RETOUR  SECONDE GUERRE MONDIALE
BOUSQUET René (1909 – 8 juin 1993)
Cimetière de Larrazet (Tarn-et-Garonne)
Le 8 juin 1993, un assassinat ramena l’opinion à la période des années sombres. La victime s’appelait René Bousquet.
 
Fils d'un notaire de Montauban, sa brillante carrière de haut fonctionnaire, couvée par le radical-socialisme et modèle de la IIIe République, démarra en trombe.
Nommé chef de cabinet du préfet du Tarn-et-Garonne, il devint un héros national quand, avec un ami, il sauva de la noyade plusieurs dizaines de personnes, lors de terribles inondations en 1930.  
Cette distinction précoce lui valut immédiatement le parrainage et la protection de hautes personnalités radicales, tels Maurice (1869-1943) et Albert Sarraut (1872-1962). Son mentor, Georges Hilaire (1900-1976), était un radical très proche de Pierre Laval, ce qui lui permit d’attirer l’attention de celui-ci. Sa carrière préfectorale le conduisit dans les postes de sous-préfet à Vitry-le-François,  de secrétaire général à Reims, de préfet de la Marne,  et de plus jeune préfet de régional de France en Champagne (1941).
Intelligent, sa jeunesse tranchait avec cette gérontocratie dépassée par les événements. Il favorisa l'évasion de certains prisonniers de guerre et parvint à épargner à son département de la Marne la colonisation économique par l'Allemagne nazie. Bien qu'il ne fasse pas montre « d'excès de zèle, il ne se dérobe pas à la règle du jeu de la collaboration » comme l’arrestation de militants communistes qui furent fusillés. Préférant rester dans la Marne pour y continuer son « œuvre », il fallut sa nomination par Laval au poste de secrétariat général à la Police (1942) pour que son nom rentrât dans les grandes infamies de l’Histoire.
 
A partir de cet instant, il occupa un rôle prépondérant dans la collaboration policière de Vichy avec l'occupant allemand. Son serment de fidélité au maréchal Pétain, la confiance de Pierre Laval, et sa conception de la souveraineté française dans les affaires de police l'amenèrent à devenir le complice actif de la déportation des juifs de France, de la traque des enfants juifs soustraits aux convois de déportation et cachés, de celle des résistants, etc.
 
Vint le tournant en 1943. Conscient de l'issue probable de la guerre, et de se de retrouver avec le privilège, soudain encombrant,  de figurer parmi les personnages clefs du régime de Vichy, il donna opportunément des gages à certains mouvements résistance. Il alla jusqu’à se rebeller dès lors qu'on lui demandait de « frapper sans discrimination ». Perdant ainsi la confiance de Carl Oberg, « chef supérieur de la SS et de la Police » pour la France, il fut mis en « disponibilité», puis arrêté par la Gestapo le 9 juin 1944. Avec sa femme et son fils, il termina la guerre en Bavière ce qui lui permit d'obtenir le titre de « déporté en Allemagne ».
 
Libéré en avril 1945 par les Américains, ceux-ci, bien renseignés sur l’importance du personnage, lui proposèrent de partir directement pour les États-Unis avec sa famille. Il refusa et demanda à rentrer en France où il fut incarcéré à la prison de Fresnes le 17 mai 1945.
 
Pour son procès, sa chance fut d’être l'avant-dernier Français à comparaître en Haute Cour de justice en 1949. L'épuration était alors à bout de souffle, l'opinion plus préoccupée par la guerre froide et les nouveaux problèmes nés de la reconstruction. La réalité et la spécificité du génocide des Juifs manquait de visibilité dans la conscience populaire, la place faite dans les médias d'après-guerre aux rafles de Juifs étrangers de l'été 1942 fut relativement limitée.
Face à un accusé affirmant avoir collaboré avec les Allemands comme le paratonnerre avec la foudre et soutenant avec aplomb
avoir « systématiquement refusé de [s'] occuper des questions juives », à une accusation sans zèle combinée à une défense habile et percutante, le procès fut bouclé en trois jours. Bousquet était acquitté du chef « d'atteinte aux intérêts de la défense nationale », mais condamné à « cinq ans de dégradation nationale », peine dont il fut « immédiatement relevé pour avoir participé de façon active et soutenue à la résistance contre l'occupant ».
 
