5 janvier 2012
Belle et audacieuse  Agnès qui dénudait sa gorge, s’épilait les sourcils, aimait les riches toilettes et les grands équipages et dont l’éclat rejaillissait sur toute la Cour. Agnès qui devint l’une des premières grandes favorites de l’histoire de France auprès de Charles VII.
 
Dame d’Honneur d’Isabelle de Lorraine, épouse du roi de Sicile, René d’Anjou, frère de la reine Marie d’Anjou, elle avait tout pour plaire et elle plut à Charles VII qui était en mal d’amour. Elle rentra  au service de la reine, pour se rapprocher de son amant.
Agnès Sorel par Fouquet (15ème siècle)
Reconstitution du visage d'Agnès
Le tombeau d’Agnès Sorel
 
Les morceaux de son tombeau, brisé en 1793, furent entreposés en lieu sûr.
 
Entre 1806 et 1809, le gisant fut envoyé à Paris et restauré par le sculpteur Beauvallet qui recolla les morceaux et modela les parties manquantes : mains, plis de la robe, ailes et têtes des angelots et une partie du corps des agneaux placés aux pieds du gisant.
 
En 1809, il fut installé au rez-de-chaussée de la tour dite « Agnès Sorel » dans le logis royal de Loches.
 
En, 1970, parce qu’il gênait la visite des touristes, on le transporta au premier étage du bâtiment et l’on procéda à une nouvelle restauration que suivirent d’autres en 1997.
 
Enfin, à la fin de l’année 2004, on décida de respecter les vœux d’Agnès en transférant ses restes et son tombeau en la collégiale Sainte-Ours où ils se trouvent depuis le 2 avril 2005.
Photo Vaxjo (Flickr)
Photo Vaxjo (Flickr)
Photo : www.patrimoine-histoire.fr/Patrimoine/Loches/Loches-Collegiale-Saint-Ours.htm
Sources principales: Récits de paléopathologie par Philippe Charlier, Médecin des morts - Fayard (2006) et mes remerciements à Eric Meunier...
(*) commentaire(s)
SOREL Agnès (vers 1422 - 9 février 1450)
Collégiale Sainte-Ourse à Loches (Indre-et-Loire)
Cœur et viscères : abbaye de Jumièges (Seine-Maritime)
Masque mortuaire d'Agnès Sorel. Musée de Bourges
Châtelaine et Dame de Beauté, son influence sur le roi fut souvent heureuse car elle parvenait à le guérir de ses dépressions et à l’encourager dans son œuvre de redressement du royaume. La reine elle-même « préfère une rivale soucieuse du bien de l’Etat à une ambitieuse ».
Toutefois, son goût du faste, que corrigeait une grande bienfaisance, pesait lourdement sur les maigres finances du royaume.
 
Tout irait pour le mieux, si le dauphin, futur Louis XI, peu sensible au bien être de son père, ne lui créait pas mille difficultés à la cour de Chinon. Il détestait Agnès. Lassée ou voulant avertir Charles d’un complot contre lui, elle quitta Loches pour la Normandie où le roi combattait les Anglais. Et sa rivale, Antoinette de Maignelais, était-elle avec lui ?
Elle était enceinte pour la quatrième fois. Arrivée au manoir du Mesnil-sous-Jumièges, près de Rouen, elle fut soudainement prise d'un « flux de ventre » et mourut en quelques heures, non sans recommander son âme à Dieu et à la Vierge Marie. Elle eut le temps de léguer ses biens à la collégiale de Loches, pour que des messes y soient dites pour le repos de son âme, et à l'abbaye de Jumièges.
Sa mort fut si rapide qu’on crut à un empoisonnement dont on accusa Jacques Cœur, qu'elle avait désigné comme exécuteur testamentaire, avant qu’il ne soit lavé de ce soupçon.
 
Avant son embaumement, on préleva son cœur qui fut déposé dans le chœur de l’abbaye de Jumièges sous un magnifique mausolée de marbre noir.
 
Magnifiquement coiffée, vêtue avec simplicité et sans aucun bijou, on déposa sa dépouille dans un triple cercueil de chêne, de cèdre et de plomb qui fut ramenée à Loches.
Agnès Sorel fut inhumée en grande pompe dans un splendide tombeau en la collégiale de Notre-Dame de Loches, actuelle collégiale Sainte-Ours.
Avec elle, on inhuma son dernier enfant dont on ne sait s’il était mort-né, né lors du fausse-couche ou s’il vécut temporairement (les analyses de 2004 indiquèrent qu’il avait sept mois).  
Les chanoines, en vertu du testament d’Agnès qui leur léguait une grande partie de ses biens, devaient veiller à son repos éternel.  
 
