RETOUR LITTÉRATURE
BRUNHOFF Jean de (1899 – 16 octobre 1937)
Cimetière du Père-Lachaise, 65e division (Paris)
►  Auteur-illustrateur français
Certaines familles exceptionnelles passent entre les mailles du filet de l’histoire alors qu’elles étaient incontournables en leur temps. Des Brunoff, on a surtout retenu Jean, l’immortel créateur de Babar dont l’œuvre fut poursuivie par son fils, Laurent. Pourtant, loin du chaudron artistique et politique dans lequel étaient plongés son père, Maurice, ses frères Jacques et Michel, sa sœur Cosette, son beau-frère Lucien, sa nièce Marie-Claude Vaillant-Couturier, Jean fut celui qui vécut le plus retiré du monde.Tout ce que touchait cette fratrie se transformait en or. A leur façon, ils avaient le panache des grands explorateurs.
Sa femme, Cécile, aimait conter des histoires à leurs fils, notamment celle d'un d'un éléphanteau dont la maman était tuée par un vilain chasseur, qui s'enfuyait à la ville, rencontrait une vieille dame amicale, apprenait à vivre parmi les hommes, puis retournait à la grande forêt des éléphants pour y devenir roi. Ainsi naquit l'ébauche de ce qui devint un héros de contes pour enfants. Devant l'engouement de ses fils, Jean donna vie à Babar. Il en fit un livre d'images, avec texte, publié en 1931 par une maison d'édition familiale, Le jardin des modes, et qui rencontra immédiatement un vif succès.
« Mariage et couronnement du roi Babar et de la reine Céleste »
aquarelle extraite d'Histoire de Babar, le petit éléphant (1931).
Au total, sept livres sur Babar furent publiés avant que Jean de Brunhoff ne meure d’une tuberculose osseuse foudroyante à trente-sept ans.
Poussé par son oncle, Michel de Brunhoff, qui en supervisa l’édition, Laurent, fils aîné de Jean, qui n’avait que treize ans, acheva la mise en couleurs de deux de ses titres qui étaient en chantier, Babar en famille ainsi que Babar et le père Noël. Puis, en 1946, il publia Babar et ce coquin d'Arthur.
Depuis, de nouveaux titres, sont venus augmenter à sa façon le monde imaginaire de Babar. Ses albums sont tous parus chez Hachette Jeunesse, maison d'édition où son père avait publié ces albums après que les premiers l’eurent été aux Editions du Jardin des Modes.
En reprenant la plume et l'épopée du monde enchanteur du Roi Babar, il fit du personnage une véritable référence culturelle mondiale qui continue à faire le tour du monde.
En 1983, il co-écrivit avec Jean-Jacques Debout, et sur une musique de ce dernier, le texte de la chanson Babar, interprétée par Chantal Goya, l'un des grands succès de la chanteuse. Il vit aux États-Unis depuis 1985
 
Dans la tombe de Jean, coiffée d’un élégant sarcophage à griffes de lion, repose aussi son frère, Jacques de Brunhoff (1888-1973).
© MCP
© MCP
BRUNHOFF Cécile de (1903-2003)
Cimetière de La Digne-d’Aval (Aude)
Fille du médecin Raymond Sabouraud (1864-1938), sœur du peintre Emile Sabouraud (1900-1996), cette pianiste de formation classique se révéla conteuse. En inventant l’histoire du petit éléphant pour endormir ses fils, c’est elle qui donna naissance à Babar.
Il était prévu que la page de titre de l'ouvrage présenterait l'histoire comme due à Jean et Cécile de Brunhoff. Selon son fils Mathieu, pour une raison de modestie, du fait qu’elle estimait que sa contribution avait été secondaire, elle fit retirer son nom. Malgré tout, au regard du rôle qu'elle joua dans la genèse de l'histoire de Babar, de nombreuses sources continuent pourtant à voir en elle sa créatrice. A sa mort, presque centenaire, Babar fut orphelin pour la deuxième fois.
© Ph. Landru
►BRUNHOFF Michel de (1892 – 14 mai 1958)
Cimetière de Montmartre, 3e division (Paris)
Secrétaire de rédaction de la revue Art & Décoration , il entra par la suite au journal Le Jardin des Modes, fondé par son beau-frère, Lucien Vogel, dont il devint rédacteur en chef, avant de quitter celui-ci en 1933. Entre-temps, les Éditions du Jardin des Modes publièrent les premiers Babar de Jean de Brunhoff.
Il prit également le poste de rédacteur en chef du Vogue français où il sut s’entourer des plus grands artistes et écrivains de l'époque -, journal qui, dès l’entre-deux-guerres, devint la luxueuse vitrine des couturiers parisiens. Après avoir refusé de publier sous l’Occupation, la parution du journal ne reprit régulièrement qu'à partir de 1947. On le vit alors partout dans le Paris artistique : bals, avant-premières, vernissages, théâtre, défilés de haute couture, etc. Au début des années 1950, il rencontra le jeune Yves Saint-Laurent qu’il invita à dessiner dans les bureaux Vogue. De même, il mit sur orbite Christian Dior. Après vingt-cinq ans comme rédacteur en chef du Vogue français, il fut remplacé à ce poste, en 1954, par Edmonde Charles-Roux (1920-2016). Il mourut quatre ans plus tard à Paris.
© MCP
►BRUNHOFF Cosette Yvonne de (1886 – 26 avril 1964) (inédit)
Cimetière d’Achères (Yvelines)
Sœur de Jean, elle épousa Lucien Vogel et devint la première rédactrice en chef de Vogue France à sa création en 1920. Elle imposa le français dans ses pages et prévint que l’univers du magazine ne resterait pas figer dans le temps et qu’elle se détacherait de l’édition américaine typique. Ce qu'elle fit. Elle mourut à la Faisanderie, maison de campagne familiale située dans la forêt de Saint-Germain.
Elle fut inhumée près de son mari. Elle était la mère de la future Marie-Claude Vaillant-Couturier.
La concession achetée par leur fille  étant échue, la conservation de cette tombe, dorénavant classée, est notamment due à la commune et au gardien du cimetière.
►VOGEL Lucien Antoine Hermann (1886 – 7 mai 1954) (inédit)
Cimetière d’Achères (Yvelines)
Créateur, fin 1928, de Vu, journal de la semaine, symbole du « magazine moderne », qui plaçait la photographie au cœur de son projet éditorial, il fut le précurseur des grands magazines d'actualité du 20e siècle. Dès 1930, grâce au photojournalisme, il transforma Vu en tribune politique où s’exprimaient ses idées engagées à gauche, son combat contre le fascisme, le national-socialisme et le franquisme qui embrasaient l'Europe.
Licencié à la fin de l'année 1936, puis écarté du conseil d'administration début 1940 à cause de ses activités politiques, il rejoignit alors Marianne, Le Petit Journal puis Messidor. La même année, afin de poursuivre ses activités, il retrouva à Bordeaux plusieurs couturiers qui y résidaient. Mais, quand vint la débâcle, il se réfugia à New-York, jusqu'en 1945 où il retrouva la presse féminine et la photographie de mode. Membre de l’association France Forever, qui réunissait les Français Libres autour du général de Gaulle, il fut chargé de la publication du journal Free World.
Il publia également de nombreux livres sur l'art, l'architecture et la décoration ou d'auteurs connus comme Max Jacob, André Gide, …
 
