Or mis que leur histoire semble remonter à la nuit des temps, notre résistance à suivre un fil conducteur de la grande saga des Francs et des Mérovingiens émane d’au moins deux raisons:
 
La première est la difficulté à retenir des noms qui, en fonction des auteurs, sont conservés dans leur origine germanique, latinisés ou francisés.
La seconde est la complexité à définir qui est qui. En effet, en dépit des efforts de certains de ces  souverains pour unifier le royaume, leur décès impliquera de façon récurrente le partage du territoire entre leurs héritiers. En cas de fils unique, il n’y a pas de controverse. Mais cette situation ne s’étant présentée que trois fois (Clotaire Ier, Clotaire II et Dagobert Ier) ces nouveaux rois se trouvaient à la tête, qui l’un de l’Austrasie, qui l’autre de la Neustrie, qui un troisième de la Bourgogne, qui un quatrième de l’Aquitaine.  Bref, la future France se retrouvait dans le même temps avec autant de rois que de royaumes. Pas simple.
D’autant moins simple que n’étant jamais satisfaits de leurs possessions, chacun d’entre eux lorgnait avec appétence sur l’héritage de ses frères. Et les évènements de se compliquer encore lorsque les frères du défunt décidaient de saisir leur chance. Toutefois ce dernier cas se régla quand le principe de la primogéniture fut enfin respecté*. Mais avant d’en arriver là, pour s’octroyer la part d’un neveu, il n’y avait que deux possibilités : le meurtre ou la tonsure.
Francs et  Mérovingiens : un peu d'histoire pour comprendre la saga
RETOUR FRANCS ET MÉROVINGIENS
Les massacres parentaux étaient si répandus que l’Eglise proposa une alternative au sort du malheureux « perdant » du partage familial : qu’il soit enfermé dans un monastère plutôt que d’être mis à mort. Or, si dès leur majorité les Mérovingiens se faisaient couper les cheveux, ceux destinés à régner, bien au contraire, devaient conserver leur chevelure abondante, signe incontestable de leur virilité guerrière. Celui qui était tondu était « mis à l’écart de la société des guerriers et ne peut plus régner ». Les reges criniti (les rois chevelus) de Grégoire de Tours ont bien existé. La chose était tellement encrée dans les esprits, que l’on préférait parfois voir massacrer des enfants plutôt que de les savoir reléguer au fond d’un monastère. Tel fut le choix, entre autres, de Clotilde, veuve de Clovis Ier, pour ses petits-enfants.
 
La complexité à s’y retrouver va d’autant s’accentuer quand, face à l’incapacité des derniers Mérovingiens à affermir leur trône, d’ambitieux personnages intervinrent pour se saisir du pouvoir : les maires du palais.
Donc, dans le pire des cas qui fut fréquent dans les dernières décennies des Mérovingiens, il faut retenir pour une même période, les noms de trois à quatre souverains plus ceux de maires du palais.
Vraiment, ils ne nous ont pas facilité la tâche !
 
Mais dans le cadre de ces divisions, avec des souverains qui semblent d’une égale importance, pourquoi la généalogie des rois de France, telle qu’elle nous est présentée aujourd’hui, a-t-elle retenu un roi plutôt qu’un autre, poussant nombre d’entre eux dans le gouffre de l’oubli sans pour autant, d’ailleurs, que nous nous souvenions mieux de ceux qui ont été distingué ?
 
Avec le sacre de Clovis 1er, l’élection du chef païen par les siens disparut au profit de la notion d’héritage dynastique et de partage entre les fils comme le voulait la coutume germanique. Si l’on observe les dates de naissance présumées ou connues des fils, on constate que la Neustrie – territoire qui fut longtemps le plus avantageux financièrement donc le plus puissant - tombait régulièrement dans l’escarcelle de l’aîné puis dans celle du suivant si le premier venait à mourir et ainsi de suite.
 
A la lecture des noms des souverains se succédant à la tête de la Neustrie, on constate ensuite que seuls ces noms là ont été retenus dans la généalogie des rois de France avec bien sûr, ceux qui ont porté la double couronne comme Clotaire II et Dagobert Ier avant que la réunification avec l’Austrasie ne se fasse sous Pépin le Bref.
 
La Neustrie détient Paris. Paris que Clovis avait choisie comme capitale ; Paris qui résistera à l’éloignement des Carolingiens ; Paris dont les comtes devenus ducs furent à l’origine de la dynastie capétienne ; Paris qui désormais s’imposait comme capitale.
 
Qui a fait les rois de France officiels ? La Neustrie ou Paris ? Les deux par intermittence. Mais, il y a un autre intervenant qui s’appelle le tamis de l’histoire. Celui-ci a retenu les noms de certains « héros » dont les frasques furent rapportées par les chroniqueurs alors que d’autres disparurent par les trous de cette injuste passoire qu’est aussi la grande histoire.
 
Mais cela n’empêche pas tous les personnages d’obédience austrasienne d’avoir tout autant participé à l’édification de notre passé et d’avoir leurs noms en écho dans notre mémoire. Il eut donc été des plus inéquitable et des plus désobligeant de les en écarter.
 
Les débuts de la saga mérovingienne se perdant dans un passé aussi lointain que brumeux, les chroniqueurs et historiens de tous poils nous présentent une origine des fondateurs de la France qui oscille entre cohérences rigoureuses et fables saugrenues.
 
Tout commencerait avec Pharamond qui serait le premier roi des Francs et qui descendrait du troyen Priam. Si on le souhaite, on peut ajouter un dénommé Richimir, dont rien n’est venu attester la réalité, à qui succèderait un Théodemir. Le suivant sur la liste officielle est Chlodion le Chevelu. Chef des Francs saliens, avec sa tribu, il osa braver les Romains en envahissant un petit morceau des Gaulles. Se heurtant d’abord au généralissime romain Aetius, il le soutiendra lorsque celui-ci fit appel à de nombreuses tribus pour combattre Attila.
 
Apparaît enfin Mérovée , peut-être le fils ou le neveu du précédent ou une légende. Quoiqu’il en soit, la paternité de Childéric Ier, dernier roi païen, est traditionnellement  endossée par l’un ou par l’autre.
 
D’une légende ou d’une réalité, le premier Mérovingien officiellement reconnu était enfin arrivé !
 


* Primogéniture: norme dans le système féodal faisant de l'aîné l'héritier de la totalité des terres afin d'éviter un morcellement du domaine, qui entraînerait lui-même un affaiblissement du pouvoir de la lignée.
(*) commentaire(s)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Collégiale St-Martin de Montmorency  (95)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-des-Ménétriers (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Rouges (75) (disparu)
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
-Hospice des Quinze-Vingts St-Honoré (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée d'Hadrien à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 
-Noviciat de l'Oratoire (75)
 
-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
-Prieuré Ste-Croix-de-la-Bretonnerie (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 7 août 2020
COPYRIGHT 2010 - 2020 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.