RETOUR PERSONNALITES LIEES A LOUIS XIV
5 août 2012
Entre temps, il prit Lille en neuf jours et dirigea les sièges de Tournai et de Douai. Apprécié par Colbert mais aussi par Louvois, il réussit le tour de force d’être l’homme de confiance de l’un et de l’autre.
A partir de la paix d’Aix la Chapelle (1668), il commença une vie errante qui dura presque jusqu’à sa mort : pendant trente-neuf ans, il construisit la clôture du royaume tout en continuant à se distinguer au combat. Sans établir une liste exhaustive de ses hauts faits de guerre, rappelons qu’il prit Dole et Besançon (1674),  dirigea le siège de Maastricht (1675),  enleva le Luxembourg (1684), réputé imprenable, Mons, Namur, avec si peu de perte côté français que le roi l’invita à dîner, etc.
Au siège de Charleroi, selon ses idées, les premières attaques en colonne au pas de course avec système baïonnette/mousquet permettant de tirer tout en conservant l’extrémité de l’arme fut d’une grande efficacité.
Pour résumer, Vauban dirigea remarquablement plus de cinquante sièges…
Soldat d’un courage incontestable, il s’exposait toujours en première ligne. Louis XIV eut beau ordonner à ses généraux de le protéger, Vauban réussissait toujours à s’échapper pour se jeter au plus fort du danger. Il reçut son bâton de maréchal de France en 1703.
 
Pour cet homme si savant, le Génie n’était pas une affaire de système, mais d’observation, d’expérience et de bon sens : il existait une façon de fortifier une place ou de l’attaquer différente pour chacune et il était impossible de formuler des règles générales. Ce furent les théoriciens et les historiens qui, par la suite, parlèrent des « trois systèmes » de Vauban comme on aurait pu parler de quatre, cinq ou six…
En construisant près de quarante nouvelles places fortes ou en en remaniant plus de trois cents,  il en fit non seulement des fortifications adaptées au progrès de l’armement mais créa aussi de véritables ouvrages d’art.
Quelques réalisations.
Fortifications de Briançon construites par Vauvan. MCP
http://photos.piganl.net/bazoches/bazoches.html
http://photos.piganl.net/bazoches/bazoches.html
Photo : Denis Trente-Huittessan
Son cœur, conservé dans une boîte en plomb sous les marches de l'autel, fut retrouvé en 1804 lors de travaux.
Le 26 mai1808, sur ordre de Napoléon Ier, lors d’une cérémonie militaire, il fut déposé en l’église du Dôme des Invalides dans un mausolée face à celui de Turenne.
 
Œuvre de Trepsat, le mausolée initial comprenait une simple colonne surmontée d'une urne, assise sur une base portant des trophées.
En 1847, dans le cadre de l'aménagement de  la crypte destinée à recevoir le tombeau de Napoléon, ce monument fut  remplacé par un sarcophage de marbre noir réalisé par le sculpteur Antoine Etex.
Vauban est représenté à demi-couché. Il tient un compas et médite sur ses écrits. Il est encadré par les figures de la Science, voilée et de la Guerre, casquée. Le sarcophage est surmonté d'un obélisque encadré de drapeaux et d'étendards. Une inscription et un bas-relief sur le socle rappellent le projet de dîme royal de Vauban et valorisent la dimension politique et réformatrice de l'œuvre de Vauban.
Mausolée de Vauban à droite. MCP
Mais, ses réalisations ne s’arrêtent pas là. Outre le port militaire de Dunkerque, on lui doit des travaux civils tels le canal de Saint-Omer, les jetées d’Honfleur, l’aqueduc de Maintenon, etc.
 
Archétype de l’honnête homme du 17ème siècle, à tous ses talents, il faut ajouter sa personnalité qui participa à sa grandeur. Là où tant de faits glorieux auraient pu lui corrompre le caractère, il demeura un homme d’une immense bonté, avare de la vie de ses hommes, d’une droiture exemplaire, d’une grande compassion pour la misère humaine  avec le souci constant de la France et des Français. Cet intérêt sincère, lui valut d’ailleurs une semi-disgrâce avant sa mort.
 
Vauban, âgé et un peu las avait pris son congé en 1706. L’année suivante, marqué par les grandes disettes de la fin du 17ème siècle, il fit publier secrètement un projet de Dîme royale, audacieux programme de réforme fiscale consistant à remplacer les impôts existants par un impôt unique calculé en fonction des revenus sans exemption pour les ordres privilégiés, le roi inclus. Si l'on avait tenu compte de son avis pertinent, l’histoire aurait pu s’écrire autrement. Ce ne fut pas le cas, bien au contraire. L’ouvrage fut saisi et condamné par le Parlement peu avant la mort de notre ingénieur de génie.
 

Le maréchal mourut à Paris d’une pneumonie.
Grâce à une gratification obtenue après le siège de Maastricht (1675), il avait acheté la seigneurie et le château de Bazoches.
En 1688, il rebâtit le chœur de l’église et y prépara son caveau sous  la chapelle du Midi qu'il dédia à son patron, Saint Sébastien.  C’est là qu’il fut inhumé le 16 avril 1707. Sa tombe ne fut pas profanée à la Révolution.
Ah, le grand homme que voilà !
 
Issu de la noblesse désargentée, intégré dans l’armée dès 1651, sa bravoure au combat lui offrit ce que ses moyens ne lui permettaient pas.
Nommé ingénieur ordinaire de Louis XIV en 1655, son travail sur les fortifications de la Lorraine et de Brisach le fit remarquer par Colbert qui lui confia, en 1666, les travaux de celles d’à peu près la moitié de la France. Pendant douze ans, sans en avoir le titre, Vauban eut les fonctions de commissaire général des fortifications. Il n’obtint ce titre qu’en 1678 au décès de son prédécesseur.
► Maréchal de France
VAUBAN Sébastien Le Prestre de (1633 -­ 30 mars 1707)
Eglise Saint-Hilaire de Bazoches (Nièvre)
Cœur : Eglise du Dôme des Invalides (Paris)
MCP
(*) commentaire(s)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 10 juin 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.