RETOUR ANGLETERRE - IRLANDE - ECOSSE
Les Plantagenêts (1154 - 1485)
 
6  février 2012
Tombeau d'Edouard II à Gloucester. Wikipedia
Détails
Gaveston et Edouard II. Marcus Stone (1872)
Supplice d'Hugues Despenser le Jeune
(*) commentaire(s)
Fils d’un chevalier gascon, Pierre avait été élevé à la cour avec le futur Edouard II dont il devint le favori. Fort, talentueux et très ambitieux, il acquit une telle influence sur son jeune compagnon qu’Edouard Ier dut le bannir d’Angleterre. Mais c’était pour mieux revenir après la mort du roi. Installé auprès d’Edouard II comme conseiller, il n’eut de cesse de recevoir terres, argent, titres et charges. Il épousa Margaret, fille de Gilbert de Clare comte de Gloucester mais surtout nièce d’Edouard II.
 
Il fut régent du royaume durant la courte absence d’Edouard venu en France et prit une part importante à son couronnement en 1308.
Tant de privilèges aiguisèrent la colère et la jalousie des barons dont le courroux ne fit qu’augmenter devant l’attitude arrogante qu’affichait le favori. Ils demandèrent son bannissement et Edouard, contraint d’accepter l’expédia en Irlande où il resta un an.
A son retour en Angleterre, Edouard persuada quelques barons de l’autoriser à rester. Au lieu d’adopter un comportement acceptable, le favori se montra plus arrogant que jamais réveillant les vieilles rancœurs.
Cette fois, Edouard, la mort dans l’âme dut accepter de le bannir à vie. Gaveston se retira en Flandres avant de revenir secrètement en Angleterre et de réintégrer publiquement sa place auprès du roi.
 
Trop, c’est trop ! Les barons prirent les armes contre lui. Abandonné par le faible roi, il fut battu et dut se rendre en mai 1312. Amené à Deddington puis au château de Warwick, il fut décapité à proximité, sur la colline de Blacklow Hill.
Excommunié, personne ne voulant de sa dépouille, il fallut attendre l’assurance de l’absolution papale.
 
Edouard II était très attaché au prieuré dominicain de King’s Langley qu’il avait fondé dans l’enceinte de son manoir de Langley. Il attendit que les travaux de l’église du prieuré soient terminés pour y faire transporter les restes de son favori. A la fin de 1314, l’archevêque de Canterbury en personne, quatre évêques et de nombreux ecclésiastiques se chargèrent de lui organiser des funérailles en grande pompe. Il ne reste rien de sa sépulture.
Pendant qu’en France, les « rois maudits » inscrivaient leur destinée dans les pages de l’Histoire, les Anglais, en gravaient une redoutable.
 
Grand, beau et bien que courageux, Edouard II, déjà loin d’avoir l’imposante personnalité de son père Edouard Ier, s’en distinguait aussi par ses amours masculines affichées et par lesquelles il se laissait dominer : Pierre Gaveston fut le plus célèbre de ses amants. Après sa mort, il fut remplacé par un nouveau favori tout aussi notoire, Hugues Despenser le Jeune.
EDOUARD II D’ANGLETERRE (1284 - 21 septembre 1327) roi (1307-1327)
Cathédrale de Gloucester, Gloucestershire (Angleterre)
Hugues Despenser le Jeune (v. 1290-24 novembre 1326)
Abbaye de Tewkesbury, (Gloucestershire) et abbaye d’Hulton ( ?)  (Staffordshire) (Angleterre)
 
Après l’abdication d’Edouard II, Hugues fut enfermé avec le roi dans le manoir fortifié de Monmouth . Celui qui avait reçu tant d’honneurs de son roi et amant en fut extrait sans ménagement. Minablement trimbalé de bourg en bourg où il était exposé comme divertissement, il gagna Hereford.
 
