RETOUR ALLEMAGNE
Procès de Nuremberg :  
Condamné à mort par contumace pour crime contre l’humanité
BORMANN Martin (1900 – 1er ou 2 mai 1945)
Mer Baltique
1-2
Evaporée lors de la chute de Berlin, Bormann est l’une des plus mystérieuses et plus sinistres figures du IIIe Reich.
 
Durant la prise de Berlin, réfugié dans le bunker d’Hitler, Bormann fut témoin de son suicide. Devenu l’exécuteur testamentaire politique du Führer, ce dernier lui avait demandé de sauver sa vie. En fait, Hitler à peine mort, Bormann n’avait plus aucune importance. Il était redevenu celui que les généraux du Reich qualifiaient de « gratte-papier inculte et peu raffiné ».
Après avoir pris congé de Goebbels, revêtu un manteau de cuir noir couvrant sa tenue de camouflage, accompagné d’Hans Baur, le pilote de Hitler, il s’engouffra dans les souterrains du métro qui étaient la seule issue possible pour rejoindre un contingent susceptible d’assurer sa fuite.
Nous étions le 30 avril 1945. Bormann venait de disparaître pour toujours. Les versions de ce qu’il avait pu advenir de lui vinrent gonfler le dossier de sa sombre légende.
 
Des Bormann vivants et morts aux quatre coins du monde
 
Interrogé comme témoin lors du procès de Nuremberg, Erich Kempka, le chauffeur d'Hitler affirma qu’il avait été tué lors d’une explosion dans les sous-terrains peu après sa fuite. D’autres témoignages affirmèrent qu’il fut tué en tentant de traverser les lignes russes. Puis, ce fut au tour du chef de la jeunesse hitlérienne d’être persuadé qu’il s’était suicidé, d’ailleurs il avait vu le corps le 2 mai 1945. A défaut d'être présent au procès de Nuremberg, il y fut jugé et condamné à mort par contumace.
 
Le mythe était né. Des Bormann morts il en surgit de partout ; des Bormann vivants aussi.
Après le décès de sa femme, on prétendit qu’il avait fui en Argentine, puisqu’il y avait été « vu », vivant comme un millionnaire. Mais comme dans le même temps, il était aussi « aperçu » au Chili et au Brésil…
 
► La piste argentine
 
Des avis de recherches furent lancés aux quatre coins du monde. On effectua des analyses sur des dépouilles prétendues être la sienne. Dans les années soixante, le fils d'Adolf Eichmann, s’adressa au monde entier par le truchement de la télévision ; affirmant que Bormann vivait en parfaite santé en Amérique du Sud, il lui demandait publiquement de faire face à ses responsabilités.
 
En 1984, un journaliste cherchant la piste d’un Bormann « vivant » en Argentine mit les yeux sur un dossier
« Bormann ». Juste les yeux, car pour y mettre la main, il n’aurait jamais dû demander l’autorisation de le consulter. Autorisation non seulement refusée, mais le gouvernement argentin niera même l’existence de ce dossier.
 
► Une réalité bien banale
 
Un fait restait néanmoins singulier : s’il n’était pas mort en 1945, comment expliquer qu’il n’avait, apparemment, jamais donné signe de vie à aucun de ses nombreux enfants ?
 
Cramponnée au mythe, l’idée qu’il soit mort bêtement en s’échappant, comme l’affirmaient des témoins, semblait presque incongrue : il serait en fait décédé le 1er ou le 2 mai 1945 lors d’un bombardement de la ville aux abords de la station de métro Lehrt à Berlin où beaucoup de gens trouvèrent la mort.
Le 7 mai, les Soviétiques avaient fait inhumer les cadavres dans trois fosses creusées dans un parc de proximité. Son corps aurait été reconnu par l’un des soldats chargés du creusement  des tombes: son témoignage fut ignoré.En 1965, le parc fut fouillé laissant apparaître un nombre impressionnant d’ossements sans que les restes de Bormann n’en soit distingués.
 
En 1972 de nouvelles fouilles furent effectuées près de la station Lehrter. D’autres cadavres furent découverts dont un qui attira l’attention.
L’année suivante, en comparant sa dentition avec celle de du dossier dentaire militaire de Bormann, on arriva à une conformité de pratiquement 100% permettant la quasi identification de Bormann.
 
Mais l’attitude du gouvernement allemand de l’époque vis à vis des S.S. en exil restant encore des plus timorée, voire sujette à caution, un seul laboratoire fut mis à disposition des scientifiques sans qu’aucune contre expertise ne soit possible.
 
Il fallut attendre 1998 pour que l’analyse ADN vienne confirmer les comparaisons dentaires. Enfin le dossier Martin Bormann pouvait être classé. Ses cendres furent dispersées dans la mer,  tombe dans un cimetière marin à jamais anonyme.
Vraiment classé ? Non, car beaucoup contestent en bloc les analyses et ne démordent pas de la thèse
« fuite en Amérique du Sud »...
 
(*) commentaire(s)
TOMBES SÉPULTURES DANS LES CIMETIÈRES ET AUTRES LIEUX
par Marie-Christine Pénin
ACCUEIL
THEMES 
DE A à Z 
CONTACT
FACEBOOK
Chercher
NOUVEAUX ARTICLES
 

Pour s'abonner à la Newsletter : CLIQUER  sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
LIEUX D'INHUMATIONS
EN LIGNE
 
-Abbaye de Chelles (77)
-Abbaye de Cîteaux (21)
-Abbaye de Fontevraud (49)
-Abbaye de Longchamp (75) (disparue)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
-Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
-Collège des Ecossais (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Collégiale St-Martin de Montmorency  (95)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Bénédictins anglais (75)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (75) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie, rue St-Antoine (75)
 
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-des-Ménétriers (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Escurial (monastère de l') (Espagne)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Rouges (75) (disparu)
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
-Hospice des Quinze-Vingts St-Honoré (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée d'Hadrien à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 
-Noviciat de l'Oratoire (75)
 
-Oratoire St-Honoré ou du Louvre (75)
 
-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
-Prieuré Ste-Croix-de-la-Bretonnerie (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2021 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.