RENÉ II, DUC DE LORRAINE ET DE BAR (1451 – 10 décembre 1508)
Couvent des Cordeliers de Nancy (Meurthe-et-Moselle)
Personnage d’une importance capitale pour la Lorraine, il passa sa jeunesse à la cour de son grand-père René d'Anjou où il reçut une éducation très soignée. Humaniste, parlant le latin avec aisance, portant un très grand intérêt aux lettres, aux arts et aux sciences, il fut mécène de plusieurs artistes.
En 1473, son cousin, Nicolas d'Anjou, duc de Lorraine, mourut célibataire et sans enfants. Le duché de Lorraine revint à la tante du défunt duc, Yolande d'Anjou, mère de René, qui abdiqua de suite en faveur de son fils devenant duc de Lorraine sous le nom de René II.
Comme du temps de son prédécesseur, le duché de Lorraine était alors pris en étau dans les luttes d'influence qui se jouaient entre Louis XI et Charles le Téméraire, duc de Bourgogne.
René pencha d’abord  vers le Bourguignon. Mais, quand ce dernier plaça des garnisons en Lorraine engendrant de multiples incidents avec la population, il se rallia secrètement à Louis XI (1474).  Les traités que le roi de France signa avec les Suisses, Edouard IV d'Angleterre et l'empereur Frédéric III de Styrie, isolèrent le Téméraire, et permirent à René de dénoncer son alliance bourguignonne (1475).
En réaction, le Téméraire envahit le duché de Lorraine, occupa Nancy contraignant René à se réfugier à Joinville et à combattre aux côtés des Suisses car, malgré le traité d’alliance, et ses protestations d’amitié, Louis XI ne bougea pas.
 
La coalition, réussit par deux fois à défaire le bourguignon (mars et juin 1476) qui tenta de reconstituer une armée. La Lorraine en révolte, René fit son entrée dans Nancy (août 1476). Pour autant,  il ne put empêcher le Téméraire, à la tête d'une nouvelle armée, de pénétrer en Lorraine et de faire la jonction avec des troupes venues du Luxembourg. Après avoir obtenu l'assurance des Nancéiens de tenir la ville, René  partit chercher des renforts auprès des Alsaciens et des Suisses. À son retour, il engagea bataille de Nancy (5 janvier 1477)  où Charles le Téméraire trouva la mort. Cette victoire et le trépas du bourguignon assurèrent à  René II son entrée  dans la grande histoire de France.
 
Les principaux bénéficiaires de ce succès furent la Lorraine et les nancéens. Initiateur d’une nouvelle administration ducale, structurée et modernisée, c’est sous son règne que la cour de Lorraine se fixa  définitivement à Nancy, faisant de la ville la capitale du duché.  Il rendit la sécurité au commerce et à l’agriculture, releva les villages incendiés, rebâtit les forteresses démantelées ou en ruines, etc.
 
Par la suite, il mena une expédition en Italie (1482) pour y soutenir les Vénitiens contre le duc de Ferrare, qu'il battit à Adria, sans reconquérir en Italie l'héritage de la maison d'Anjou. Il se brouilla avec Louis XI dont la mort (1483) le soulagea d’un redoutable adversaire.  La même année, il participa à la première phase de la Guerre folle (1485), qui  opposait  Anne de Beaujeu à une coalition de seigneurs,  avant de se retirer prudemment.  
De ses visées ambitieuses, il ne lui restait plus que le royaume de Sicile à conquérir. Les nobles italiens l’appelaient. Mais, il perdit plusieurs années à préparer cette importante expédition. Lorsqu’il fut prêt, la situation avait changé. Ferdinand II d’Aragon avait écrasé les seigneurs rebelles. Néanmoins, il serait volontiers parti, si le jeune Charles VIII ne lui avait tout à coup signifié qu’il se réservait de faire campagne lui-même comme seul héritier de la maison d’Anjou (1488), signant ainsi le début des guerres d’Italie.
 
Mûri par l’âge et par de dures expériences, il renonça à ses illusions et fut assez sage pour ne plus donner ses soins qu’à une politique vraiment lorraine. Son habile administration permit à la Lorraine de compter non seulement comme une petite nation, mais comme un Etat indépendan dont il fortifia la cohésion.
Prévoyant, par testament il désigna son fils aîné, Antoine, successeur de ses deux duchés de Lorraine et de Bar en défendant de séparer les deux couronnes et  d’en détacher, sous forme d’apanages, le comté de Vaudémont et le marquisat de Pont-à-Mousson. A son second fils, Claude, il attribua ses possessions en Normandie, Flandres et Hainaut et eut le soin de le faire naturaliser Français. Ce fut la tige de la grande maison de Guise.
 
Dans les dernières années de sa vie, il vécut presque constamment dans son château barrois de Luppy (Moselle)  où il aimait chasser le loup.  Il abusa de ses forces, aurait pris froid, tomba malade et, le Magnanime, comme le surnommait ses contemporains,  mourut  au château de Fains-Véel (Meuse)
Marié  à Jeanne d'Harcourt († 1488), il avait fait annuler son union pour cause de stérilité de son épouse. En secondes noces, il convola avec Philippe de Gueldre.
 
