Retour liste personnalités liées à Louis XVI
RETOUR DIRECTOIRE, CONSULAT ET EMPIRE
CADOUDAL Georges (1771 - 25 juin 1804)
Village de Kerléano à Auray (Morbihan)
Arrestation de Cadoudal. BnF
Arrestation de Cadoudal. BnF
Georges, fameux chef des brigands. BnF
Débutés le 25 mai 1804, les débats se conclurent le 10 juin. Les nobles ayant été graciés, Georges fut condamné à mort avec onze autres chouans. Pichegru suicidé, il fit de son mieux pour innocenter Moreau, accusé injustement, qui fut condamné à deux ans de prison.
Héroïque jusqu’au bout, il refusa toute demande en grâce qui aurait bafoué son honneur, ce que pourtant  aurait apprécié Bonaparte.
 
Le 25 juin 1804, trois charrettes se dirigèrent vers la place de Grève. Afin de prouver à ses hommes qu’il ne renierait pas son engagement au pied de l’échafaud, il demanda à être guillotiné le premier, alors qu’un chef de bande l’était traditionnellement en dernier. En se dirigeant vers la guillotine, il récitait l' Ave Maria , s'arrêta au verset " Priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant... " ; son confesseur lui murmura : " Continuez. " Cadoudal eut un sourire, haussa les épaules : " A quoi bon, monsieur l'abbé ? Et à l'heure de notre mort, n'est-ce pas maintenant ? "
 
À la Restauration,Louis XVIII le nomma maréchal de France à titre posthume.
Exécution de Cadoudal. BnF
« Nous avons fait plus que nous voulions ; nous voulions faire un roi, nous faisons un Empereur ! »
 
De souche paysanne, remarqué très vite par son intelligence, Georges fit ses études à Vannes et devint clerc de procureur. Favorable aux idées nouvelles au début de la Révolution, les débordements dont elle fit preuve par la suite engagèrent Cadoudal à se joindre à la chouannerie morbihannaise dont il devint l’un des chefs emblématiques.
« Je soussigné, Inspecteur général du Service de santé, 1er chirurgien de la ci-devant garde impériale, commandeur de la Légion d’honneur […] déclare être possesseur du squelette (monté en fil de fer) ayant appartenu à Georges Cadoudal lieutenant général des armées du roi, cordon rouge. En attestant l’identité du squelette de Georges Cadoudal par la déclaration sincère que la personne qui l’a préparé en a faite et les caractères distinctifs de ce squelette auxquels les connaisseurs peuvent facilement trouver l’homme vivant, je certifie l’avoir remis à MM. Joseph Cadoudal, frère de Georges, Desol de Grisols et Charles d’Hozier, ses amis, lesquels me l’ont demandé avec insistance.
Fait à Paris le 21 juin 1814. Baron Larrey. »
Sources principales:
Histoire et dictionnaire du Consulat et de l'Empire -Ed. Bouquins-
Histoires d'Os et autres illustres abattis de Clémentine Portier-Kaltenbach - Ed. Lattès-
Musée de la Chouannerie de Plouhernel
Service du Patrimoine de Château-Gontier
(*) commentaire(s)
Mausolée de Cadoudal et de Mercier.
Photo Wikipedia
Emplacement du mausolée
Le 25 juin, les ossements furent amenés dans une chapelle jouxtant l’église St-Paul-St-Louis où un service solennel fut célébré pour Georges et ses compagnons d’infortune. Puis on l’inhuma dans un des caveaux de l’église.
En 1824, une souscription fut lancée afin de lui élever le monument, près de la demeure familiale, où il repose dorénavant. Mais avant d’y arriver, il lui fallut encore attendre.
En 1825, les députés du Morbihan firent la demande du rapatriement de la dépouille auprès du ministère de l’Intérieur. Ce ne fut qu’en 1830 qu’il prit le chemin de la Bretagne où il fut accueilli en grande pompe.
Toutefois, entre les évènements politiques et les problèmes de financement, son mausolée ne fut achevé qu’en 1852. Enfin, l’année suivante, Georges y trouvait le repos dans le puits central du monument. Ainsi se terminait l’épopée de l’irréductible chouan. Vraiment ? Non, car il restait le crâne...
 

Le crâne de Georges
 
Retour en 1853 où un neveu de Cadoudal découvrit son crâne dans le cabinet de phrénologie du Jardin des Plantes à côté de celui de Giuseppe Fieschi. Après une enquête minutieuse menée par la famille, il en ressortit que le crâne figurât bien dans un inventaire de la collection des crânes de l’hôpital militaire de Rochefort où travailla un certain Gall qui en fut longtemps détenteur.
Je passe sur tous les détails de l’enquête pour en arriver à 1992. Lors de la rénovation du monument de Kerléano, afin d’éclaircir ce mystère on descella la dalle du puits. Le squelette était là avec un crâne qui, Ô surprise, ne correspondait en rien aux portraits connus de cette « forte tête », au moulage de la collection Gall, etc. : il était bien plus petit ! Comme souvent dans ces cas là, se basant sur certains documents, d'autres affirment, au contraire, que c'est bien le sien.
 