Ecarté de la haute fonction publique, il poursuivit une carrière dans la presse et à la Banque de l'Indochine. Privé d’une réussite dans la politique, il soutint et apporta son concours financier  à François Mitterrand  dans sa course à la présidence de l’Etat.
 
Mais en 1989, le passé resurgit : l'association des Fils et filles de déportés juifs de France, la Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes et la Ligue des droits de l'homme déposèrent plainte contre lui pour crimes contre l'humanité dans le cadre du dossier de la déportation de 194 enfants de six départements du Sud de la France. Inculpé en 1991, l’instruction n’était pas achevée quand il fut assassiné par balles à son domicile parisien par Christian Didier.
 
René Bousquet fut inhumé dans la plus grande discrétion au cimetière de Larrazet, fief de sa belle-famille, où la tombe fut longtemps l’objet de dégradations avant que le temps ne fasse son œuvre .
© MCP
© MCP
► DIDIER Christian (1944 – 14 mai 2015)
Cimetière rive droite de Saint-Dié-des-Vosges (Vosges)
Ancien chauffeur de célébrités, il s'était essayé sans succès à la littérature et s'était fait une réputation en investissant sauvagement différents plateaux de télévision. Dans sa quête de reconnaissance, il avait déjà tenté d'assassiner l'ancien chef de la Gestapo de Lyon, Klaus Barbie (1913-1991). Il avait alors été condamné pour port d'armes prohibé. Ce coup raté, quelques année plus tard, il opta pour  René Bousquet qu'il tua par balles à son domicile parisien.
Dans la foulée de son crime, il avait appelé toutes les rédactions parisiennes pour les prévenir d’une conférence de presse, durant laquelle il fut interpellé par la police. Souvent décrit comme un illuminé, mais dont l'abolition du discernement n'était pas altérée selon les experts judiciaires, avait été condamné à dix ans de réclusion criminelle en novembre 1995.
Libéré en 2000, il avait affirmé dans des entretiens aux médias «beaucoup regretter ce geste imbécile».
En 2013, il avait attaqué Alain Minc pour diffamation, après que l'écrivain l'eut qualifié de «fou» dans l'un de ses ouvrages consacré à René Bousquet.
Retiré dans sa commune natale, il mourut et y fut inhumé.
Sources principales :
 
-https://www.memoiresdeguerre.com/article-bousquet-rene-42084772.html
-https://extraits.tea-ebook.com/Hachette/8/24/9782213664248.html
-https://www.lexpress.fr/actualite/politique/la-vraie-vie-de-rene-bousquet_492437.html
-https://www.liberation.fr/portrait/2000/04/04/larmes-du-crime_323465/
-https://www.estrepublicain.fr/actualite/2015/05/18/deces-de-l-assassin-de-bousquet
-Service des cimetières de Saint-Dié-des-Vosges
(*) commentaire(s)
4 avril 2022
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Dernière mise à jour
au 22 juin 2021
TOMBES SÉPULTURES DANS LES CIMETIÈRES ET AUTRES LIEUX
par Marie-Christine Pénin
ACCUEIL
THEMES 
FACEBOOK
DE A à Z 
Chercher
CONTACT
NOUVEAUX ARTICLES
 

Pour s'abonner à la Newsletter : CLIQUER  sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
LIEUX D'INHUMATIONS
EN LIGNE
 
-Abbaye de Chelles (77)
-Abbaye de Cîteaux (21)
-Abbaye de Fontevraud (49)
-Abbaye de Longchamp (75) (disparue)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
-Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
-Collège des Ecossais (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Collégiale St-Martin de Montmorency  (95)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Bénédictins anglais (75)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (75) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie, rue St-Antoine (75)
 
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
Eglise St-Germain de Charonne (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-des-Ménétriers (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Escurial (monastère de l') (Espagne)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Rouges (75) (disparu)
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
-Hospice des Quinze-Vingts St-Honoré (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée d'Hadrien à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 
-Noviciat de l'Oratoire (75)
 
-Oratoire St-Honoré ou du Louvre (75)
 
-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
-Prieuré Ste-Croix-de-la-Bretonnerie (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2021 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.