Tenu pour responsable de toutes les erreurs et de tous les malheurs dont souffrait l’Angleterre, il cristallisait toutes les haines. Reconnu coupable de haute trahison, il fut condamné  à être pendu, être trainé sur une claie puis écartelé.  
Devant Isabelle de France et son amant, ses parties génitales furent coupées et jetées dans le feu. Sa poitrine et son ventre furent ouverts ; avec des tenailles, son cœur fut arraché et jeté au feu. Même sort pour les entrailles. Enfin sa tête fut tranchée, non pas à la hache mais découpée au couteau et est expédiée pour trôner à l’entrée du pont de Londres. Ce qui resta de sa dépouille fut alors coupé en quatre morceaux et expédié aux quatre coins du royaume.
Le raffinement anglais n'avait rien à envier à la délicatesse française...
 
En 1330, sa femme fit rassembler les morceaux récupérables, sa tête et quelques ossements, qu’elle fit inhumer dans la nécropole familiale.
Néanmoins, en 1970, les restes d’un squelette furent découverts en l’abbaye d’Hulton dont les ossements manquant correspondaient à ceux récupérés par sa femme. Les analyses de 2008, confirmèrent la possibilité qu'ils puissent appartenir à Despenser le Jeune.
La bisexualité évidente du souverain n’était pas en elle-même offensante pour cette rude aristocratie, mais les avantages exorbitants et les honneurs que le roi leur accorda ainsi que le spectacle des minauderies de Gaveston et les décisions de Despenser indignèrent les barons qui se rebellèrent.
 
Profitant de la situation, les Ecossais reprirent l’avantage obligeant l’Angleterre à signer une trêve.
 
Marié à Isabelle de France, fille de Philippe IV le Bel, ce déplorable souverain dut aussi faire face à sa femme qui avait hérité de traits de caractère paternels. N'est-elle pas surnommée  "la Louve de France" ?
D’ailleurs, avec la France les relations se tendaient : Edouard, refusait obstinément de rendre hommage à son beau-frère, Charles IV le Bel roi de France, dont il était le vassal pour ses territoires gascons. Le compte à rebours pour le déclenchement de la Guerre de Cent-Ans était bien entamé.
 
En 1325, Isabelle censée négocier les termes d'un traité de paix avec son frère, débarqua en France où elle afficha ouvertement sa liaison avec Roger Mortimer. Quitte à débarquer, les deux amants, soutenus par  les barons mécontents, décidèrent d’en faire autant sur les côtes anglaises pour chasser Edouard du trône. La flotte d’invasion arriva en Angleterre le 2 octobre  1326 contraignant le roi à fuir. Le 27 janvier 1327, il abdiquait en faveur de son fils, Edouard III qui, trop jeune, laissait la régence à sa mère et à son amant. Il était le premier Prince de Galles (1301) de l'histoire de l'Angleterre
 
Emprisonné, après des mois d’humiliations –couronné de foin, rasé avec les eaux stagnantes des fossés, exhibé dans les campagnes comme un pauvre hère- le malheureux allait connaitre une fin atroce. Une vague de sympathie étant apparue envers le roi déchu,  un complot fut fomenté pour le libérer qui scella sa mort.
 
Afin d’éviter les traces d’un assassinat trop évident, après avoir chauffé un tisonnier qu’on lui introduisit dans le fondement,  à l’aide d’une corne taillée à cet effet, on lui versa du plomb en fusion dans les intestins. Ses cris effroyables résonnent encore dans le château de Berkeley.
Il ne fallut pas longtemps pour que la rumeur propagea les circonstances malgré tout suspectes de cette mort.
 
Aucun monastère des environs de voulant se charger de la dépouille, elle resta un mois à Berkeley avant que l’évêque de Gloucester n’acceptât de la recevoir. Placé sur un chariot, le roi partit pour sa dernière demeure accompagné par un cortège des gens des environs. A chaque halte que fit le convoi, les paysans plantèrent un petit chêne dont certains sont encore visibles à ce jour.
Edouard II fut inhumé dans la cathédrale de Gloucester où l'on peut encore voir son tombeau érigé par son fils. Sans conviction, Edouard III essaya de faire de son père un saint national. Or, le culte populaire fonctionna au-delà de ses espérances. L'afflux de pèlerins permit de reconstruire et de doter la cathédrale des plus grands vitraux d'Angleterre.
GAVESTON Pierre, comte de Cornwall (v. 1284 - 19 juin 1312)
Eglise du prieuré de King’s Langley, Hertfordshire (Angeleterre)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 6 août 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.