Lorsqu’il décéda, il laissait à la nouvelle génération d’éditeurs et de journalistes un héritage éditorial conséquent dans lequel le magazine et l’image occupaient une place centrale dans la diffusion de l’information.
D’abord inhumé au cimetière de Montrouge, il fut transféré au cimetière d’Achères en 1955 où sa fille, Marie-Claude Vaillant-Couturier avait acheté une concession.  La conservation de la sépulture, dorénavant classée, est notamment due à la commune et au gardien du cimetière.
Merci à Jean-Christophe Jacquemin pour cette photo
Merci à Jean-Christophe Jacquemin pour cette photo
Le nom se devine plus qu’il ne se lit...
Sources principales :
 
Tous mes remerciements à Jean-Christophe Jacquemin, gardien du cimetière communal d’Achères et fin connaisseur de l’histoire de la sépulture des Vogel.
 
-Registre des convois funéraires payants (archives) 1944-1971
-Accueil du cimetière de Montrouge
-La splendeur des Brunhoff par Yseult Williams -Ed. Fayard (2020)
-https://maitron.fr/spip.php?article134984
-Wikipédia
(*) commentaire(s)
19 avril 2022
Fils du caricaturiste Hermann Vogel (1856-1918), il fut très tôt baigné dans le milieu de la presse et de l’édition, domaine dans lequel il entra en 1906. Esthète éclairé de son temps et homme du monde et de la mode, il fut aussi un militant politique de gauche résolu et un précurseur dans sa profession. En 1912, aidé de son épouse, Cosette de Brunhoff, il lança son premier magazine, la Gazette du bon ton, recueil d'illustrations et d'éditoriaux.
Au retour de la Grande Guerre, il publia de nouvelles revues, notamment L'Illustration des modes transformé en Le Jardin des modes après son rachat par le groupe Condé Nast (1922). Son projet était d’en faire une revue élégante et pratique proposant des services d’informations et de patrons. A la suite de la vente de la Gazette du bon ton au groupe Condé Montrose Nast, il devint directeur artistique de Vogue France. En 1920, membre alors du Parti socialiste, il vota l’adhésion à la IIIe Internationale, en resta là, mais demeura fasciné par l’Union soviétique au moins jusqu’à la veille de la Deuxième Guerre mondiale.
© MCP
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Dernière mise à jour
au 22 juin 2021
TOMBES SÉPULTURES DANS LES CIMETIÈRES ET AUTRES LIEUX
par Marie-Christine Pénin
ACCUEIL
THEMES 
FACEBOOK
DE A à Z 
Chercher
CONTACT
NOUVEAUX ARTICLES
 

Pour s'abonner à la Newsletter : CLIQUER  sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
LIEUX D'INHUMATIONS
EN LIGNE
 
-Abbaye de Chelles (77)
-Abbaye de Cîteaux (21)
-Abbaye de Fontevraud (49)
-Abbaye de Longchamp (75) (disparue)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
-Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
-Collège des Ecossais (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Collégiale St-Martin de Montmorency  (95)
-Colonne de Juillet (75)
-Commanderie  Saint-Jean-de-Latran (75) (disparue)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Bénédictins anglais (75)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (75) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie, rue St-Antoine (75)
 
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
Eglise St-Germain de Charonne (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-des-Ménétriers (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Escurial (monastère de l') (Espagne)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Rouges (75) (disparu)
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
-Hospice des Quinze-Vingts St-Honoré (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée d'Hadrien à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 
-Noviciat de l'Oratoire (75)
 
-Oratoire St-Honoré ou du Louvre (75)
 
-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
-Prieuré Ste-Croix-de-la-Bretonnerie (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2022 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.