RETOUR PERSONNALITES LIEES A LOUIS XIV
Mais revenons à notre Louvois* qui compte parmi les plus célèbres ministres du règne de Louis XIV.
*Il tenait son titre du marquisat de Louvois acheté par son père en 1656.
 
Fils du chancelier Michel Le Tellier, dès 1661, son père l’associa à sa charge de secrétaire d’Etat à la Guerre.
Dès 1666, il entama une réforme de l’armée : réorganisation des compagnies des gardes du corps, création de la masse d’entretien des troupes, réglementation de la justice militaire, création d’une compagnie de cadets en 1682, adoption de l’uniforme avec ceinturon (1683) etc.
L’armée lui est redevable d’autres innovations intelligentes : introduction de la baïonnette, création d’écoles d’artillerie ; obligation pour le Dépôt de la guerre de recevoir tous les documents intéressants l’histoire militaire du royaume.
Hiérarchie et discipline furent ses maîtres-mots : terminés les pillages militaires prenant pour prétexte les retards dans le versement des soldes ou l’absentéisme régulier des officiers...de quoi ne pas être apprécié par les militaires...
 
Parmi toutes ses créations utiles, on lui doit celle des Invalides voulut par le roi (Eglise du Dôme et
Cathédrale Saint-Louis-des-Invalides)
 
Intriguant  contre Jean-baptiste Colbert pendant l'« Affaire des poisons », en 1683, à la mort de ce dernier, il obtint sa place de surintendant des Bâtiments, Arts et Manufactures de France ce qui lui permit de prendre en main la construction du château de Versailles.
En 1690, Louvois qui eut aussi le mérite de s’entourer d’excellents collaborateurs tel Vauban, fut chargé des haras et des fortifications côtières.
 
Ce que son père avait pour lui, il le répéta pour son fils, Barbezieux, qu’il associa au secrétariat de la Guerre en 1687.
 
Administrateur actif et intelligent, le ministre était  aussi, dit-on, ambitieux, égoïste et hautain, autoritaire et parfois violent.
Cependant, ses défauts et surtout les odieuses dragonnades, qu’il organisa contre les protestants pour les forcer à se convertir, lui attirèrent  la haine de Mme de Maintenon, finirent par blesser le roi et  jeter une ombre sur ses mérites.
 
Ayant eut le bon goût de mourir d’une crise cardiaque la veille de sa disgrâce, l’honneur fut sauf.
 
Sa veuve, Anne de Souvré, obtint la faveur de le faire inhumer en l’église Saint-Louis-des-Invalides. Mort brutalement cinquantenaire, aucun mausolée n’avait été prévu.
 
Anne de Souvré entama alors le projet d’une magnifique sépulture au couvent des Capucines de la place Vendôme où elle fit aménager la chapelle des Louvois par Jules Hardouin-Mansart. Elle commanda un superbe tombeau à des artistes œuvrant au château de Versailles : Girardon, Desjardins.
Le résultat fut si réussi que  la chapelle des Louvois passait pour être l’une des plus admirables de Paris.
Tombeau de Louvois. Gravure e Germain Brice (1725)
Adossé à un mur, face à l’autel, il était encadré par une fausse arcade à pilastres cannelés ioniques, dont le cintre était occupé par un bas-relief en bronze doré où deux petits génies ailés, portés par des lions tenait le cartouche aux armes du défunt timbré de sa couronne de marquis et entouré des Ordres du roi.
 
