RETOUR LITTERATURE
STENDHAL - Henri Beyle, dit (1783 - 23 mars 1842)
Cimetière de Montmartre, 30ème division (Paris)
► Ecrivain français
Il rentra alors comme précepteur chez le comte de Cordon. La fille de ce dernier, Henriette (Mathilde de la Mothe), amoureuse de lui, finit par s’offrir et tomba enceinte. Mais avant de donner sa fille en mariage, le comte se renseigna sur son futur gendre et découvrit son passé. Renvoyé comme un malpropre, Antoine, fou de rage, persuadé que Mme Michoud était la responsable de sa situation, décida de la tuer. C’est ce qu’il tenta de faire lors de la messe dominicale à Brangues avant d’attenter à ses jours. Mais le meurtre et le suicide ratèrent. Arrêté et jugé Antoine Berthet fut condamné à mort et exécuté à Grenoble sur la place Grenette quelques jours avant son 27ème anniversaire.
La presse rendit abondamment compte de l'affaire, en particulier la Gazette des Tribunaux de Grenoble que lira Stendhal, peut-être chez sa sœur à proximité de Brangues : les antipathies d'Henri Beyle pour la ville et la société de sa région natale trouvèrent là un point de départ indiscutable pour son roman.
 
On dit aussi que la légende liée à la reine Margot et à son amant Boniface de La Mole, ne serait pas étrangère à la fin de l'histoire.
(*) commentaire(s)
Berthet aux Assises de Grenoble
Les illustres héros de roman ancrent fréquemment leurs vies dans des faits divers, éternels sources d’inspiration pour les écrivains. Delphine Delemare inspira Flaubert pour sa Madame Bovary et Antoine Berthet prit les traits de Julien Sorel du Rouge et le Noir.
 
D’extraction sociale très modeste, étudiant brillant au séminaire de Grenoble, les lectures licencieuses d’Antoine lui valurent d’être renvoyé. C’est ainsi qu’il se retrouva précepteur à Brangues, dans l’Isère, chez les Michoud de la Tour (les Rênal) et qu’il devint l’amant (?) de la maîtresse de maison. Leur relation s’étant éventée, il fut poliment remercié et intègra de nouveau le séminaire d’où il fut chassé suite à la découverte de sa correspondance avec Mme Michoud.
Antoine Berthet (1801 - 23 février 1828) qui inspira le personnage de Julien Sorel
  Cimetière Saint-Roch de Grenoble (Isère) (sépulture disparue)
© MCP
Sépulture de Stendhal. © MCP
Reconstitution de l'acte de décès de Stendhal
« Puisque la mort est inévitable, oublions-la .» (Stendhal)
 
Il aimait l’amour, la gloire, la générosité et aspirait au bonheur mais, sous une attitude volontiers désinvolte ou cynique, Stendhal cachait une sensibilité très vive dont il réprimait les élans par peur d’être dupe ou ridicule.
Maîtrisant son imagination, et soucieux de vérité, pour créer les aventures de ses personnages, nés de ses souvenirs ou de ses rêves, il choisit d’ordinaire des canevas basés sur des éléments réels dans des milieux qu’il connaissait bien et qu’il peignit d’après nature.
Après avoir entamé une carrière dans l’armée, il en démissionna en 1802 pour écrire « des comédies comme Molière ». Le peu de succès de ses essais dramatiques l’engagèrent à reprendre du service, cette fois dans l’intendance, en 1806. Passionné de voyages, sa fonction le mena sur les chemins des campagnes napoléoniennes dont celle de Russie où il fut témoin du grand incendie qui ravagea Moscou après l'entrée de la Grande Armée en septembre.
 
La chute de Napoléon Ier le priva de son emploi mais lui rendit sa liberté. Il s’installa à Milan dont le charme l’avait séduit quelques années auparavant et qui devint sa patrie d’élection. Il y entreprit des travaux de critique musicale et picturale. Mais son talent commença à s’affirmer dans le premier ouvrage qu’il signa de son nom : Rome, Naples et Florence (1817).
Devenu suspect aux yeux de la police autrichienne, il dut quitter la ville pour regagner Paris. Après une activité littéraire très diverse, il signa enfin son premier chef-d’œuvre en 1830 : Le Rouge et le Noir.
 
Sa situation financière devenant difficile, Molé, ministre de Louis-Philippe, le nomma consul à Trieste où ses idées libérales le rendirent bientôt indésirable. Toujours comme consul, il partit pour Civita-Vecchia (Etats de l’Eglise) en 1831. Ce fut sa dernière nomination.
Profitant d’un congé, qui dura de 1836 à 1839, il reprit contact avec les salons parisiens, voyagea et écrivit un autre de ses chefs-d’œuvre : La Chartreuse de Parme (1839).
Reprenant ses fonctions, il commença d’autres ouvrages, mais sa santé s’étant altérée, il demanda un nouveau congé en 1841.
 
Quelques mois avant sa mort, il avait écrit à un ami : « Je trouve qu’il n’y a pas de ridicule à mourir dans la rue quand on ne le fait pas exprès ». Prémonition ? Le soir du 22 mars 1842, il tombait sur le boulevard des Capucines frappé d’une attaque d’apoplexie ! Il décéda le lendemain. Ses obsèques eurent lieu dans la chapelle de l’ancien couvent des Filles de l’Assomption, actuelle église des Polonais résidant à Paris.
 
A quatre reprises Stendhal avait, par testament, demandé à être inhumé à Andilly où il avait séjourné et qu'il aimait, choix qu'il confirmait dans le quatrième :
 
Le 27 septembre 1837
« Je lègue le mobilier, les livres, la montre que j’ai à Paris et tout ce qui m’est dû sur mes appointements (à prendre chez M. Flury-Hérard, n° 133) à M. Romain Colomb, qui sera exécuteur testamentaire et me fera enterrer au cimetière d’Andilly (vallée de Montmorency), et, si cela est trop cher, au cimetière de Montmartre… »
Ce ne fut pas Andilly mais Montmartre...
 
D’abord inhumé dans la 18ème division, il fut déplacé lors de l’installation du viaduc Caulaincourt.
Ultime témoignage de de son amour pour l'Italie en général et Milan en particulier, son épitaphe est en italien :
Milanais
Il écrivit
Il aima
Il vécut
Milanais, Il écrivit, Il aima, Il vécut. © MCP
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Errancis (75)
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 18 mars 2017
NOUVEAUX ARTICLES
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.