Au lendemain de sa victoire contre Charles le Téméraire, conflit  dont il sortit inévitablement grandi et qui aurait pu définitivement lui coûter son duché,  il fit construire le couvent des Cordeliers à  Nancy, dont l’église fut consacrée en 1487. Abandonnant la tradition des inhumations ducales en  la collégiale Saint-Georges, il décida d’inaugurer en élisant les Cordeliers pour  sa sépulture.  
A partir de 1502, il initia également la reconstruction du nouveau palais ducal, vaste complexe achevé à la fin du 16ème siècle sous le règne de Charles III de Lorraine.
 
A la Révolution, comme toutes celles qui reposaient aux Cordeliers, ses cendres furent jetées dans une fosse commune du cimetière de Boudonville à Nancy.
En 1826, l’église et la chapelle des Cordeliers remises en état, on exhuma les restes ducaux qu’on rassembla dans plusieurs cercueils avant de les déposer à la cathédrale de Nancy où, le 9 novembre, en une ultime pompe funèbre à travers les rues de la ville, ils furent ramenés dans la crypte.  
A défaut de voir son nom sur la liste des princes et princesses ré-inhumés dans le caveau, il apparait gravé sur un cénotaphe situé dans la chapelle ducale.
 
A l’origine, son mausolée comprenait un tombeau de bronze, sur lequel il était représenté étendu, et un enfeu monumental, sous lequel il était représenté agenouillé devant la Vierge. Le tombeau de bronze  et la statue disparurent à la Révolution. Seul demeure l’enfeu, en pierre polychrome, attribué, sans preuve, à Mansuy Gauvain, sculpteur ordinaire du duc. Ses niches abritent les statues de saint Georges, saint Nicolas, saint Jérôme et saint François et de l’Annonciation.
Avec la Porterie du Palais ducal, ce monument est l’un des plus anciens exemples de l’art de la Renaissance conservés en Lorraine.
© MCP
© MCP
►Philippe de Gueldre (1467-1547)
Couvent des clarisses de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle)
Socle du premier monument retrouvé au cimetière de Vilcey-sur-Trey © MCP
A la mort de René II, elle tenta de prendre la régence, mais les Etats de Lorraine jugèrent qu'Antoine était suffisamment adulte pour régner. Profitant de ses liens familiaux avec la cour de France, elle y envoya ses fils cadets terminer leur éducation
Retirée, en 1519, au couvent des clarisses de Pont-à-Mousson, Philippe de Gueldre y mourut en odeur de sainteté et compte parmi les Bienheureuses de l'Eglise catholique.
Elle avait souhaité être inhumée au pied d’un petit monument très simple : une croix au socle orné d’un squelette et du miroir de la mort avec la Vierge et saint Jean.
Ses descendants ne jugeant pas ce petit cénotaphe digne d’une duchesse de Lorraine, lui firent ériger, dans l’église du monastère, un tombeau exécuté par le plus grands des sculpteurs lorrains de l’époque, Ligier Richier  (v.1500 – 1567).
Acquise comme bien national à la Révolution, l’église des clarisses fut saccagée et le mobilier détruit. Retrouvé mutilé, le gisant, la représentant en habit de clarisse, en calcaire oolithique clair, bleuté de Belgique et lumachelle enduits d’encaustique coloré, fut acheté par le département de Meurthe-et-Moselle qui le fit restaurer et déposer aux Cordeliers en 1823.
Le socle de son premier monument fut retrouvé en 1890 au cimetière de Vilcey-sur-Trey (Meurthe-et-Moselle) et amené aux Cordeliers.
Après avoir fait annuler son premier mariage pour cause de stérilité, René II se mit en quête d’une nouvelle épouse. Par sa mère, Philippe était la nièce de Pierre de Beaujeu,  cousine germaine de Louise de Savoie et proche parente de l'empereur Maximilien Ier du Saint-Empire.
Quel meilleur parti pouvait-il exister pour resserrer ses liens avec la France sans négliger pour autant l'Empire germanique ?
De leur  union (1485) naquirent douze enfants, dont Antoine, futur duc de Lorraine, Claude qui sera le premier duc de Guise, et Jean archevêque et évêque de plusieurs archevêchés et évêchés.  
© MCP
© MCP
Gisant de Philippe de Gueldre © MCP
© MCP
© MCP
Sources principales :
- La Lorraine d’Hier et d’aujourd’hui d’après la monographie Récits lorrains. Histoire des ducs de Lorraine et de Bar par Ernest Mourin (1895)
-Les notices explicatives présentées devant les monuments de la chapelle ducale
(*) commentaire(s)
4 novembre 2016
RETOUR PERSONNALITES LIEES A LOUIS XI
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Errancis (75)
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 18 mars 2017
NOUVEAUX ARTICLES
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.