RETOUR BEAUX-ARTS
MANET Edouard (1832 – 30 avril 1883)
Cimetière de Passy, 4ème division (Paris)
30 décembre 2013
► Peintre  français
Peintre majeur de la fin du 19ème siècle, tout au long de sa carrière, sont travail fut la proie des critiques. Les scandales se succédèrent et donnèrent lieu à une méprise sur ce qu'était l'artiste et ce que l’on fit de lui : un provocateur.
Sa première toile vraiment personnelle, le Buveur d'absinthe (1858), inspirée par Baudelaire, fut jugée très peu académique. Refusé le plus souvent au Salon, seule manifestation qui permettait de s’imposer officiellement, et très critiqué, en 1863, il rejoignit le salon des Refusés dont il devint malgré lui la vedette.
Le Buveur d'absinthe Ny Carlsberg Glyptotek, Copenhague.
En 1863, son Déjeuner sur l'herbe scandalisa par son style dérangeant mais surtout par la présence d'une femme nue parmi des hommes revêtus de vêtements contemporains. Une femme en simple appareil alors que le nu n’était alors admis que voilé de quelque prétexte mythologique ! Une audace qu’endossa sa jeunesse en espérant qu’il s’assagisse.
Déjeuner sur l'herbe. Musée d'Orsay, Paris
Aussi le scandale fut-il bien plus grand encore quand il récidiva et présenta au Salon officiel son Olympia, un portrait sans fard d’une courtisane parisienne jugée indécente par le sujet et grossière dans le traitement.
En 1865, il partit à Madrid se ressourcer auprès de la peinture des maîtres espagnols, notamment Goya.
Olympia. Musée d'Orsay, Paris
Ballet espagnol
L’année suivante, il se mêla à un groupe d’artistes indépendants, tels Edgar Degas, Claude Monet, Camille Pissarro, Paul Cézanne, qui aimait à se retrouver au café Guerbois, près de son atelier aux Batignolles et dont il apparut rapidement comme le chef de file. Exclu de l’Exposition universelle de 1867, il exposa une cinquantaine de toiles dans un pavillon personnel.
 
Témoin sincère de son temps, comme Toulouse-Lautrec il laissa d'admirables pages sur la vie parisienne ( Un bar aux Folies Bergère, etc.)
Un bar aux Folies Bergère. Institut Courtauld
Compagnon de route des futurs impressionnistes en révolte contre l’académisme, ceux-ci le désignèrent comme leur tête de file, en dépit de ses protestations. La chose est effectivement étonnante, car à cette époque, contrairement à eux, Manet continuait à suivre des préceptes académiques comme pour prouver son savoir-faire. Mais dans la spontanéité précoce de sa manière de rendre un spectacle directement observé – et que la critique de l’époque confondait avec un barbouillage grossier qui « écorche les yeux comme la musique de foire fait saigner les oreilles » –, dans l’oubli du « sujet académique » au profit d’une affirmation de l’œuvre pour elle-même, il offrit un berceau à l’art moderne. Ainsi va-t-il jouer un rôle d’intermédiaire entre deux époques.
C’est peut-être pour cette raison qu’on le considère comme le précurseur d’un mouvement qu’il a malgré lui préparé et dont le grand représentant fut Claude Monet.
 
Il lui fallut attendre la Salon de 1881 pour recevoir enfin la médaille tant convoitée et la reconnaissance tardive, mais officielle, de son art qui n’en restait pas moins partiellement  incompris.
Bien tard pour le peintre malade et immobilisé dans sa maison de Rueil où il mourut  des suites d’une opération d’amputation de la jambe.
 
Edouard Manet fut inhumé au cimetière de Passy où le rejoignirent dans la même tombe son frère Eugène, sa belle-sœur Berthe Morisot et son épouse Suzanne Leenhoff.
Ornant sa sépulture, un buste signé de son beau-frère, Ferdinand Leenhoff.
 
Dans la seconde division reposent sa nièce, Julie Manet et son mari Ernest Rouart
© MCP
© MCP
© MCP
Suzanne Leenhoff  Manet (1830 - 1906)
Cimetière de Passy, 4ème division (Paris)
Néerlandaise corpulente et placide, professeur de piano et affectueusement surnommée « la grosse Suzanne » par Berthe Morisot, elle avait en effet le tempérament adéquat pour vivre aux côtés de Manet et supporter avec le sourire ses nombreuses infidélités. Attaché à sa maîtresse pour l'équilibre qu'elle lui apportait, le peintre l’épousa en 1863.
Si Victorine Meurent (modèle pour Olympia) fut l’un des modèles préférés de Manet, la silhouette tranquille et apaisante de Suzanne figure aussi à de nombreuses reprises dans l'œuvre de l’artiste.
Madame Manet au piano. Musée d'Orsay
(*) commentaire(s)
Issu de la haute bourgeoisie parisienne, après avoir échoué à faire une carrière dans la Marine, il put s’adonner à sa passion, la peinture. En 1850, il intégra l’atelier du peintre académiste Thomas Couture où il resta six ans tout en voyageant en Europe. Comme d’autres, à ses débuts, il s’appliqua à copier les maîtres exposés au Louvre.
 
Très proche du milieu littéraire, il fut l’ami de Charles Baudelaire, d'Émile Zola puis de Stéphane Mallarmé pour lequel il exécuta diverses illustrations. Tous trois posèrent pour lui.
Chercher
THEMES 
ACCUEIL
DE A à Z 
CONTACT
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
FACEBOOK
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 12 juillet 2018
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.