij-prospekt/istorik-sergej-lebedev-u-mogily-generala-moro-v-kostele-svatoj-ekateriny-14-oktabra-2013-goda
La rose au-dessus du portrait a été déposée par l’auteur du blog. https://sites.google.com/site/istoriksergeylebedev/nevskij-prospekt/istorik-sergej-lebedev-u-mogily-generala-moro-v-kostele-svatoj-ekateriny-14-oktabra-2013-goda
Ses deux jambes furent déposées sous un monument dressé en 1814 à l’endroit où il fut blessé. Surmonté d’un casque à l’antique, il fut érigé sous trois arbres symbolisant la Russie, l’Autriche et la Prusse. Protégé par une grille, on peut lire sur l’une de ses faces :
Moreau, der Held field hier an der Seite Alexanders der XXVII August MDCCCXIII
Moreau le héros, tomba ici aux côtés d’Alexandre le XXVII août MDCCCXIII
Merci à Dominique Timmermans pour cette photo
Par la suite, fait maréchal à titre posthume par Louis XVIII, son cœur fut inhumé auprès de la dépouille de sa femme, Eugénie Hulot d'Osery (1781-1821), dans une chapelle familiale au cimetière de la Chartreuse à Bordeaux.
Son nom est inscrit sur l’arc de triomphe de l’Etoile.  
© MCP
© MCP
© MCP
18 octobre 2018
Sources principales :
-Grand dictionnaire encyclopédique Larousse en 15 volumes (1984)
-https://www.lecourrierderussie.com/societe/2017/10/general-moreau-saint-petersbourg/
-http://www.napoleon-empire.net/personnages/moreau.php
-http://napoleon-monuments.eu/EnNap/Moreau.htm
-https://sites.google.com/site/istoriksergeylebedev/nevskij-prospekt/istorik-sergej-lebedev-u-mogily-generala-moro-v-kostele-svatoj-ekateriny-14-oktabra-2013-goda
(*) commentaire(s)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 10 décembre 2018
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.