RETOUR DIRECTOIRE, CONSULAT ET EMPIRE
Les Mamelouks de Napoléon Ier : ROUSTAM  Raza et SAINT-DENIS Louis-Etienne, dit Ali
Si l’histoire raconte que Bonaparte ramena dans ses bagages un mamelouk, la vérité est un peu différente. En fait, deux le suivirent. Le premier, Ali, fut placé auprès de Joséphine pour sa demeure de Malmaison. Doté d’un caractère épouvantable, terrorisant son entourage, il fut retiré par Napoléon du service de l’Impératrice et envoyé au palais de Lacken près de Bruxelles, puis comme garçon d’appartement à Fontainebleau où il ne fit plus parler de lui.
RAZA Roustam (ou Roustan) (v.1782 – 7 décembre 1845)
Cimetière de Dourdan (Essonne)
Né à Tiflis (act. Tbilissi en Géorgie), enlevé vers l'âge de treize ans, acheté à Constantinople par Sala-Bey qui l’affranchit et l’intégra dans son corps de cavalerie, il passa ensuite au service du cheik El Bakri au Caire, un ami de Bonaparte. C’est là que, selon les sources, Roustam postula pour passer au service de ce dernier, ou qu’il lui fut offert avec un cheval par El Bakri. Quoiqu’il en soit, dès lors sa vie bascula : pendant quinze ans, il suivit comme son ombre le Premier Consul, puis l'Empereur, à travers toute l'Europe. Il participait à sa toilette et à son repas, entretenait ses armes. Garde du corps, il dormait  toujours dans la chambre voisine de son maître, voire en travers de sa porte à certaines périodes.
Caracolant en tête des cortèges de parade en superbe costume oriental (notamment lors du Sacre en 1804), par sa seule présence il rappelait que Bonaparte fut le conquérant de l'Egypte.
Mais, après sa tentative d'empoisonnement, le 13 avril 1814, l'Empereur demanda ses pistolets à Roustam qui, épouvanté à l’idée d’être tenu responsable si une telle tentative se reproduisait, préféra s’enfuir. Lors des Cent-jours, Roustam lui proposa de nouveau ses services, mais Napoléon, qui n’avait pas compris les motifs de sa fuite l’année précédente, refusa de le recevoir et le fit enfermer à Vincennes. Ainsi, les relations entre Napoléon et Roustam s'achevaient -elles sur un malentendu.
Roustam fut alors remplacé par le mamelouk Ali. Il ne recouvra la liberté que pour être exilé à vingt lieues de Paris. Sous la Seconde Restauration, il obtint un bureau de loterie qu’il revendit quelque temps après. Grâce aux rentes qu’il se créa, il mena alors, avec son épouse, une vie paisible de petits rentiers à Paris. Puis, sa femme souhaitant rejoindre ses parents à Dourdan, elle obtint de Louis-Philippe Ier un emploi à la poste de cette ville où Roustam Raza mourut et fut inhumé. Il laissa des Souvenirs écrits, retrouvés et publiés en 1911. De peu d'intérêt sur le plan diplomatique ou militaire, ils sont toutefois riches d'anecdotes sur les comportements de l'entourage de Napoléon.
Avec lui repose sa femme, Alexandrine Douville († 1857), fille du premier valet de chambre de l'impératrice Joséphine. L'Empereur avait donné son accord pour ce mariage et avait même payé la noce.
Merci à Didier Grau /Napoléon et Empire pour cette photo
© Philippe Landru
SAINT-DENIS Louis-Étienne, dit Ali (1788 – 3 mai 1856)
Cimetière de Sens (Yonne)
Fils d’un piqueur des écuries royales, il reçut une bonne éducation qui lui permit de devenir clerc de notaire à Paris. En 1806, grâce à la recommandation d'Armand de Caulaincourt, que son père connaissait, il entra aux équipages de la Maison de l'Empereur comme piqueur. Cinq ans plus tard, en 1811, Napoléon le choisit pour passer au service intérieur en tant que second valet de chambre. C'est alors qu'il reçut le surnom d'Ali qu'avait porté, avant lui, le compagnon de Roustam Raza, ramené lui aussi d'Egypte par Bonaparte qui s'en était assez vite séparé.
D'une fidélité à toute épreuve, il  ne quittait plus Napoléon au point de le suivre en exil à l’île d’Elbe, d’être présent durant les Cent-Jours  avant de l’accompagner à Sainte-Hélène.
Entre-temps, après la première abdication (1814), la fuite de Roustam Raza avait fait de lui le premier mamelouk.
A Sainte-Hélène, il se montra infatigable, dévoué, discret et intelligent, faisant tout son possible pour adoucir la captivité de l’Empereur déchu. Mais se furent surtout ses fonctions de copiste et de bibliothécaire qui lui donnèrent un rôle indispensable auprès de Napoléon dans ces années de la création de la légende.
 
Revenu en France, jouissant d'une petite aisance financière grâce à ses gages passés et à un legs de l'Empereur, il s'installa à Sens en 1827 et se dévoua corps et âme au culte du souvenir. Chargé, par le testament de Napoléon, de remettre 400 livres de la bibliothèque au duc de Reichstadt, il ne put que les faire remettre à Madame Mère. Après sa participation à l'expédition du retour des Cendres en 1840, il continua plus que jamais à fréquenter les milieux bonapartistes. En 1854, Napoléon III combla son vœu le plus cher en le nommant chevalier de la Légion d'honneur.
Membre du conseil municipal de Sens, il laissait à sa mort une œuvre écrite considérable qui l'avait occupé pendant de nombreuses années. Ses Souvenirs, publiés en 1826 (quoique partiellement et très imparfaitement) fournissent sur la vie à Longwood des renseignements qu'on ne trouve chez aucun autre mémorialiste. Il légua au musée de Sens de nombreux souvenirs napoléoniens dont l’habit de chasseur porté par l’Empereur à Sainte-Hélène.
Dans sa tombe, au cimetière de Sens,  repose aussi sa femme, Mary Hall († 1841), gouvernante de Melle Hortense, fille d'Henri Gatien Bertrand, qu’il avait épousée à Sainte-Hélène.
https://maitrerenardinfo.wordpress.com/
Sources principales :
-Histoire et dictionnaire du Consulat et de l’Empire -Ed. Robert Laffont (1995)
-Article très inspiré de Napoléon.org : le site d’histoire de la fondation Napoléon.
(*) commentaire(s)
29 décembre 2020
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Dernière mise à jour
au 22 juin 2021
TOMBES SÉPULTURES DANS LES CIMETIÈRES ET AUTRES LIEUX
par Marie-Christine Pénin
ACCUEIL
THEMES 
FACEBOOK
DE A à Z 
Chercher
CONTACT
NOUVEAUX ARTICLES
 

Pour s'abonner à la Newsletter : CLIQUER  sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
LIEUX D'INHUMATIONS
EN LIGNE
 
-Abbaye de Chelles (77)
-Abbaye de Cîteaux (21)
-Abbaye de Fontevraud (49)
-Abbaye de Longchamp (75) (disparue)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
-Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
-Collège des Ecossais (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Collégiale St-Martin de Montmorency  (95)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Bénédictins anglais (75)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (75) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie, rue St-Antoine (75)
 
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-des-Ménétriers (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Escurial (monastère de l') (Espagne)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Rouges (75) (disparu)
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
-Hospice des Quinze-Vingts St-Honoré (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée d'Hadrien à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 
-Noviciat de l'Oratoire (75)
 
-Oratoire St-Honoré ou du Louvre (75)
 
-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
-Prieuré Ste-Croix-de-la-Bretonnerie (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2021 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.