Quelques années plus tard, les chanoines, oublieux des dons de leur bienfaitrice, demandèrent à Louis XI de déplacer le mausolée qui, prenant beaucoup de place dans le chœur, les gênait pour les célébrations du culte. Malgré ses anciens sentiments pour la maîtresse de son père, le roi refusa. Plus exactement, le rusé biaisa. A tombeau bougé, donations stoppées ! Curieusement les chanoines n’insistèrent pas…
 
Onze rois plus tard, sous Louis XV, les chanoines réitérèrent leur demande. Louis XV était enclin à accepter, mais se méfiant des affronts posthumes dont pourraient souffrir ses favorites dans le futur, il écrivit : « Néant, laisser le tombeau où il est » en marge de la lettre par laquelle les chanoines requéraient la relégation du mausolée dans une chapelle latérale.
 
Ne désarmant pas, en 1777, ils s’adressèrent à Louis XVI qui accepta ce que tous ses prédécesseurs avaient refusé.
 
Le tombeau fut descellé. On y trouva des résidus aromatiques, les restes d’une dentition très bien conservés ainsi que des cheveux blonds cendrés tressés dans le dos. Ces débris furent mis dans une urne en grès déposée dans la sépulture déplacée. L’ouverture de la tombe fut aussi l’occasion de divers prélèvements dont des dents pour servir de prothèse dentaire…
 

Les restes d’Agnès Sorel
 
A la Révolution, des soldats des bataillons de l’Indre, dont les connaissances historiques n’égalaient pas leur zèle révolutionnaire, confondirent Agnès avec une sainte et profanèrent le tombeau. L’urne contenant ses restes fut enterrée dans le cimetière près de l’église.
 
En 1801, l'urne fut récupérée et placée dans le bâtiment de la sous-préfecture et remise dans son tombeau après la restauration de celui-ci en 1809.
 
Lors de l'ultime déplacement de son tombeau envisagé en 2004, il fut décidé de profiter de l’opportunité pour effectuer des analyses afin de répondre aux questions suivantes : s’agissait-il bien d’Agnès Sorel, déterminer l’année de décès, connaître son état de santé avant sa mort et surtout, avait-elle été empoisonnée. L’ouverture de l’urne laissa apparaitre un crâne reposant sur un lit de poussières et de débris grisâtres.
 
Suite à de très nombreuses analyses des plus modernes : ADN, toxicologie, parasitologie, etc. l’authentification d’Agnès fut possible ainsi que sa date de décès qui correspondait à la fourchette indiquée par les scientifiques. Ses quatre enfantements furent avérés dont le dernier  puisqu’on trouva dans l’urne les restes d’un squelette fœtal de sept mois.  
 
Les résultats mirent au jour qu’Agnès était atteinte d’une infection parasitaire, l’ascaridiose, provoquant de terribles douleurs et pouvant entrainer la mort.  Bien que traitée, Agnès connut un vrai calvaire.  Aurait-on profité de cette maladie pour l’empoisonner ?
Aucune trace d’arsenic. En revanche, les traces de mercure trouvées déterminèrent au moins un élément : il s’agissait d’une intoxication aiguë et non chronique. Les sels de mercure étaient utilisés depuis des siècles pour traiter les parasites intestinaux. Fut-elle victime d’une erreur de posologie ? Cette dose massive de mercure provient-elle de soins donnés à son cadavre pour son transport ? Assassinat ?
Les conclusions scientifiques s’arrêtent là. Si elles ont apporté des réponses, elles n’ont pu résoudre la principale question que seule l’Histoire révèlera peut-être un jour en livrant le nom du, de la ou des coupables.  
 
Lors de ces examens, une reconstitution de son visage fut réalisée par la gendarmerie à partir de son crâne qui démontra que sa réputation de Dame de Beauté n’était pas usurpée.
Le 2 avril 2005, la magnifique courtisane reprit le chemin de son lieu de sépulture d’origine où elle repose depuis avec ses troublants secrets.
Les filles d'Agnès et de Charles VII
 
Du roi, Agnès eut trois filles et un(e) enfant mort(e) peu avant elle, comme expliqué ci-dessus. Reconnues par leur père, les  trois filles furent élevées à la Cour.
Des incertitudes existent toujours quant à l'ordre exact de leur naissance. Seule la date de naissance exacte de Jeanne est connue: 1445.
Toutes les trois firent de brillants mariages
 
Marie-Marguerite de Valois (1443 ? - 1473)
Elle épousa Olivier de Coëtivy, frère cadet de l'amiral Préjent.
 
Charlotte de Valois (1444 ?- 1er juin 1477)
Abbaye Notre-Dame de Coulombs (Eure-et-Loir)
Mariée à Jacques de Brézé, elle était la mère de Louis de Brézé qui épousa Diane de Poitiers. La pauvre femme eut une fin tragique. Surprise en plein adultère par son mari, ce dernier tua l'amant  avant de planter son épée dans le corps de sa femme.
 
Jeanne de Valois (1445 - après 1467)
Elle épousa  Antoine de Bueil, comte de Sancerre
RETOUR PERSONNALITÉS LIÉES A CHARLES VII
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 14 novembre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.