RETOUR BEAUX-ARTS
DUFY Raoul (1877 – 23 mars 1953)
Cimetière de Cimiez à Nice (Alpes-Maritimes)
► Peintre, dessinateur, graveur, illustrateur de livres, créateur de tapisseries et de mobilier, décorateur d’intérieur, d’espaces publics et de décors de théâtre,...
Artiste d’immense talent, il fut un créateur égal en puissance, en invention, en audace, en réflexion, l’un des grands qui a produisit l'art moderne. A sa façon, il fut un maître enchanteur.
 
Quittant sa ville natale du Havre comme boursier pour l’Ecole des Beaux-Arts de Paris (1900), il exposa au Salon des artistes français puis à celui des Indépendants.
D’abord influencé par les impressionnistes dont Claude Monet, Camille Pissarro, Edouard Manet ou Eugène Boudin,  il connut un choc en découvrant le fauvisme avec les toiles de Henri Matisse.
Libéré de l’apprentissage académique, il adhéra à ce mouvement avant de s’en détacher pour se rapprocher de Paul Cézanne puis du cubisme avec Georges Braque.
 
Mais ses toiles se vendaient mal. Pour survivre, il pratiqua la gravure sur bois, illustra des livres comme Le Bestiaire d’Apollinaire. Par la suite, il abandonna cette technique pour la lithographie avec laquelle il illustra de multiples ouvrages : Madrigaux de Mallarmé, Tartarin de Tarascon d’Alphonse Daudet, etc.
 
Ses différents travaux finirent par influer sa peinture dont le tracé devint plus délicat et le conduisirent à des recherches similaires pour l’impression sur tissu. Le couturier Paul Poiret lui fournit les moyens de fonder son propre atelier en l’associant à des projets de création de tissus qui séduisirent les parisiennes.
Voilier à Sainte-Adresse (1912)- New York - Museum of Modern Art
Manteau « La Perse » tissu de Dufy pour Poiret http://poirette.canalblog.com/albums/poiret_le_magnifique
Poursuivant son œuvre picturale, il s’appliqua à répéter un même thème qu’il exploita jusque dans ses derniers retranchements. Ainsi naquirent de célèbres séries comme il l’avait déjà fait dans le passé : Les Rues pavoisées, les Pêcheurs à la ligne,  les Courses.
Jean Cocteau lui commanda des décors de théâtre, et il travailla la céramique avec Artigas, etc.
 
Par ses séjours en Provence et en Italie,  les couleurs de ses tableaux devinrent plus vives et son dessin plus baroque. Et lors de sa deuxième exposition (1923), cette fois le succès fut au rendez-vous.
Et puis, en 1926, il se raconte qu’en regardant une petite fille qui courait sur le quai de Honfleur, il comprit que l’esprit enregistrait plus vite la couleur que le contour. Dès lors, il dissocia les couleurs et le dessin, peignant de larges bandes linéaires et adoptant l’aquarelle qui se prêtait mieux à ses nouveaux objectifs. C’est probablement les toiles de cette période, commencée dans les années 1930, qui sont les plus reconnaissables de son style singulier, d’une fraîcheur éclatante.
La famille Kessler à Cheval (1931)
Enfin reconnu, exposé tant en France qu’à l’étranger, en 1937, il fut contacté par les organisateurs de l’Exposition internationale à Paris qui lui commandèrent des décorations monumentales, notamment celle du mur du Palais de la Lumière et de l’Électricité. Sortie comme par magie de sa tête et de ses mains, aidé de son frère Jean Dufy, l’histoire de l’électricité, va s’étaler sur 600 m2., faisant de cette fresque murale, La fée électricité, le plus grand tableau du monde dans lequel il dissémina savamment ses thèmes favoris : voiliers, nuées d’oiseaux, batteuse, bal du 14 juillet, tout en honorant, par leurs portraits, cent dix savants et inventeurs ayant contribué au développement de l’électricité.
La fée Electricité   © Musée d'art moderne de la ville de Paris
La fée Electricité: détail   © Musée d'art moderne de la ville de Paris
Mais cette œuvre, pour laquelle il travailla deux ans dans le mauvais confort d’un hangar, contribua au développement dramatique des rhumatismes qui le faisaient souffrir. De plus en plus handicapé, contraint de ligoter ses doigts avec une ficelle, en 1950, il se rendit aux Etats-Unis pour essayer un nouveau traitement qui s’avéra inefficace.
En 1952, après une importante rétrospective de ses œuvres à Genève. Il reçut le Grand Prix de la Biennale de Venise.
Installé à Forcalquier, cloué dans un fauteuil roulant, il y acheva sa vie, laissant une œuvre abondante répartie dans des musées français, européens,  aux Etats-Unis, etc.
 
Raoul Dufy fut inhumé au cimetière de Cimiez où sa tombe est protégée par une haie en demi-cercle.
Merci à Victor Ken pour cette photo et la suivante
► DUFY Jean (1888 – 12 mai 1964)
Cimetière de Boussay (Indre et-Loire)
Bien que peintre reconnu, il resta néanmoins dans l’ombre de Raoul, son frère aîné, et son œuvre reste plus ignorée.
Formé à la peinture entre 1906 et 1914, encouragé par Raoul qu’il avait rejoint à Paris,
A partir de 1920, date de ses premières peintures, il produisit une œuvre riche et partagea avec Raoul des préoccupations artistiques communes.
Si tous deux étaient proches, et entretenaient une correspondance régulière, Jean développa un parcours parallèle à la rencontre d’artistes communs à son frère mais aussi de Derain et de Picasso.
Pour la porcelaine Théodore Haviland de Limoges, il réalisa des décors,nature florale et animale, qui lui valurent une médaille d’or lors de l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes en 1925.
Ils collaborèrent peu, à l’exception notable de La Fée électricité, qui fut aussi l’objet de leur rupture en 1937. A la demande de Raoul, Jean abandonna ses tableaux et participa activement à l’aventure. Mais, lors du triomphe qu’elle connut à son exposition, Raoul ne prononça pas un seul mot pour remercier publiquement son frère.
Auteur, lui aussi, d’une œuvre abondante, structurée en séries, traitant de thèmes plaisants, rendus par un sens de la couleur commun à Raoul dont il revisita subtilement, dans ses œuvres tardives, le style graphique qu’il avait initié.
Régulièrement exposé à Paris et aux Etats-Unis, où ses toiles sont intégrées dans les collections les plus prestigieuses, Jean Dufy mourut à la Boissière, hameau de Boussay, où il s’était installé en 1948.
© DC
Pont Alexandre III (1963)
Corrida
Sources principales :
-http://www.raoul-dufy.com/pages/enchan1.html
-https://culturebox.francetvinfo.fr/arts/peinture/raoul-dufy-et-le-havre-une-histoire-d-amour-infinie-267591
-https://www.expertisez.com/magazine/raoul-dufy-peinture-qui-plait
-http://lartpourtous.blog.tdg.ch/archive/2012/05/19/raoul-dufy-ou-le-cheminement-du-fauvisme-au-cubisme.html
(*) commentaire(s)
3 mars 2018
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 11 septembre 2018
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.