RETOUR ANGLETERRE - IRLANDE - ECOSSE
Les Lancastre (1399-1471)
 
3 avril 2016
HENRY V D’ANGLETERRE (1387- 31 août 1422) roi (1413 – 1422)
Abbaye de Westminster à Londres (Angleterre)
Fils d’Henry IV, son bref règne de neuf ans fut celui d’un objectif qu’il faillit atteindre s’il n’était mort prématurément : porter la double couronne de roi d’Angleterre et de France.
 
Grand vainqueur anglais de la guerre de Cent Ans, outre ses qualités indéniables de diplomate et son habileté militaire, il sut finement tirer profit de l’opposition entre Armagnacs et Bourguignons, et de l’affaiblissement du pouvoir royal en France dû aux accès de démence intermittents de Charles VI.
En 1415, grâce à une brillante stratégie et à l’emploi d’armes modernes, dont les premiers canons, il infligea à la France la cuisante défaite d’Azincourt.
Cette victoire décisive, puis la chute de Rouen (1419), assurée néanmoins par l’alliance avec les Bourguignons au lendemain de l’assassinat de Jean sans Peur, lui permit d’obtenir de Charles VI et d’Isabeau de Bavière la signature du  traité de Troyes (1420).  Cet « infâme » traité lui apportait la main de leur fille, Catherine de Valois, la régence du royaume de France, et l’assurance de voir sa lignée succéder au trône au détriment du futur Charles VII soutenu par les Armagnacs incapables de s’opposer à l’exécution de ce traité.
 
Avec un tel résultat, on imagine aisément sa popularité en Angleterre !  Popularité d’autant plus forte qu’il satisfaisait à la fois les nostalgies des grands vassaux, les intérêts des négociants liés économiquement avec les Pays-Bas bourguignons, le sentiment national et antifrançais des Anglais.
 
Retenant avant tout cet incroyable réussite, qui époustoufla jusqu’à ses ennemis, l’histoire s’attacha moins à son autoritarisme affirmé, notamment en matière en religion où il se voulait un défenseur sans pitié de la foi catholique. C’est ainsi qu’il réprima avec cruauté le lollardisme, mouvement considéré comme hérétique, et écrasa par deux fois la rébellion menée par l’un de ses leaders, John Oldcastle.
 
Alors que tous les États d'Europe occidentale se trouvaient sous son influence diplomatique, que la place de dirigeant de la chrétienté était à sa portée, bref, alors qu'il était à l’apogée de son pouvoir, la maladie mit un terme à ses ambitions.  
 
Les rigueurs du siège hivernal de Meaux (oct. 1421 – mai 1422) altérèrent probablement sa santé que ne ménagea pas son frère, le duc de Bedford. Alors que ce dernier s’apprêtait à batailler à la Charité-sur-Loire contre Philippe le Bon,  persuadé que l’absence d’Henry mènerait à une victoire française, le roi d’Angleterre fut sorti de sa couche, où il reposait à Vincennes, puis trimbalé sans qu’il ne puisse dépasser Melun. De retour au château de Vincennes, il y expira victime de la dysenterie au milieu des psaumes. Les Français parlèrent longtemps de la maladie de Sait-Fiacre*.
* Saint Fiacre était supposé guérir aussi bien les maux intestinaux que les hémorroïdes. Pendant longtemps les historiens français aimeront penser qu’Henry V était mort d’une maladie de l’anus. Moins noble, cette maladie offrait aussi l’avantage d’être très douloureuse surtout si on y ajoutait d’horribles fistules ! L’imagination dans la rancune n’a pas de limites !
 
Nul doute que cette disparition prématurée, après neuf années de règne prodigieux,  participa à son souvenir éclatant et à sa réputation de souverain le plus brillant de la dynastie des Lancastre.
 
