RETOUR PERSONNALITES CHARLES V
Otage à Londres après le traité de Brétigny, il ne regagna la France qu’à la fin de 1366. Il avait sa place au Conseil du roi mais se distingua surtout dans l’armée de la reconquête. La mort de Charles V fit de lui un des oncles du jeune Charles VI qui gouvernaient le royaume sans qu’il renonçât à ses commandements militaires : campagnes de Flandre, expédition contre les Routiers (1385), en Espagne (1387). La courte période du règne personnel de Charles VI le mit à l’honneur. Il prit la tête de la « Croisade de Barbarie » en 1390. Aux yeux des « Marmousets », cet officier de carrière sans ambition politique représente le type idéal de prince des fleurs de lis. La modestie de sa principauté, à l’origine duché de Bourbonnais et comté de Clermont-en-Beauvaisis, lui interdit toute visée d’indépendance.
 
Mais si Louis de Bourbon servait l’État, il savait en profiter Le roi rétribua ses services militaires : de 1 000 francs par mois de 1380 à 1389, ses gages montent à 3 000 francs vers 1400. Ses hauts commandements lui rapportaient davantage : 40 000 francs pour l’expédition d’Espagne, sans compter la part qui lui revenait des impôts royaux, ainsi que des dons exceptionnels.
L’appui royal, financier et politique, permit au duc de mener une politique d’agrandissement territorial. Le Forez et la seigneurie de Thiers, acquis par son mariage avec Anne Dauphine, la Combraille et la châtellenie de Château-Chinon, le Beaujolais s’ajoutèrent au duché de Bourbonnais pour former une vaste principauté d’un seul tenant. En 1400, le mariage de son fils, Jean de Bourbon, avec Marie de Berry prépara le rattachement de l’Auvergne. Le prix à payer au roi fut le changement de statut du duché qui doit devenir apanage royal, donc transmissible seulement en ligne masculine.En même temps, Louis de Bourbon transforma cet ensemble sans unité historique ni linguistique ni même ecclésiastique (car partagé en quatre diocèses) en un véritable espace politique pourvu d’une administration efficace créée sur le modèle royal.
Moulins prit rang de capitale avec son château reconstruit par Louis II et sa collégiale Notre-Dame érigée en 1378. Le prieuré clunisien de Souvigny, nécropole des ducs, la Sainte-Chapelle de Bourbon-l’Archambault, berceau de la famille, complètèrent ces lieux symboliques qui donnèrent une âme à la principauté.
Après l’assassinat de Louis d’Orléans, en 1407, Louis de Bourbon se retira dans son duché où il mourut. Son temps était passé comme celui des princes des fleurs de lis, fleurons et soutiens de la couronne.
LOUIS II, duc de Bourbon, dit le Bon (1337-1410)
Prieuré de Souvigny (Allier)
Le tombeau de Louis II
Depuis 1376, Louis II avait décidé du lieu de sa sépulture, le prieuré de Souvigny où d’autres Bourbons reposaient.
Les considérations religieuses sont très présentes dans cette décision. Louis II, comme plusieurs nobles du dernier quart du 15ème siècle, notamment parmi ses cousins, délaissa les sépultures de ses ancêtres implantées dans les couvents des ordres mendiants au profit d'ordres plus anciens.
Son choix est aussi révélateur d'une dévotion pour saint Mayeul et pour saint Odilon, sensible chez plusieurs Bourbons en ces années et que Louis II manifesta jusqu'à la fin de sa vie.
Le duc voulut marquer au plus vite la présence des Bourbons dans la prieurale, en y établissant la nécropole de sa famille, notamment pour les duchesses. Jean († 1375) bâtard de Bourbon, seigneur de Rochefort, venait d'être inhumé devant l'autel Saint-Odilon et la mère du duc, Isabelle de Valois, y élit sépulture de son cœur en 1380.
Les tombeaux devaient traduire de manière ostensible cette présence. Aussi le duc désira-t-il commander le sien de son vivant. Cette pratique rare, adoptée par les papes Clément VI et Innocent VI, reprise par le roi Charles V et ses frères, lui permettait d'affirmer son rang de seigneur du sang de France.
 
Le choix d'une église du Bourbonnais s'inscrivit aussi dans la politique de reprise en main du fief et de sa noblesse, qui valut à Louis II de recevoir des historiens contemporains le titre de fondateur de la principauté bourbonnaise. L'intention de confier sa dépouille et les prières pour le repos de son âme aux terres qui le faisaient vivre apparaissait comme la promesse d'un contre-don, en retour de l'obéissance et du soutien qu'il entendait recevoir de ses sujets et de ses vassaux.
Louis y fit édifier une chapelle qu’on qualifie de « vieille » pour la distinguer de la « neuve » fondée par son fils Charles Ier.
 
Cette chapelle différait des autres chapelles de la prieurale, tant par sa taille que par ses aménagements mobiliers, par son emplacement derrière la clôture conventuelle et par le faste de la liturgie qui y était célébrée quotidiennement. A l'origine, elle ne devait pas avoir d'usage sépulcral, car le duc souhaitait reposer dans le chœur, au milieu des moines qui prieraient pour lui. La chapelle lui permettait d'associer à sa sépulture des messes de Requiem qu'il ne pouvait fonder sur le maître-autel devant son tombeau.
 
Louis II fut finalement enterré dans la chapelle vieille de l'église prieurale de Souvigny. Ce changement de parti ne fut adopté que tardivement. Le duc n'envisagea de renoncer au chœur que dans son dernier testament, en 1409, en raison de l'état de cette partie de l'église, qui menaçait de s'effondrer sous le poids du clocher construit au-dessus de la croisée du petit transept.
Malgré les profanations, si les restes du duc et de son épouse, Anne d’Auvergne (1358 – 1416), ont disparu et le tombeau détruit, les gisants ont été préservés. Ils sont conservés au musée du Pays de Souvigny.
Tombeau avant sa destruction. Col. Gaignières BnF
Gisants berry.medieval.over-blog.com/
Devenu duc de Bourbon à la mort de son père, Pierre Ier, Louis II de Bourbon incarna, dans la France de Charles V et Charles VI, un modèle de prince territorial, étroitement lié à la couronne.
 
Descendant de saint Louis en ligne masculine directe, frère de la future reine (le dauphin Charles ayant épousé Jeanne de Bourbon en 1350), Louis de Bourbon fut élevé dans la compagnie des enfants royaux. Il en garda des liens si forts avec Charles V et ses frères, Louis, duc d’Anjou, Jean duc de Berry, Philippe, duc de Bourgogne, qu’un chroniqueur du 15ème siècle dira d’eux qu’ils étaient
« cinq têtes royales en un chaperon et d’un seul vouloir ».
Sources:
Un texte de Françoise Autrand professeur émérite des universités
Les ducs de Bourbon face à la mort de Marc-Edouard Gautier
(*) commentaire(s)
Anne d'Auvergne: détails www.ville-souvigny.com
Louis II: détails
www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/
Chercher
THEMES 
ACCUEIL
DE A à Z 
CONTACT
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
FACEBOOK
par Marie-Christine Pénin
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 6 décembre 2017
NOUVEAUX ARTICLES
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.