RETOUR BEAUX-ARTS
► Peintre français
MIGNARD Pierre, dit le Romain (1612 – 30 mai 1695)
Eglise du couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (Paris)
Mme de Maintenon (1694)
Toujours en opposition aux vues de Le Brun, il prit la tête de l’académie de Saint-Luc, avant d’être anobli (1687), d’être nommé premier peintre du roi, directeur des manufactures royales puis, protégé de Louvois et de Mme de Maintenon, de succéder à son rival à la direction de l'Académie royale de peinture et de sculpture à la mort de ce dernier en 1690.
 
Bien que peintre majeur du 17ème siècle, à cause de la grâce affectée de ces portraits, ces œuvres furent qualifiées de « mignardises », terme totalement étranger aux petits délices sucrés, mais qui, repris dans le domaine de l’art, désigne des œuvres un peu mièvres.
Peintre à la production abondante, outre ses tableaux, il fut l’auteur de quelque trois-cents dessins conservés au musée du Louvre pour la plupart.
 
Après de splendides funérailles en l’église Saint-Roch, Pierre Mignard fut inhumé dans l’église du couvent des Jacobins de la rue Saint-Honoré où lui fut dressé un magnifique tombeau commandé, en 1735, à Jean-Baptiste Lemoyne (1704-1778), par la fille du défunt, la comtesse de Feuquières.
Molière. Musée de Chantilly
La Vierge aux raisins. Musée du Louvre
Destiné à la médecine, ses parents cédèrent à son inclination pour la peinture et lui permirent d’étudier cet art auprès de maîtres réputés dont Simon Vouet chez qui il rencontra son principal rival, Charles Le Brun.
 
Parti à Rome, parfaire sa formation (1635), il y assimila les techniques de maîtres italiens et les procédés de la fresque. Devenu un  artiste au talent remarqué, plusieurs papes et personnalités lui commandèrent leur portrait participant à sa renommée qui dépassa les frontières.  
Portrait équestre de Louis XIV couronné par la Victoire devant le siège de Namur (1692)
Gravure de Lépicié (1743) BnF / Gallica
La comtesse y était représentée éplorée, en prière, près du buste de son père au pied d’un grand obélisque. Deux génies des arts l’accompagnaient alors que dans la partie supérieure, la figure du Temps s’élevait dans les airs soutenant une ample tenture. De ce monument, disparu à la Révolution, il ne subsiste, conservés dans l’église Saint-Roch, que trois éléments :
- Le buste, inspiré d’un autre buste signé Desjardins
- La statue de la comtesse
- La partie avant  du piédestal en marbre noir sur lequel est gravée une épitaphe en latin. Retrouvée en 1973 dans la crypte, elle y est conservée depuis 1989.  
 
Sans atteindre sa célébrité, son frère aîné, Nicolas Mignard, et son neveu, Pierre II Mignard, bénéficièrent d'une belle renommée.
Dôme du Val-de-Grâce © MCP
Sources principales :
- Étienne Bricon, article «Mignard» de La grande encyclopédie: inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts. Réalisée par une société de savants et de gens de lettres sous la direction de MM. Berthelot, Hartwig Derenbourg, F.-Camille Dreyfus [et al.] Réimpression non datée de l'édition de 1885-1902. Paris, Société anonyme de «La grande encyclopédie», [191-?]. Tome vingt-troisième, p. 958-959.
- Tombeaux classiques et baroques / Ville de Paris
- http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/pierre-mignard-1612-1695-premier-peintre-du-roi
- Wikipedia
(*) commentaire(s)
© MCP
© MCP
© MCP
Centre de documentation de la C.O.A.R.C © MCP
Epitaphe latine
► MIGNARD Pierre II (1640-1725)
Collégiale Saint-Agricol d’Avignon (Vaucluse)
 
Dit « le chevalier Mignard », fils aîné de Nicolas et neveu de Pierre, il quitta Avignon et « monta » à Paris avec son oncle quand ce dernier rentra en France. Ayant rapidement obtenu un brevet de peintre de la reine, il assista le décor du petit appartement bas du roi au palais des Tuileries qu’il termina seul.  Mandaté par Colbert pour lever les plans et dessins des antiquités de Provence puis envoyé  en Italie pour un voyage d'études de plusieurs mois , il fut parmi les six de l'Académie royale d'architecture, dont il suivit ensuite les travaux avec une remarquable assiduité.
En 1679, de retour en Avignon, il mit ses talents de peintre et d’architecte au service de la construction et de la décoration  d’hôtels particuliers, de monuments publics et de nombreux édifices religieux à Avignon et dans la région.
Alors que son activité était à peine ralentie par l'âge, en 1716, victime d'une attaque cérébrale qui le laissa pour quelque temps hémiplégique, il interrompit brutalement sa carrière artistique. Inhumé en la collégiale Saint-Agricol d’Avignon, son monument funéraire y est toujours visible.
© Denis Trente-Huittessan
Détail du médaillon : artiste à priori inconnu à ce jour.
22 mai 2015
Après plus de vingt ans passés en Italie -d'où son surnom- appelé par Louis XIV, il rentra en France où sa gloire l’avait précédé.
 
D’emblée hostile aux visées de Le Brun, il refusa de devenir membre de l'Académie, attitude qui lui valut d'être écarté des commandes officielles. Néanmoins, Anne d'Autriche lui commanda l’admirable décoration du dôme du Val-de-Grâce (La Gloire des Bienheureux),qui reste son œuvre majeure.
 
Ambitieux et habile, comprenant tout l'intérêt qu'il en pouvait tirer pour lui-même, abandonnant les sujets religieux, il rechercha de bonne heure l'art du portrait, art où il s’épanouit et excella. Séduisant par ses manières et son esprit, il devint rapidement un courtisan à la mode. Très considéré et très entouré, tandis que Le Brun avait pour lui la toute-puissance officielle, Mignard, plus fin et lié aux grands esprits de son temps, avait les écrivains et les femmes : Molière, Bossuet, Mme de Montespan, Mlle de la Vallière, Mme de Sévigné, Julie d'Angennes, des princesses, des duchesses comptent parmi les plus de cent-trente portraits qu’on lui connait, sans oublier une dizaine représentant Louis XIV.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 16 mai 2017
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.