A ce propos, après avoir été contactée par une personne me disant posséder une illustration du document prouvant qu'il s'agissait bien du crâne de Cadoudal et d'une autre du moulage du sus-dit crâne, je me  suis retrouvée à devoir débourser 18 Euros à l'Association des Descendants des Chouans et Vendéens pour obtenir ce qu'on me proposait de façon alléchante sans avoir rien demandé.  Trouvant le procédé aussi curieux que déplacé de la part d'une association au but pourtant honorable, et tout à fait contraire à la démarche du site, j'ai décliné cette "aimable" proposition.
L'article se passera donc de cette documentation.
 
En 1871, les restes de son meilleur ami Pierre Mathurin Mercier dit « La Vendée » (1754-21 janvier 1801), retrouvés dans le grenier d’un hospice de Loudéac, vinrent l’y rejoindre.
Après la déroute de l'armée royale, n'ayant pu repasser la Loire, « La Vendée » se rendit en Bretagne avec Georges Cadoudal, avec qui il se lia bientôt d'une étroite amitié. Un autre lien les unissait, Lucrèce Mercier, sœur de Pierre dont Georges tomba amoureux.
En 1799, après avoir obtenu des envois d'armes et d'argent du comte d’Artois, il revint en Bretagne, où il s'empara de Saint-Brieuc dans les premiers jours de janvier, et y délivra les prisonniers royalistes. Cet exploit attira sur lui l'attention des républicains ; ils l'environnèrent de forces nombreuses et lui tendirent des embûches, dans l'une desquelles il fut tué près de Loudéac. Son corps abandonné fut transporté au cimetière de Loudéac par son aide-de-camp.
 
Quant à Lucrèce Mercier (1776-1831), surnommée « la fiancée de Cadoudal » en apprenant la mort de Georges, elle rentra chez les Ursulines de Château-Gontier dont elle devint la Révérente Mère. Elle y décéda et fut inhumée dans le cimetière du couvent.
Plusieurs fois expulsées de leur couvent les Ursulines le furent définitivement dans les années 1965. Auparavant, dans les années 1955, pour protéger leurs sépultures du cimetière du couvent des affres de l’histoire, elles en assurèrent le transfert au cimetière Sain-Jean-Baptiste de la ville.
Lucrèce y repose-t-elle ? Très probablement ; plus probablement « qu’à trois kms au sud-ouest d’Auray sur la route de Quiberon », comme parfois indiqué sans plus de précision et sans qu’aucun historien averti n’en soit informé.
Mais en 1796, Charette de la Contrie et Stofflet ayant été fusillés, le filet des Républicains mené par Lazare Hoche se resserra autour de Georges qui, débordé, fut contraint de déposer les armes et de signer un traité de paix le 19 juin.
Ce n’était que pour mieux rebondir. Il partit à Londres pour quêter des fonds et reprendre la guerre en 1799.
Maître de la majeure partie du Morbihan, son élan fut arrêté par le coup d’Etat du 18 brumaire et il fut de nouveau obligé de négocier la paix avec Brune.  
Homme au caractère et à la bravoure exceptionnels et remarquable tacticien de guerres d’embuscades, Bonaparte, alors Premier consul, souhaitait s’en faire un allié. Il  lui proposa un commandement dans l'ouest au grade de général et une rente. Georges refusa net et repartit pour Londres où le comte d’Artois (futur Charles X) le nomma lieutenant-général des armées du Roi.
 
Cogitant sur le moyen de remettre les Bourbons au pouvoir, l’idée lui d’enlever Bonaparte pour le remettre aux Anglais. C’est ainsi qu’il fut impliqué dans l’attentat sanglant de la « machine infernale » (24 décembre 1800).  Il a toujours nié y avoir participé et soutenu que son seul but était de faire prisonnier Bonaparte.  C’est bien dans ce but qu’il revint clandestinement à Paris en août 1803. Il s’aboucha avec Pichegru et Moreau, mais le complot s’éventa. Pichegru et Moreau furent arrêtés. Traqué, Cadoudal le fut en dernier (9 mars 1804)  après une course-poursuite très mouvementée durant laquelle un inspecteur trouva la mort. Son arrestation fut suivie d’un grand  coup de filet dans le milieu anti-bonapartiste.  
Un squelette monté sur fil de fer !
 
Les dépouilles furent inhumées au cimetière Sainte-Catherine…tout du moins celles des onze chouans. A l’Empereur qui l’interrogea quatre plus tard, Fouché jura ses grands dieux que celle de Cadoudal était bien du nombre.
 
De fortes présomptions, devenues une réalité historique malgré le manque de preuves formelles, laissent à penser qu’il n’en fut rien. Dans quel esprit tordu et/ou revanchard germa l’horrible idée qui suit ? On ne le saura jamais.
Son cadavre n’aurait pas été enterré mais acheminé vers un amphithéâtre d’anatomie afin d’être transformé en vulgaire sujet pédagogique pour les étudiant en Médecine. Ses chairs séparées des os, il ne resta plus du chef chouan qu’un squelette monté sur fils rebaptisé Anatole par les futurs carabins comme l'étaient tous les squelettes humains de l’amphithéâtre !
C’est ce même squelette que Dominique Larrey, médecin de la Grande Armée, restitua aux amis de Georges Cadoudal en 1814. On ne saura jamais la réelle participation de Larrey au dépeçage quasi blasphématoire.
Quoiqu’il en soit le certificat qu’il joignit à la relique le défaussait totalement :
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 22 avril 2017
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Errancis (75)
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.