RETOUR LITTÉRATURE
TENCIN, Claudine Guérin de (1682 – 4 décembre 1749)
Eglise Saint-Eustache (Paris)
► Salonnière et femme de lettres française
Immorale, séductrice, cupide, brillante, et pleine d’esprit, cette présumée coupable de l’Histoire marqua son temps.
 
Née à Grenoble d’une famille de petite robe, cadette de cinq enfants, contrainte de se faire religieuse, elle prit le voile à l’abbaye de Montfleury (Isère), et prononça ses vœux en 1698. Jolie et intelligente, elle attira bien vite à son couvent la meilleure société de Grenoble. La future reine de salon faisait déjà dans un parloir ses débuts de bel esprit.
Elle n’avait pas l’âme claustrale, mais dut attendre 1708 pour quitter l’abbaye. Plaçant l’ambition bien au-dessus de l’amour, chez cette jeune apprentie philosophe,  on chercherait en vain une débauche d’idéalisme ou de sentimentalité.
© MCP
Grille de l’ossuaire © MCP
Sources principales :
 
-Les Guérin de Tencin (1520-1758) par Ch. de Coynart (1910)
-https://fr.wikisource.org/wiki/Une_vie_de_femme_au_XVIIIe_si%C3%A8cle_-_Madame_de_Tencin/01
(*) commentaire(s)
14 mars 2022
Son père mort, sa mère outrée par la conduite de sa fille « défroquée », elle vint donc à Paris où elle retrouva son frère Pierre, abbé, venu à la capitale intriguer pour de plus hautes charges et de plus opulents bénéfices. Désormais, ils eurent partie liée.
Enfin relevée de ses vœux, la nature lui ayant accordé des dons de séduction et un esprit aussi fin que délicat, malgré son peu d’expérience du monde, par la vivacité de son esprit, l’humour de ses réparties, et une surprenante faculté d’adaptation, elle sut conquérir les hôtes du salon de sa sœur, la comtesse d’Argental. Rattrapant le temps perdu , elle courait les grandes soirées. En 1717, elle ouvrit un des salons les plus réputés de l’époque. Appelé « le bureau d’esprit », ce salon fut d’abord essentiellement consacré à la politique et à la finance avec les spéculateurs de la banque de Law.
En 1733, il évolua pour devenir un centre littéraire et philosophique de premier plan. Les plus grands écrivains du moment le fréquentèrent : Fontenelle, Marivaux, l’abbé Prévost, Marmontel ou Montesquieu. Elle-même publia quelques romans, notamment Mémoires du comte de Comminge (1735) et Le Siège de Calais, nouvelle historique (1739) édités anonymement et qui connurent un succès aussi vif qu’immédiat. Jugés dignes d’être placés au nombre des chefs-d’œuvre de la littérature féminine du temps, ces deux ouvrages participèrent aux lauriers de leur auteure jusqu’à fin du 19e siècle.
 
A ces dons de politique, il convient d’ajouter ceux d’affairiste : tous les moyens lui furent bons pour accroître sa fortune.
A son goût immodéré pour le pouvoir, il convient d’associer celui prononcé pour la galanterie. On a beau prêter qu’aux riches et se méfier de la rumeur, le cardinal Dubois, le Régent, le comte d’Argenson et son fils, Lord Bolingbroke, Matthew Prior, etc., furent manifestement de ses amants.
 
De ses amours passagères, dont on ne peut affirmer avec qui (chevalier Destouches-Canon, le duc d'Arenberg ?), naquit le futur D'Alembert qu’elle abandonna le lendemain de sa naissance sur les marches de l’église Saint-Jean-le-Rond.
S’il se trouve fort peu de gens au 18e siècle pour critiquer ses ouvrages ou son salon, il est frappant de constater à quel point ses intrigues sentimentales, affairistes, religieuses ou politiques soulevèrent par contre l’indignation générale de l’époque.
 
Après avoir connu la vie à outrance et l’activité des sens, savouré dans les intrigues de Versailles les délices des victoires secrètes et parfois l’angoisse qu’éveillait la découvertes de cabales, elle se sentit vieillir. Vint alors le temps de l’apaisement. Peu à peu, la considération et le respect s’étaient amassés autour de cette amazone qui sut se forger une image de respectabilité en se faisant passer pour une « Mère de l’Église ». Elle vieillit et s’usa tout doucement, entourée de ses adorateurs, qui lui disaient en prose et en vers :
 
Vis donc heureuse,
Et vis longtemps, nymphe adorée.
 
Elle ne devait pas réaliser ces espérances. Devenue impotente, sa parole rendue difficile, elle passait des après-dînées silencieuses à jouer au quadrille avec des amis fidèles. Plusieurs fois, on la crut mourante avant qu’elle ne le soit vraiment après avoir fait de sa vie un chef-d'œuvre de dissimulation et d'intelligence.
 
Les affiches de Paris du 8 décembre signalèrent l’inhumation en l’église Saint-Eustache de « dame Alexandrine de Guérin de Tencin, chanoinesse de Neuville, baronne de Saint-Martin de l’île de Ré, décédée rue Vivienne, âgée de 68 ans. »
Toute trace de sa sépulture a disparu. Ses ossements pourraient peut-être se trouver dans l’ossuaire du lieu. Allez savoir…
TOMBES SÉPULTURES DANS LES CIMETIÈRES ET AUTRES LIEUX
par Marie-Christine Pénin
ACCUEIL
THEMES 
DE A à Z 
CONTACT
FACEBOOK
Chercher
NOUVEAUX ARTICLES
 

Pour s'abonner à la Newsletter : CLIQUER  sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
LIEUX D'INHUMATIONS
EN LIGNE
 
-Abbaye de Chelles (77)
-Abbaye de Cîteaux (21)
-Abbaye de Fontevraud (49)
-Abbaye de Longchamp (75) (disparue)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
-Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
-Collège des Ecossais (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Collégiale St-Martin de Montmorency  (95)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Bénédictins anglais (75)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (75) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie, rue St-Antoine (75)
 
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
Eglise St-Germain de Charonne (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-des-Ménétriers (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Escurial (monastère de l') (Espagne)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Rouges (75) (disparu)
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
-Hospice des Quinze-Vingts St-Honoré (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée d'Hadrien à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 
-Noviciat de l'Oratoire (75)
 
-Oratoire St-Honoré ou du Louvre (75)
 
-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
-Prieuré Ste-Croix-de-la-Bretonnerie (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2021 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.