<-9-10-11-12->
(*) commentaire(s)
RETOUR LIEUX  DE SEPULTURES
 
SAINT-DENIS basilique (11)  
Photo MCP
<-9-10-11-12->
Photo MCP
Tombeau d‘Arégonde
► Le style du Moyen-Âge
 
Sur les 72 tombeaux, gisants et cardidaphes exposés, 60 appartiennent à l’époque médiévale qui, traditionnellement et pour mémoire, couvre 1000 ans de notre histoire (476-1492) découpés en plusieurs périodes. On pourrait donc s’attendre à une grande diversité de témoignages d’art sépulcral reflétant dix siècles d’évolution artistique ou de tradition funéraire. Ce n’est pas le cas.
 
Outre les destructions révolutionnaires et l’usure du temps, l’intervention de saint Louis, vers 1263/1264, en uniformisant les gisants des seize rois, princes et reines dont il fit retrouver les sépultures, a aussi fait disparaître leurs cercueils d’origine. Moindre mal quand on sait qu’ils devaient être simples et sans aucune figuration funéraire puisque la plus ancienne en France serait celle de la dalle de l’abbé Isarn à la fin du 11ème siècle où seuls apparaissent la tête et les pieds.
 
Sur les seize tombeaux commandés par saint Louis, quatorze gisants nous sont parvenus. Ils sont conçus sur le même modèle : allongés, vêtus selon la mode du 13ème siècle, les pieds posés sur un socle. Leurs visages sont idéalisés comme pour signifier la perfection royale. Ils portent un sceptre et retiennent souvent leur manteau de leur main libre.
Ainsi, selon le vœu de saint Louis, la continuité dynastique entre Mérovingiens, Carolingiens et Capétiens est-elle affirmée. .
Dalle funéraire de Frédégonde
En revanche, le gisant de Childebert Ier († 558) et la dalle funéraire de Frédégonde († 597), provenant de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés et datant de la fin du 12ème siècle, sont considérés comme étant les plus anciens du nord de la France chacun dans leur genre.
Tombeaux version 13ème siècle de Berthe au Grand Pied, Pépin le Bref, Carloman et Louis III
Toutefois, ne nous laissons pas tromper par cette uniformité apparente : chaque sculpteur a apporté sa touche personnelle rendant chacun de ces gisants tout à fait unique.
 
Le magnifique tombeau de Dagobert Ier date aussi du 13ème siècle, époque particulièrement présente dans la basilique.
 
Reste les sarcophages de la crypte, avec celui de la reine Arégonde († 573/579), pour témoigner de l’époque mérovingienne.
THEMES 
Chercher
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
________________________________________________________________________________
par Marie-Christine Pénin
COPYRIGHT 2010 - 2017- TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.