RETOUR MUSIQUE
BIZET Georges (1838 – 3 juin 1875)
Cimetière du Père-Lachaise, 68e division (Paris)
Compositeur français
 
A écouter : Je crois entendre encore (Romance de Nadir),  extrait de Les pêcheurs de perles, par Roberto Alagna sous la direction de Michel Plasson (2009)
Sa famille comptait beaucoup de musiciens, à commencer par son père et sa mère. Très tôt , il manifesta des dons pour la musique. Mais c’est avec son oncle, François Delsarte (1811-1871), qu’il effectua son premier apprentissage musical, avant d’entrer, en 1847, au Conservatoire de Paris où ses qualités de pianiste furent vite remarquées. Pianiste brillant et lecteur à vue exceptionnel, il cumula un nombre important de prix avant de remporter le Prix de Rome avec sa cantate Clovis et Clotilde (1856/1857).
Buste © Ph. Landru
© MCP
© MCP
© MCP
►Jacques Bizet (1872 – 1922)
Surtout connu comme étant un ami de jeunesse de Marcel Proust qui lui voua un amour exalté, il se lança dans des études de médecine. Sa mère, remariée avec l'avocat Emile Strauss, tenait un salon fréquenté par les artistes et le gratin mondain de l'époque, dont Proust qui y observait des personnages qui devinrent ceux d'A la recherche du temps perdu. Ce salon était ardemment dreyfusard. Jacques signa la pétition du journal L'Aurore. Il devint directeur d'une compagnie de location de voitures, les Taximètres Unic de Monaco, fondée par les Rothschild. Médecin mais aussi homme d’affaires, en 1909, avec Jules Salomon avec Georges Richard, il créa une société automobile, Le Zèbre, qui mit un terme à ses activités en 1931.
Il épousa Madeleine Breguet, (1878-1900) qui mourut au cours d'une opération chirurgicale, puis se remaria avec Alice Franckel, la grand-mère du futur Maurice Sachs (1906-1945).
Au début de la Grande Guerre, on le retrouve médecin militaire. Mais écrasé par l'excellence de son milieu familial, il devint morphinomane et alcoolique. Il se suicida douze jours avant la mort de Proust.
Sources principales :
 
-Figaro du 6 juin 1875
-Registres d’inhumations des cimetières parisiens
-https://pad.philharmoniedeparis.fr/0039019-biographie-georges-bizet.aspx
-Wikipédia
(*) commentaire(s)
22 mars 2022
Ce séjour en Italie, loin de sa famille, eut une importance considérable dans la vie du jeune musicien qui découvrit le bonheur d'être libre, la beauté de Rome et de la nature qui l'entourait. Ce séjour heureux lui permis de s'épanouir et de s'affranchir des règles strictes imposées par l'école et sa mère.
 
De retour à Paris, à la recherche de succès rapides au théâtre lyrique, il avait à peine vingt-cinq ans quand, en 1863, Léon Carvalho (1825-1897) lui commanda Les Pêcheurs de perles, sur un livret de Carré et Cormon, qui reçut un succès encourageant.
S’en suivirent de multiples projets dont peu virent le jour, hormis La Jolie Fille de Perth, opéra en quatre actes (1867). Malgré sa volonté de s’imposer sur la scène parisienne, l’heure du succès et de la reconnaissance n’avait pas encore sonné.
 
En 1869, il épousa Geneviève Halévy, fille de son professeur de composition, Fromental Halévy (1799-1862). Ainsi entrait-il dans une grande famille juive qui comptait dans la société française.
 
Engagé dans la Garde nationale durant la guerre de 1870 qui le marqua, tout aussi choqué par la Commune, l’ouverture de son œuvre, Patrie (1874) rappelait les épreuves de cette période.
D’autres œuvres virent le jour comme son opéra-comique, Djamileh, créé en 1872, sans succès. Entre 1871 et 1872, avec les douze scènes des Jeux d’enfants, et la partition pour L’Arlésienne, d’après Alphonse Daudet, plus ou moins bien accueillies par le public, il trouva enfin peu à peu sa voie et définit les éléments de son style.
 
Alors qu’il s’était imaginé une vie de rentier, sa vie était dévorée par les travaux alimentaires pour les éditeurs et par les leçons de piano. Sa vie familiale n'était pas plus heureuse. Il ne pouvait partager ses difficultés avec sa jeune épouse, coquette et nerveusement fragile. A la suite de rumeurs de liaison entre lui et la cantatrice Célestine Galli-Marié (1837-1905), et surtout après qu'il ait reconnu l'enfant né de sa relation avec leur bonne, qu'il garda à leur service, Geneviève le quitta et retourna chez ses parents. Elle emmena avec elle, leur fils, Jacques.
 
