RETOUR LITTÉRATURE
► Auteur dramatique et romancier français
MARIVAUX Pierre Carlet de Chamblain de (1688-12 février 1763)
Cimetière Saint-Joseph ou des Porcherons (Paris) ?
En 1720, ruiné par la banqueroute de John Law, le mondain et bel esprit qu’il était embrassa la carrière d’auteur professionnel en s’affirmant dans trois domaines :
-  le journalisme, en créant un nouveau périodique, Le Spectateur français, et en collaborant à d’autres publications, notamment au Mercure, où il se montrait agréable conteur et fin psychologue.
 
-  le roman où -après ses premiers écrits qui, au moment de leur publication, n’attirèrent pas l’attention du public - il revint à partir de 1731 avec La Vie de Marianne et Le Paysan parvenu.
1er mars 2015
- l’auteur dramatique dont le théâtre varié passe de la comédie héroïque et romanesque à la comédie de mœurs, de la comédie à la thèse sociale et philosophique à la comédie sentimentale et moralisante.
 
Après avoir affronté plusieurs échecs, dont il rendit responsable le jeu des comédiens de la Comédie française peu adapté à son œuvre, le secours vint du Théâtre-Italien qui, ayant quitté Paris, fut rappelé par le Régent, en 1716, tant les Parisiens le regrettaient.
 
Par sa nature, le dialogue marivaudien était en parfait accord avec le talent de comédiens rompus à la
« commedia dell’arte », plus spontanés et bien plus souples aux directives que ne l’étaient les acteurs du Français. Avec eux, il trouvait des traditions de fantaisie et de liberté qui favorisaient à merveille ses propres tendances. Grâce à eux, il apporta au théâtre un ton singulier, neuf et inédit et le renouvellement de la dramaturgie qui se faisait attendre depuis Molière.
De cette époque datent ses plus grands succès qui lui valurent de passer à la postérité : La Surprise de l’amour (1722), La Double inconstance (1723), Le Jeu de l’amour et du hasard (1730), Les Fausses confidences (1737) ou encore L’Epreuve (1740).
 
Maître de la psychologie féminine, s’il n’avait pas la puissance de Racine ou de Molière, il était parfait et inimitable et dans son genre.
A la  finesse d’analyse correspondait une extrême subtilité d’un langage original et personnel qu’il inventa et qui fut d’emblée nommé « marivaudage ».
 
A partir de 1733, il fréquenta le salon de Mme de Tencin qui devint une amie précieuse et dont l’aide le fit élire à l’Académie française (1742) contre Voltaire auquel tout l’opposait et qui ne l’aimait pas. D’ailleurs, Marivaux resta toujours à l’écart du clan des philosophes.
Les salons de Mme du Deffand et de Mme Geoffrin profitèrent aussi de sa présence.
 
Malgré sa renommée, boudé par le public du Français, et le Théâtre-Italien étant une scène secondaire, ses succès ne furent pas éclatants. Avec le temps, une nouvelle génération littéraire arrivait qui lui reprochait de « manquer de sérieux » et d’y prétendre en vain. Avec résignation, Marivaux se prépara à mourir dans la paix, le silence et… l’oubli.
 
Sa mort passa presque inaperçue. Les recueils des périodiques l’enregistrèrent brièvement comme une nouvelle attendue depuis longtemps et qui n’émouvait guère l’opinion. Seules la Gazette de France et la Gazette se fendirent de quelques mots dans leur nécrologie. Le Mercure, dont il avait si souvent été le collaborateur, ne fit aucune mention de sa disparition.
 

Au 19ème siècle, il fallut  le succès d’Afred de Musset pour provoquer une véritable résurrection de son œuvre dont la modernité semble parfois nous être adressée.
 
Où fut-il inhumé ?
 
L’indifférence affichée à sa mort n'a pas facilité la mémoire documentaire et, depuis, aucun document commentant ses funérailles et son inhumation n’a, à ce jour, jamais été retrouvé.
De plus, tous les actes des registres paroissiaux le concernant (baptême et décès) disparurent dans l’incendie de l’Hôtel de Ville de Paris (1871).
 
Reste le fil ténu de son domicile, rue de Richelieu, dont la partie qu’il habitait était du ressort de l’église Saint-Eustache où ses funérailles eurent probablement lieu.
 

Et ensuite ?
 
- L’église ?
Son nom n’apparait pas dans La liste des principales familles inhumées dans l’église Saint-Eustache dressée par l’abbé Gaudreau en 1855, ni dans aucune autre liste.  
 
- Le cimetière des Innocents ?
Un temps, la paroisse Saint-Eustache disposa de ce cimetière mais pour les habitants du sud-est de la paroisse, soit à l’opposé de la rue de Richelieu.
 
- Les cimetières Saint-Joseph et des Porcherons ? Les cimetières de la paroisse Saint-Eustache
Au regard de leurs dates d’ouverture et de fermeture les deux sont tout à fait possibles même si Saint-Joseph, étant le plus connu, remporte souvent les suffrages pour le lieu probable de sa tombe.
A moins qu'ils ne soient encore sous la chaussée ou un immeuble,  ses restes furent déposés aux Catacombes après la fermeture de ces cimetières
 

Parmi les sources consultées:
Sur la mort de Marivaux: Marivaux, sa vie et ses œuvres, par Gustave Larroumet (1852-1903)
(*) commentaire(s)
THEMES 
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
FACEBOOK
CONTACT
Chercher
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter:
l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 11 janvier 2018
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.