Le service funèbre se déroula en la basilique Saint-Denis qui retentit d’un « Dieu accorde bonne vie à Henry par la grâce de Dieu, roi de France et d’Angleterre, notre souverain et seigneur. »...
En l’absence d’un embaumeur, pour palier à la décomposition de son corps lors du long voyage qui l’attendait pour rejoindre sa dernière demeure en l’abbaye de Westminster, on le découpa en morceaux qu’on fit bouillir afin de détacher les chairs des os.
Ses restes, déposés dans un cercueil en plomb, furent placés sur un char où gisait une représentation en cuir de sa figure vêtue de tous les ornements royaux. Quatre chevaux tiraient l’ensemble.
Le premier portait un collier aux armes de l’Angleterre, le second aux armes de la France et de l’Angleterre, le troisième de la France tandis que le quatrième portait les armoiries de l’invincible roi, mais légendaire, Artus de Bretagne.
Les funérailles d'Henry V par Martial d'Auvergne, enluminure issue de l'ouvrage Vigiles de Charles VII (15ème siècle)
Funérailles d'Henry V
History of England (1861)
Le duc de Bedford et toute la maison du roi défunt suivaient en grand deuil. Des hommes vêtus de blanc portaient des torches. On allait lentement en chantant des psaumes et l’office des morts. Le clergé sortait des villes pour venir au devant du convoi et conduisait le char sous un dais installé à l’église principale. Le lendemain matin, le cortège funèbre repartait, objet de la curiosité de tous sur son passage. Au bout de sept semaines, Londres était enfin en vue.
Henry avait demandé à ce que soit érigée une chapelle sur sa tombe. Selon son vœu, cette chapelle, prévue pour dire des messes, devait se situer à proximité de celle d’Edouard le Confesseur. Elle fut construite entre 1437 et 1450, alors que tombeau était terminé vers 1431. La dissolution des monastères, sous le règne d’Henry VIII, en fit disparaître ses splendides ornements.
Le tombeau d'origine http://www.luminarium.org/
http://modernmedievalism.blogspot.fr/2013/08/
https://fr.pinterest.com/pin/444308319466687927/
Catherine de Valois (1401- 3 janvier 1437)
Abbaye de Westminster à Londres (Angleterre)
Fille de Charles VI et d’Isabeau de Bavière, Henry V l’épousa en 1420. Outre représentée l’assurance d’une descendance anglaise sur le trône de France, la corbeille de sa dot comportait l’Aquitaine et la Normandie. Le couple eut un enfant, le futur Henry VI.
Ecartée des affaires publiques par le duc de Bedford, nommé régent, et peu intéressée par la politique en général et par l'éducation de son enfant-roi en particulier, elle convola en secret avec Owen Tudor, un gentilhomme gallois assigné à son service après la mort d’Henry V.  
Sépulture de Catherine de Valois sous l'autel de la chapelle de Henry V.http://westminster-abbey.org/our-history/royals/henry-v
Effigie en bois des funérailles de Catherine de Valois
http://westminster-abbey.org/our-history
Sources principales :
- http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-v-1387-1422-roi-d-angleterre-1413-1422/
- http://westminster-abbey.org/our-history/royals/henry-v
- Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois (1364-1477) par Prosper de Barante (1837)
(*) commentaire(s)
Edmond, un de leurs trois enfants, engendra le futur Henry VII, faisant de Catherine la grand-mère du premier souverain de la dynastie des Tudor.
 
Retirée à l'abbaye de Bermondsey, à sa mort, elle fut inhumée dans l’ancienne « Lady chapel », chapelle de la Vierge, en l’abbaye de Westminster. Lorsque Henry VII décida de fonder une nouvelle chapelle de la Vierge sur l’emplacement de la précédente, le corps momifié de Catherine fut relégué dans un  cercueil ouvert et aux planches branlantes près du tombeau de Henry V où, pendant près de deux-cents ans, il servit de distraction aux visiteurs !
Transportées dans un caveau en 1778, ce ne fut qu’en 1878, sur instruction de la reine Victoria, que ses cendres retrouvèrent une sépulture décente près de Henry V, mais cette fois sous l’autel de la chapelle. Une inscription y rappelle ses dates, tous ses liens filiaux  et note que ses os connurent diverses vicissitudes avant d’enfin reposer à cet endroit sur la demande de la reine Victoria.
 
L’effigie de ses funérailles est conservée dans les collections de l’abbaye.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 16 mai 2017
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.