Installé à Bougival, Bizet travaillait à ce qui allait devenir son chef-d’œuvre : Carmen, d’après une nouvelle de Prosper Mérimée. Il s’agissait d'honorer une nouvelle commande de l'Opéra-Comique qui voulait « une petite chose facile et gaie, dans le goût de notre public avec, surtout, une fin heureuse. »
Après trois mois de travail sans répit et 1 200 pages de partition, sur un livret signé par Henri Meilhac et Ludovic Halévy (1834-1908), cousin germain de sa femme, Carmen était créé le 3 mars 1875 à l’opéra-comique. Ce ne fut pas sans difficultés. Il se heurta aux chanteurs qui n'avaient pas l'habitude de bouger en scène et de jouer leurs personnages avec le naturel que Bizet attendait d'eux, aux musiciens qui trouvaient cet opéra trop difficile, et toujours à la mauvaise humeur du directeur exaspéré par le thème de la pièce qu'il jugeait indécent.
Le jour de la première, ce fut un vrai désastre : les musiciens et les choristes furent médiocres, les changements de décor prirent un temps considérable si bien que la salle se vida peu à peu. Aussi scandalisée que le public par cette histoire sulfureuse, la critique condamna Carmen au nom de la morale.
Anéanti par son échec, bien que souffrant d’une angine, le 29 mai 1875, il se baigna dans l'eau glacée de la Seine. Victime, dès le lendemain d'une crise aiguë de rhumatisme articulaire, il mourut cinq jours plus tard.
 
Ce n’est qu’après avoir été salué à l’étranger par des musiciens comme Wagner, Brahms ou Tchaïkovski, ou par le philosophe Nietzsche, que Carmen fut de nouveau représenté à Paris, en 1883, et triompha durablement.
 
Bizet rencontrait enfin le succès et la reconnaissance tant attendus, mais n’était plus là pour en profiter. Mort prématurément, il ignora que Carmen allait devenir l'un des opéras les plus joués dans le monde et, qu’ainsi, il tiendrait une revanche posthume éclatante.
 
Ses obsèques en l’église la trinité à Paris eurent lieu au milieu d’une affluence considérable dont de nombreuses personnalités de la littérature, musique, théâtre.
D’abord inhumé fut dans un caveau provisoire au cimetière de Montmartre, Georges Bizet fut transféré au cimetière du Père-Lachaise le 8 juin 1876. Deux jours plus tard, son tombeau, œuvre de Charles Garnier, était inauguré : un sarcophage recouvert d'un toit en bâtière et taillé dans la pierre rouge jurassienne de Sampans ; une stèle en forme de pyramide tronquée est ornée d'une lyre de bronze symbolisant son art, enlacée par une couronne de lauriers. Cette stèle portait le buste du compositeur qui fut  volé  en novembre 2006. Retrouvé, il est depuis détenu par la conservation du cimetière.
 
Dans la même tombe reposent :
 
Son fils, Jacques Bizet, et la première épouse de ce dernier, Madeleine Breguet.
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Dernière mise à jour
au 22 juin 2021
TOMBES SÉPULTURES DANS LES CIMETIÈRES ET AUTRES LIEUX
par Marie-Christine Pénin
ACCUEIL
THEMES 
FACEBOOK
DE A à Z 
Chercher
CONTACT
NOUVEAUX ARTICLES
 

Pour s'abonner à la Newsletter : CLIQUER  sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
LIEUX D'INHUMATIONS
EN LIGNE
 
-Abbaye de Chelles (77)
-Abbaye de Cîteaux (21)
-Abbaye de Fontevraud (49)
-Abbaye de Longchamp (75) (disparue)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
-Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
-Collège des Ecossais (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Collégiale St-Martin de Montmorency  (95)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Bénédictins anglais (75)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (75) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie, rue St-Antoine (75)
 
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
Eglise St-Germain de Charonne (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-des-Ménétriers (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Escurial (monastère de l') (Espagne)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Rouges (75) (disparu)
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
-Hospice des Quinze-Vingts St-Honoré (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée d'Hadrien à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 
-Noviciat de l'Oratoire (75)
 
-Oratoire St-Honoré ou du Louvre (75)
 
-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
-Prieuré Ste-Croix-de-la-Bretonnerie (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2021 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.