Le sarcophage, en marbre noir veiné de blanc, décoré d’appliques en forme de têtes lions et supporté par deux griffes de lion, soutenait une large table de marbre vert sur laquelle étaient représentés et son épouse.
La statue de Louvois mi-allongé dans son habit de l'Ordre du Saint-Esprit fut sculptée par Girardon et celle d’Anne de Souvré, modelée par Martin Desjardins fut achevée par Corneille Van Clève.
L’ensemble reposait sur un piédestal, en marbre blanc auquel s’adossaient deux statues en bronze figurant l’une la Prudence, sous la forme de Minerve, et l’autre la Vigilance tenant un livre ouvert et ayant une grue à ses pieds, une patte sur un globe terrestre.
Sur une plaque de marbre noir du soubassement se trouvait l’épitaphe suivante en lettres dorées :
A la Révolution sa tombe, qui se situait à la hauteur de l’actuel n° 4 de la rue de la Paix, fut profanée et ses restes jetés dans la Seine.
Démonté en plusieurs fois, le mausolée fut installé au Musée des Monuments français par Alexandre Lenoir. 1817 sonna le glas du musée.
 
Parmi les domaines de Louvois, se trouvait le comté de Tonnerre acheté à sa femme en 1684.
Après une demande auprès de la commune de Tonnerre par les descendants du ministre pour y faire venir son mausolée du musée, les caisses le renfermant y arrivèrent en mai 1819.
 
De nos jours, il est exposé dans le musée de l’Hôtel-Dieu de Tonnerre (Yonne).
La  Prudence.
La  Vigilance
MCP
Furent inhumés avec Louvois :
 
Anne de Souvré, marquise de Courtanvaux (1646 - 1715), sa femme
Louis François Marie Le Tellier, Marquis de Barbezieux (1668 - 1701)
Troisième fils de Louvois, Associé à son père au ministère de la Guerre en 1687, il devint secrétaire d'État en titre après la mort de son père.
Selon le Dictionnaire Bouillet il fut « d'abord digne de ce choix, mais il négligea bientôt les affaires pour les plaisirs ». Louis XIV, mécontent de sa conduite, s'en expliquait ainsi à l'archevêque de Reims : « Votre neveu a des talents ; mais il n'en fait pas bon usage. Il donne trop souvent à souper aux princes, au lieu de travailler. Il néglige les affaires pour ses plaisirs. Il fait attendre trop longtemps les officiers dans son antichambre ; il leur parle avec hauteur, et quelquefois avec dureté ».
N'ayant su gagner la confiance du roi, Barbezieux ne fut jamais élevé à la dignité de ministre d'État.
Camille Le Tellier de Louvois (1675 – 1718)
Quatrième fils de Louvois, connut sous le nom de l’abbé de Louvois, il fut docteur en Sorbonne, puis intendant du Cabinet des médailles, conservateur de la Bibliothèque royale et grand vicaire de l'archevêque de Reims.
Il fut membre de l'Académie royale des sciences (1699), de l’Académie royale des inscriptions et médailles (1705) et de l'Académie française (1706) où son discours de réception fut son seul ouvrage. Il fit partie de l’Académie des Sciences et de l’Académie des Inscriptions. Soupçonné de jansénisme, en 1717, on lui proposa l’évêché de Clermont qu’il refusa pour raisons de santé.
Effectivement, il mourut l'année suivante.
Dans un autre caveau reposait un autre homme d’Etat, Gilbert Colbert, marquis de Saint-Pouanges, cousin germain de Louvois.
 
Son père, Michel Le Tellier, et son frère, Charles-Maurice Le Tellier, archevêque de Reims, furent inhumés en l’église Saint-Gervais-Saint-Protais.
(*) commentaire(s)
13 avril 2012
Tout le monde connaît Louvois. En revanche, il n’en va peut-être pas de même si l’on parle de Michel Le Tellier. Et pour cause : outre le grand ministre, plusieurs
« Michel » répondent à l’appel dans la famille à commencer par ses père et grand-père père qi furent aussi des hommes d'Etat.
Bref, à cause de ce prénom, nos neurones ont parfois tendance à embrouiller les personnages, d’autant, qu’un autre Michel Le Tellier, étranger à la famille mais contemporain, succéda à François d’Aix de le Chaise comme confesseur de Louis XIV.
LOUVOIS François Michel Le Tellier, marquis de (1641 - 16 juillet 1691)
Couvent des Capucines de la rue de la place Vendôme (Paris)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 12 septembre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.